Le Waqf revient sur sa décision de fermer le mont du Temple
Rechercher

Le Waqf revient sur sa décision de fermer le mont du Temple

L'autorité islamique avait déclaré la fermeture du lieu saint pendant trois semaines à partir de vendredi, parallèlement au confinement national en Israël

Un Palestinien portant un masque de protection contre le COVID-19, se trouve devant la mosquée du Dôme du Rocher dans l'enceinte presque déserte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem, le 20 mars 2020. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)
Un Palestinien portant un masque de protection contre le COVID-19, se trouve devant la mosquée du Dôme du Rocher dans l'enceinte presque déserte de la mosquée Al-Aqsa, dans la vieille ville de Jérusalem, le 20 mars 2020. (Crédit : AHMAD GHARABLI / AFP)

L’autorité religieuse islamique qui administre le mont du Temple à Jérusalem avait ordonné mercredi sa fermeture à partir de vendredi suite à un pic de cas de coronavirus, avant de faire finalement marche arrière quelques heures plus tard et décider qu’il restera ouvert, en raison d’une controverse apparente sur la question de savoir si les visites juives se poursuivraient pendant la fermeture.

Les cas de virus étant en augmentation en Israël et dans les territoires palestiniens, le Waqf a tenu une réunion d’urgence avec les responsables israéliens de la santé, au cours de laquelle il a décidé de suspendre l’entrée des fidèles dans le complexe qui abrite la mosquée Al-Aqsa et le Dôme du Rocher « à partir de vendredi après-midi pour une période de trois semaines ».

« Nous espérons que les citoyens comprendront cette procédure, afin de préserver leur santé et leur bien-être », a déclaré à l’AFP en début d’après-midi mercredi Hatem Abdel Qader, membre du Waqf. Cette fermeture devait coïncider avec le confinement de trois semaines qui entrera en vigueur dans tout Israël, qui contrôle les entrées sur le site.

Des gens prient devant les portes fermées du complexe de la mosquée Al-Aqsa dans un contexte de suspension des prières pour prévenir la propagation du coronavirus à Jérusalem, le 23 mars 2020. (Crédit : AP Photo/Mahmoud Illean)

Mais quelques heures après l’annonce, des responsables non nommés du Waqf ont fait savoir à l’agence de presse WAFA de l’Autorité palestinienne « qu’après avoir réalisé que les autorités d’occupation avaient l’intention d’ouvrir la Porte des Maghrébins pendant le confinement afin que les colons puissent prendre d’assaut la mosquée, nous avons décidé de garder ouvertes les portes de la mosquée bénie Al-Aqsa ».

« Dans le cas où la police de l’occupation ne respecterait pas cette décision [de garder le complexe fermé], la mosquée restera ouverte aux fidèles », a déclaré la source.

Il n’y a pas eu de déclaration officielle du Waqf.

Le Waqf est parrainé par la Jordanie, qui est gardienne de l’enceinte, connue par les musulmans sous le nom de Haram al-Sharif, ou Sanctuaire sacré, et par les Juifs sous le nom de mont du Temple, où se trouvaient les temples bibliques. C’est le troisième site le plus saint de l’islam et le plus saint du judaïsme.

Avec sa décision initiale de mercredi, ce n’était que la deuxième fois que le Waqf décidait de fermer l’enceinte depuis la prise de Jérusalem-Est par Israël lors de la guerre des Six Jours de 1967 – la première fois ayant eu lieu en mars, également en réaction à la pandémie.

Les Juifs entrent régulièrement sur le mont du Temple, bien qu’ils ne soient pas autorisés à prier dans l’enceinte. Les responsables palestiniens décrivent souvent ces groupes comme des « invasions de colons ».

La police israélienne n’a pas pu être contactée dans l’immédiat pour des commentaires, mais les discussions semblent être en cours.

Israël a précédemment bloqué l’accès au site disputé, qui est au centre des aspirations palestiniennes à la création d’un État.

Une femme musulmane porte un masque et des gants sur le mont des Oliviers à Jérusalem-Est, qui surplombe le Dôme du Rocher et le complexe de la mosquée Al-Aqsa sur le mont du Temple, qui reste fermé pour empêcher la propagation du coronavirus pendant le mois sacré du Ramadan, le vendredi 1er mai 2020. (AP Photo/Ariel Schalit)

Le Waqf avait fermé l’enceinte au début de la pandémie en mars, lorsqu’un important confinement national avait bouleversé la vie religieuse de façon inédite depuis des siècles.

Les taux d’infection au coronavirus sont en hausse dans le pays, les autorités israéliennes ayant signalé près de 167 000 cas, dont 1 147 décès. Mardi, un nouveau record a été établi avec 5 494 nouveaux cas en une seule journée.

En Cisjordanie, quelque 214 personnes sont mortes du virus et plus de 30 200 cas ont été enregistrés par les autorités palestiniennes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...