Israël en guerre - Jour 233

Rechercher

Les forces iraniennes ont agressé sexuellement et battu à mort une ado manifestante en 2022 – BBC

Le média britannique a obtenu un document "hautement confidentiel" sur l'enquête concernant la mort de Nika Shakarami, 16 ans, qui, selon les autorités, se serait suicidée en sautant d'un immeuble

Nika Shakarami. (Crédit : Wikipedia ; Original publication : Unknown/Immediate source : https://www.shethepeople.tv/news/teenager-killed-in-iran-protests)
Nika Shakarami. (Crédit : Wikipedia ; Original publication : Unknown/Immediate source : https://www.shethepeople.tv/news/teenager-killed-in-iran-protests)

Une jeune adolescente iranienne de 16 ans a été agressée sexuellement puis battue à mort à l’arrière d’une camionnette après avoir participé à des manifestations anti-gouvernement à Téhéran en 2022, a rapporté mardi la BBC, citant un document secret contenant les détails d’une enquête interne sur l’affaire.

Nika Shakarami, dont le corps a été retrouvé neuf jours après sa disparition, n’est pas morte en sautant d’un immeuble, comme le prétendent les autorités, mais a été tuée par les forces de sécurité pendant sa détention, selon le reportage de BBC Eye Investigation.

Au cours de son calvaire, l’adolescente a été battue par trois membres des forces de sécurité iraniennes à l’aide de matraques et a également été électrocutée à l’aide de trois pistolets Taser, indique le reportage.

Les circonstances de sa mort ont été délibérément dissimulées par les personnes impliquées. Bien que l’identité de toutes les personnes impliquées soit mentionnée dans le document, une seule d’entre elles aurait reçu un blâme.

La mère de Nika accuse depuis longtemps les autorités d’avoir causé la mort de sa fille.

Ni le gouvernement iranien ni le Corps des Gardiens de la Révolution islamique (CGRI), dont les membres ont été impliqués, n’ont répondu à une demande de commentaire de la BBC.

L’incident mortel s’est produit au milieu des manifestations anti-gouvernement qui ont débuté en septembre 2022, déclenchées par la mort en détention de Mahsa Amini, 22 ans, qui avait été arrêtée pour avoir prétendument enfreint les règles vestimentaires obligatoires pour les femmes.

La BBC a déclaré avoir obtenu un résumé d’une audience sur le cas de Nika Shakarami par le CGRI. Le document, marqué « hautement confidentiel », comprend des déclarations des membres des forces de sécurité qui ont arrêté Nika, l’ont battue à mort et ont ensuite jeté son corps dans une rue de Téhéran.

Le média a déclaré avoir passé des mois à vérifier l’authenticité du document et avoir « confiance en son authenticité ». Bien que le document de la BBC présente quelques « incohérences », un ancien officier des services de renseignement iraniens a contribué à en authentifier le contenu.

Le document est adressé au commandant en chef du CGRI et indique qu’il est basé sur des conversations avec des agents de sécurité qui ont participé à la détention et à la mort de Nika.

Lors de la manifestation, Nika a été filmée en train de se tenir debout sur une benne à ordures et de brûler des hijabs.

Une unité de sécurité sur le terrain, identifiée par le reportage comme l’équipe « Team 12 », a essayé de l’arrêter mais elle a réussi à s’échapper.

Selon le document, Nika a finalement été appréhendée cette nuit-là et mise dans le véhicule de l’équipe de sécurité, décrit comme « un fourgon frigorifique banalisé ».

À l’arrière, elle était accompagnée de trois membres de la Team 12 : Arash Kalhor, Sadegh Monjazy et Behrooz Sadeghy, selon la BBC.

Le chef de l’équipe, Morteza Jalil, était à l’avant avec un chauffeur, apparemment incapable de voir ce qui se passait à l’arrière.

L’équipe a tenté d’emmener Nika dans un centre de détention, mais a été refoulée à deux endroits avant que des commandants ne lui ordonnent de se rendre à la prison d’Evin, un site tristement célèbre de Téhéran.

Les hommes à l’arrière de la camionnette ont donné des récits contradictoires et flous de ce qui s’est passé ensuite, dans ce qu’ils ont décrit comme l’obscurité profonde de l’enceinte. Ils ont déclaré que Nika s’était débattue contre ses ravisseurs et que l’un d’eux lui avait bâillonné la bouche avec ses chaussettes tout en s’asseyant sur sa poitrine.

Kalhor a affirmé avoir vu Monjazy mettre une main dans le pantalon de Nika, ce que ce dernier a nié, bien que Monjazy ait admis avoir été « excité » alors qu’il luttait avec la jeune fille et qu’il lui ait tripoté les fesses.

Des Iraniens protestant contre la mort de Mahsa Amini, 22 ans, arrêtée par la police des mœurs, à Téhéran, le 20 septembre 2022. (Crédit : Middle East Images/AP)

Dans l’obscurité, les coups pleuvent sur l’adolescente prise au piège, et finalement Jalil, le chef, entendant le vacarme, ordonne au véhicule de s’arrêter pendant qu’il va vérifier ce qui se passe et trouve Nika morte.

Selon la BBC, Jalil a de nouveau contacté des commandants et s’est entretenu avec un autre officier supérieur du CGRI portant le nom de code « Naeem 16 ».

Naeem 16 a déclaré aux enquêteurs qu’il y avait déjà eu des morts dans certaines de « nos stations » et qu’il ne voulait pas aggraver la situation en faisant venir Nika.

Au lieu de cela, il a demandé à Jalil de la « jeter dans la rue ».

Le document d’audience estime que la bagarre à l’arrière de la camionnette était due à une agression sexuelle et que les coups portés par l’équipe ont causé la mort de Nika.

La mère de Nika a déclaré que lorsqu’elle a finalement trouvé le corps de sa fille à la morgue, celui-ci présentait des blessures à la tête. Le certificat de décès, consulté par BBC Persian en octobre 2022, indique que l’adolescente est décédée à la suite de « multiples blessures causées par des coups portés à l’aide d’un objet contondant ».

L’ancien officier de renseignement iranien, utilisant les sources dont il disposait, a également pu identifier Naeem 16 comme étant le capitaine Mohammed Zamani du CGRI.

Selon la BBC, le document mentionne chacun des membres de l’équipe 12 comme étant éléments du « Hezbollah », un groupe paramilitaire iranien qui n’a rien à voir avec le groupe terroriste chiite libanais mandataire de l’Iran portant le même nom.

Selon la BBC, aucun des membres de l’équipe n’a été sanctionné, à l’exception de l’officier du CGRI Naeem 16, qui a reçu un blâme.

La BBC a déclaré que 551 manifestants avaient été tués par les forces de sécurité lors du mouvement anti-gouvernement iranien « Femme, vie, liberté », citant une mission d’enquête de l’ONU.

Ce reportage fait suite à la semaine dernière où des activistes ont déclaré que l’Iran intensifiait à nouveau la répression contre les dissidents et imposait le port obligatoire du hijab.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.