Le Royaume-Uni gèle les avoirs du Hezbollah libanais
Rechercher

Le Royaume-Uni gèle les avoirs du Hezbollah libanais

Depuis mars 2019, le Hezbollah est totalement interdit au Royaume-Uni, en raison notamment de "ses tentatives de déstabiliser la situation fragile au Proche-Orient"

Des combattants chiites irakiens des brigades du Hezbollah soutenues par l'Iran défilent lors d'un défilé militaire à Bagdad le 31 mai 2019. (Photo AHMAD AL-RUBAYE / AFP)
Des combattants chiites irakiens des brigades du Hezbollah soutenues par l'Iran défilent lors d'un défilé militaire à Bagdad le 31 mai 2019. (Photo AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

Le Trésor britannique a annoncé vendredi le gel des actifs du puissant groupe chiite libanais Hezbollah, considéré comme une « organisation terroriste » au Royaume-Uni.

Cette décision a été prise en vertu de la législation britannique antiterroriste sur le gel des avoirs.

Depuis mars 2019, le Hezbollah est totalement interdit au Royaume-Uni, et plus seulement sa branche armée, en raison notamment de « ses tentatives de déstabiliser la situation fragile au Proche-Orient ».

Etre membre du mouvement ou en faire la promotion est passible d’une peine pouvant aller jusqu’à 10 ans d’emprisonnement.

Basé au Liban, « le Hezbollah lui-même a publiquement nié la distinction entre ses branches armée et politique », a souligné le Trésor dans sa note.

Le Hezbollah est également considéré comme une organisation terroriste par Israël et les Etats-Unis, mais seule sa branche armée est classée comme telle par l’Union européenne.

Le « Parti de Dieu » a été créé en 1982 à l’initiative des Gardiens de la Révolution d’Iran, dans la foulée de l’invasion israélienne du Liban.

Seule faction à ne pas avoir abandonné son arsenal militaire à l’issue de la guerre civile libanaise (1975-1990), le Hezbollah s’est imposé à domicile comme une force politique incontournable, siégeant pour la première fois en 2005 au gouvernement.

Le mouvement libanais est aussi militairement impliqué dans le conflit qui ravage la Syrie depuis 2011, au côté du pouvoir de Bachar al-Assad.

Au 1er novembre 2019, 75 organisations étaient interdites au Royaume-Uni en vertu de la législation antiterroriste, outre 14 groupes liés à l’Irlande du Nord.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...