Rechercher

Les « dragons célestes » du manga « One Piece » utilisées de façon antisémite

Des internautes, sur les réseaux sociaux et des forums, utilisent un langage codé pour désigner les Juifs, leur permettant d’échapper aux règles de modération

Une couverture d’un manga "One Piece". (Crédit : Glénat)
Une couverture d’un manga "One Piece". (Crédit : Glénat)

Les « dragons célestes », personnages qui bénéficient de nombreux privilèges et immensément riches dans le célèbre manga d’Eiichirō Oda One Piece, ont été récupérés ces derniers mois par l’extrême droite pour désigner de façon péjorative les Juifs, a rapporté le magazine Marianne.

Certains utilisateurs sur les réseaux sociaux et sur des forums, notamment ceux du site « jeuxvideo.com », utilisent ainsi ce langage codé pour désigner les Juifs, leur permettant d’échapper aux règles de modération et de ne pas se faire bannir.

Sur Twitter, il est ainsi possible de trouver des messages du type : « J’en peux plus, Zidane en France, il est aussi intouchable que les dragons célestes » ; « Mais ils sont trop puissants les dragons célestes, c’est une singerie » ou encore « C’est atroce… Maintenant, je n’arrive pas à dissocier les dragons célestes à cette communauté dont le nom commence par J ».

Dans le manga japonais, les « dragons célestes » sont intouchables et constituent la haute noblesse de la société. Certains internautes antisémites voient ainsi les Juifs comme similaires.

Interrogé par Marianne, Pierre-William Fregonese, maître de conférences en sciences politiques à l’Université de Kobe (Japon) et spécialiste de la pop culture, explique que « des vidéastes les ont déjà comparés à la famille Rothschild. Mais pour le coup, davantage dans l’idée d’illustrer un pouvoir familial sur le temps long ». Il explique que, si One Piece a déjà été accusé de « véhiculer des stéréotypes racistes » par le passé, il est « difficile à dire » si le manga cache un véritable sous-texte antisémite. « Déjà parce que les mangakas [auteur de mangas] ne sont pas des historiens et qu’ils cultivent parfois l’ambiguïté. »

D’autres mangas ont eux aussi pu être accusés d’antisémitisme. « Cela a aussi été le cas avec ‘L’Attaque des Titans’, qui joue avec les rhétoriques et esthétiques fascistes sans forcément les maîtriser. L’auteur, Hajime Isayama, a ainsi été qualifié d’antisémite par certains lecteurs, qui ont tracé un parallèle entre le traitement des Eldiens (un groupe ethnique de personnages très présents dans l’histoire) et l’holocauste », explique Pierre-William Fregonese. Il indique ainsi que l’idée d’un « gouvernement mondial », comme dans One Piece, a toujours été « un trope présent dans l’univers manga ».

En octobre dernier, l’universitaire et blogueur français Tristan Mendès France avait déjà dénoncé sur Twitter l’utilisation de ces « dragons célestes » par des internautes antisémites.

Dans la même idée, « Pepe la grenouille » a, il y a plusieurs années, été récupérée par l’extrême droite américaine.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.