Le serment iranien de « libérer » Jérusalem raillé dans une émission d’Al-Jazeera
Rechercher

Le serment iranien de « libérer » Jérusalem raillé dans une émission d’Al-Jazeera

Interviewant un ex-diplomate de l'Iran, Faisal al-Qassem a mis en doute la capacité du pays à exécuter ses menaces contre Israël et les US : "Personne ne veut de vous à Jérusalem"

Le présentateur d'A Jazeera Faisal al-Qassem s'entretient avec l'ex-diplomate iranien   Amir Mousawi, le 7 janvier 2019 (Capture d'écran : YouTube)
Le présentateur d'A Jazeera Faisal al-Qassem s'entretient avec l'ex-diplomate iranien Amir Mousawi, le 7 janvier 2019 (Capture d'écran : YouTube)

Dans une interview qui a été diffusée au début de la semaine, le célèbre présentateur de la chaîne Al-Jazeera Faisal al-Qassem a attaqué son invité, un diplomate et journaliste iranien, mettant en doute la fixation de la République islamique sur une libération présumée de Jérusalem des mains d’Israël. Il a paru aussi critiquer la compétence de l’Iran dans ses activités, via ses groupes mandataires, dans tout le Moyen-Orient.

Qassem, qui anime une émission dans laquelle il présente des points de vue opposés sur des sujets d’actualité et qui tient souvent le rôle de l’avocat du diable face à ses invités, a accueilli Amir Mousawi, ancien attaché culturel iranien à Bruxelles, au Soudan et en Algérie, et qui est fréquemment invité sur les plateaux où il exerce la fonction de défenseur du groupe terroriste libanais du Hezbollah.

Le présentateur a raillé le serment de vengeance fait par l’Iran en représailles à l’assassinat par Israël et par les Etats-Unis de l’élimination du haut-général Qassem Soleimani. Il a noté la promesse faite en 2008 par le leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, de se venger de la mort du commandant de son groupe Imad Mughniyeh (qui aurait été tué lors d’une opération israélo-américaine à Damas).

« Qu’a fait Nasrallah ? Il a versé deux bacs d’eau sur Israël », s’est amusé Qassem.

Les partisans du chef du Hezbollah Sayyed Hassan Nasrallah scandent des slogans lors de l’un de ses discours télévisés lors d’un rassemblement, suite à l’élimination du général des Gardiens de la Révolution Qassem Soleimani lors d’une frappe américaine, le 5 janvier 2020. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo)

Mousawi a commencé à expliquer que la riposte iranienne allait survenir tout en notant que « les capacités de l’axe de la résistance ne sont pas égales à celles du grand Satan et de ses collaborateurs », une référence aux Etats-Unis et à leurs alliés.

Qassem a poursuivi en attaquant les ennemis de la République islamique et en renouvelant la promesse fréquente de cette dernière de libérer Jérusalem de l’Etat juif.

« Vous voulez libérer Jérusalem, n’est-ce pas ? Et qu’est-ce que vous allez faire avec Jérusalem ? Avec qui rejoindrez-vous Jérusalem ? », a-t-il interrogé.

« Est-ce que vous rejoindrez Jérusalem, après sa libération, avec Bagdad, caractérisé par le monde – ce ne sont pas mes paroles – comme hébergeant la capitale la plus sale ? Est-ce que vous rejoindrez Jérusalem avec Beyrouth qui est devenu la plus grande poubelle à ciel ouvert du Moyen-Orient ? Est-ce que vous allez rejoindre Jérusalem avec Damas, dont les résidents meurent de faim ? Ou est-ce que vous rejoindrez Jérusalem avec les rebelles Houthis de Sanaa ? », a-t-il continué.

Les villes mentionnées par Qassem sont toutes des capitales dans lesquelles l’Iran a tenté d’élargir son influence.

Faisal al-Qassem. (Capture d’écran : YouTube)

« Si c’est pour moi que vous voulez libérer Jérusalem alors autant vous dire que je ne veux pas de cette libération », a poursuivi Qassem. Se référant à un sondage réalisé sur Twitter parmi ses abonnés, il a ajouté : « Hier, j’ai fait une enquête d’opinion. Et personne ne veut que vous libériez Jérusalem en Palestine. »

Dans le sondage, Qassem avait demandé : « L’Iran et ses milices emploient le slogan ‘Libérer la Palestine’. Et je le demande – les Arabes veulent-ils remplacer l’occupation israélienne par l’occupation iranienne ? »

Sur les 3 455 personnes ayant fait part de leur opinion, 70,1 % ont voté « non » et 29,9 % ont voté « oui ».

Par le passé, Qassem avait salué le traitement par Israël des prisonniers et salué les « grands efforts » livrés par l’armée israélienne « pour éviter de frapper les secteurs peuplés par des civils au Liban et en Palestine ».

Il avait critiqué la fixation des Arabes sur la Palestine alors que les Syriens subissaient les atrocités de la guerre. Il avait par ailleurs été attaqué l’année dernière pour avoir accueilli le porte-parole arabe de l’armée israélienne, Avichay Adraee, dans son émission intitulée « La direction opposée ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...