L’économiste juif américain Paul Milgrom partage le prix Nobel d’économie
Rechercher

L’économiste juif américain Paul Milgrom partage le prix Nobel d’économie

Ses travaux novateurs, réalisés avec Robert Wilson, ont notamment servi aux attributions des fréquences télécom

Le professeur Paul Milgrom, interviewé à l'Université de Cambridge, en novembre 2019. (Capture d'écran / YouTube)
Le professeur Paul Milgrom, interviewé à l'Université de Cambridge, en novembre 2019. (Capture d'écran / YouTube)

Le prix Nobel d’économie a été attribué lundi aux Américains Paul Milgrom, 72 ans, et Robert Wilson, 83 ans, deux experts des enchères dont les travaux novateurs ont notamment servi aux attributions des fréquences télécom.

Le « prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel » leur est remis pour avoir « amélioré la théorie des enchères et inventé de nouveaux formats d’enchères » au « bénéfice des vendeurs, des acheteurs et des contribuables du monde entier », a indiqué le jury de l’Académie suédoise des Sciences.

Le duo, qui était un des favoris pour le prix cette année, est notamment connu pour être à l’origine du concept utilisé pour la vente de licences de bandes de fréquences de télécommunications aux États-Unis. Les deux économistes, tous deux enseignants à Stanford, ont également travaillé sur les mécanismes d’attribution des créneaux d’atterrissage dans les aéroports.

« Les ventes aux enchères sont partout et touchent notre vie quotidienne », relève le jury.

Un écran montre des photos des économistes américains Paul Milgrom (à gauche) et Robert Wilson lors de l’annonce des lauréats du Prix Nobel d’économie 2020 à l’Académie royale des sciences de Suède, à Stockholm, le 12 octobre 2020. (Anders WIKLUND / TT News Agency / AFP / Sweden OUT)

En 2019, le prix avait été attribué à un trio de chercheurs spécialisés dans la lutte contre la pauvreté, les Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer et la Franco-américaine Esther Duflo, deuxième femme distinguée dans la discipline et plus jeune lauréat de l’histoire de ce prix.

L’économie vient clore une saison Nobel marquée vendredi par le prix de la paix du Programme alimentaire mondial, organe onusien de lutte contre la faim.

Jeudi, la poète juive américaine Louise Glück avait décroché la littérature. Outre l’Américaine Andrea Ghez, colauréate en physique mardi, deux femmes sont entrées dans l’histoire des Nobel pour leur découverte des « ciseaux génétiques » : la Française Emmanuelle Charpentier et l’Américaine Jennifer Doudna sont devenues le premier duo 100 % féminin à remporter un Nobel scientifique.

Les lauréats, qui se partagent près d’un million d’euros pour chaque discipline, recevront cette année leur prix dans leur pays de résidence, pour cause de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...