Les étudiants arabes appellent à l’“Intifada” à l’Université hébraïque
Rechercher

Les étudiants arabes appellent à l’“Intifada” à l’Université hébraïque

La faculté a défendu la manifestation de solidarité avec les prisonniers grévistes de la faim palestiniens et a indiqué que rien n'était illégal

Des étudiants arabes se rassemblent en solidarité avec les détenus palestiniens en grève de la faim appelant à 'l'intifada' contre les Israéliens (Capture d'écran : Deuxième chaîne)
Des étudiants arabes se rassemblent en solidarité avec les détenus palestiniens en grève de la faim appelant à 'l'intifada' contre les Israéliens (Capture d'écran : Deuxième chaîne)

Les étudiants arabes de l’Université hébraïque de Jérusalem se sont rassemblés cette semaine en signe de solidarité avec les prisonniers sécuritaires palestiniens en grève de la faim, brandissant des photos des terroristes condamnés, appelant à « l’Intifada », ou soulèvement armé, contre Israël, et à l’expulsion des sionistes, a annoncé la Deuxième chaîne jeudi.

Ce mouvement de protestation a été défendu par l’Université, qui a affirmé qu’il s’était déroulé conformément aux règlements internes et qu’il n’entravait pas la loi israélienne.

Le rassemblement, organisé par la branche universitaire du parti communiste Hadash, a vu des étudiants crier : « Intifada et victoire ! De Jérusalem à Ashkelon ! » et « Parlons d’exil ! Nous ne voulons plus de Sionistes », selon le reportage.

Certains étudiants ont montré une photo d’Ihrima Majdi Al Rimawi, condamné pour l’assassinat en 2001 du ministre du Tourisme Rehavam Zeevi à Jérusalem, a indiqué le reportage.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une cérémonie d'hommage à Rehavam Zeevi, ancien ministre assassiné, à la Knesset, le 12 octobre 2010. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une cérémonie d’hommage à Rehavam Zeevi, ancien ministre assassiné, à la Knesset, le 12 octobre 2010. (Crédit : Abir Sultan/Flash90)

Selon les médias, un garde a dû retenir des militants de l’association de droite Im Tirzu, qui cherchaient à organiser une contre-manifestation, disant qu’ils n’avaient pas l’autorisation de l’université d’organiser un rassemblement.

Une déclaration de l’Université à la Deuxième chaîne est venue appuyer les manifestants de Hadash et critiquer les militants de droite.

« Cet événement étudiant en soutien aux prisonniers grévistes de la faim a eu lieu conformément aux règlements internes et n’a en rien violé la loi », a-t-elle fait savoir.

La déclaration a également condamné Im Tirzu pour avoir contrevenu aux règlements universitaires, et a salué le personnel chargé de la sécurité de l’avoir retenue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...