Les cartes du conflit syrien d’un adolescent deviennent virales
Rechercher

Les cartes du conflit syrien d’un adolescent deviennent virales

Le compte Twitter de Thomas van Linge comptabilise aujourd'hui plus de 22 000 followers

Crédit Twitter Thomas van Linge
Crédit Twitter Thomas van Linge

Thomas van Linge, un jeune Hollandais de 19 ans s’est imposé comme le meilleur cartographe du conflit syrien sur la toile.

Le jeune adolescent s’intéresse depuis plusieurs années à la situation des pays ou des groupes qui tentent de se rebeller face aux dirigeants qui les oppriment. Cet intérêt s’est précisé au moment des printemps arabes qui ont secoué plusieurs pays du Maghreb.

Le jeune homme, complètement autodidacte se renseigne exclusivement sur Internet à travers des articles, des rapports mais aussi grâce à des vidéos YouTube rapporte le Nouvel Obs.

Il comprend aujourd’hui l’arabe sans toutefois le parler correctement rapporte le jeune homme.

Thomas van Linge a commencé à cartographier le conflit syrien à partir de décembre 2013. Il se focalise d’abord sur le Kurdistan syrien puis étend ses compétences à l’intégralité du territoire syrien.

Le jeune homme explique que sa volonté première était de réussir à faire la distinction entre les rebelles syriens et les organisations djihadistes aujourd’hui connues notamment sous le nom de l’Etat islamique et qui ont des objectifs complètement différents.

En étudiant en profondeur le conflit syrien sur la toile il a développé un système de couleur permettant de constater les avancées du groupe islamique en Syrie.

Toutes ces cartes sont régulièrement mises à jour et témoignent des changements de positions des différentes factions et forces en présence.

Le jeune homme, aujourd’hui bachelier, est devenu une référence en la matière.

Des historiens et des journalistes consultent ses cartes de manière régulière.

Il a affirmé sur 7sur7.be que même l’État islamique allait jusqu’à consulter ses cartes.

Son compte twitter comptabilise aujourd’hui plus de 22.000 followers.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...