L’enquête sur les cadeaux de Netanyahu pourrait durer encore des mois (média)
Rechercher

L’enquête sur les cadeaux de Netanyahu pourrait durer encore des mois (média)

La police veut enquêter à l’étranger ; l’affaire des sous-marins progresse, sans impliquer le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 19 février 2017. (Crédit : Dan Balilty/Pool/AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la réunion du cabinet dans ses bureaux, à Jérusalem, le 19 février 2017. (Crédit : Dan Balilty/Pool/AFP)

L’enquête sur l’Affaire 1 000, qui se penche sur des accusations selon lesquelles le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait reçu illégalement des cadeaux d’une valeur de centaines de milliers de shekels de la part de millionnaires et de milliardaires, pourrait ne pas se terminer avant plusieurs mois, a annoncé vendredi la Deuxième chaîne.

Selon un reportage diffusé vendredi soir, la police cherche à mener 10 enquêtes judiciaires supplémentaires à l’étranger en connexion avec l’affaire, un processus qui pourrait prendre du temps. Jusqu’à présent, la police a réalisé cinq de ces enquêtes, selon la chaîne.

La Deuxième chaîne a indiqué que l’Affaire 2 000 ne progressait pas vraiment non plus. Dans cette affaire, la police enquête sur un accord présumé de contrepartie entre Netanyahu et Arnon Moses, le propriétaire du quotidien Yedioth Ahronoth, le plus vendu d’Israël.

Netanyahu et Moses sont soupçonnés d’avoir discuté d’un accord dans lequel le Premier ministre aurait proposé une législation pour réduire la circulation du concurrent gratuit du Yedioth, Israël Hayom, en échange d’une couverture plus favorable dans le premier.

Sheldon Adelson (Crédit : Ethan Miller/Getty Images/AFP)
Sheldon Adelson (Crédit : Ethan Miller/Getty Images/AFP)

Sheldon Adelson, magnat milliardaire des casinos et allié de Netanyahu qui possède Israël Hayom aurait dit à la police israélienne en mai que lui et Netanyahu n’avaient jamais discuté d’un tel accord.

Enfin, la Deuxième chaîne a rapporté quelques progrès sur l’Affaire 3 000, dans laquelle les enquêteurs cherchent à savoir s’il y a eu des faits de corruption dans la conclusion d’un contrat d’achats de sous-marins par Israël à l’Allemagne.

Selon la chaîne, l’enquête indique des soupçons de corruption enracinée dans le processus de décision de l’accord à plusieurs milliards de dollars, mais que même si l’avocat de Netanyahu, David Shimron, reste suspecté, le Premier ministre n’est pas inquiété pour l’instant.

Netanyahu a démenti toute malversation dans ces trois enquêtes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...