Les ministres assouplissent les limites sur les rassemblements en extérieur
Rechercher

Les ministres assouplissent les limites sur les rassemblements en extérieur

Les restrictions sur la participation des non-vaccinés à Yom HaZikaron ont été levées ; aucune décision annoncée sur le nombre d'entrants et de sortants du pays

Des fans de foot lors d'un match entre le Beitar Jerusalem FC et le club Ashdod FC au stade Teddy Kollek de Jérusalem, le 17 mars 2021. (Crédit : Flash90)
Des fans de foot lors d'un match entre le Beitar Jerusalem FC et le club Ashdod FC au stade Teddy Kollek de Jérusalem, le 17 mars 2021. (Crédit : Flash90)

Les ministres ont approuvé mercredi l’assouplissement de mesures imposées pour endiguer la propagation du coronavirus en augmentant notamment le nombre de personnes autorisées à se réunir en public à l’occasion de Yom HaZikaron.

Les restrictions actuelles ayant expiré à minuit, le cabinet chargé de la lutte contre le coronavirus, a tenu un vote par téléphone dans la soirée sur les nouvelles mesures d’assouplissement proposées par le ministère de la Santé.

Les nouvelles mesures, qui entrent en vigueur ce jeudi, stipulent que les rassemblements en extérieur peuvent désormais compter 100 personnes, et non plus 50. La limite de 20 personnes pour un rassemblement en intérieur reste toutefois maintenue.

Les lieux culturels peuvent accueillir 750 personnes dans le cadre du programme du Passeport vert, contre 500 jusqu’à maintenant. Les stades en plein air peuvent désormais accueillir 10 000 personnes, contre 5 000 précédemment.

Les stades en intérieur peuvent accueillir 4 000 personnes assises.

Le Passeport vert est délivré aux personnes ayant reçu les deux doses de vaccin ou ayant guéri du coronavirus et leur permet d’accéder à certains lieux publics fermés aux personnes non-titulaires du document.

Le public venu voir Ivri Lieder à un concert organisé par la municipalité de Tel Aviv au Bloomfield Stadium, le 5 mars 2021. (Crédit : Miriam Alster/FLASH90)

Les ministres ont également assoupli les restrictions en vigueur pour Yom HaZikaron la semaine prochaine, permettant ainsi aux familles des personnes décédées, qui n’ont pas le Passeport vert, d’assister aux cérémonies.

Les nouvelles limites seront en vigueur jusqu’au 22 avril.

Cependant, les ministres n’ont pas discuté de l’augmentation du nombre d’Israéliens autorisés à entrer et à sortir du pays par avion. Une discussion aura lieu à une date ultérieure.

Au cours des derniers mois, Israël a considérablement réduit les restrictions liées au coronavirus en rouvrant des entreprises, des lieux de rassemblement et d’autres activités, à mesure que les taux de morbidité diminuaient dans le cadre de la campagne de vaccination menée par le pays, leader mondial dans ce domaine.

On s’attendait à ce que les ministres votent sur la levée de l’obligation pour certains élèves d’apprendre dans des « capsules ».

Les propositions prévoyaient l’annulation du système de capsules, qui limite le nombre d’élèves pouvant étudier ensemble, pour les classes de Première et de Terminale où le taux de vaccination des élèves est supérieur à 65 %, alors que l’exigence actuelle est de 90 %, rapporte Haaretz. Elle serait également annulée pour toutes les écoles participant au programme « Bouclier éducatif », qui exige que les élèves subissent des tests hebdomadaires de dépistage du coronavirus.

Cette mesure allégera la pression exercée sur les écoles pour qu’elles fournissent des salles de classe séparées pour chaque groupe, permettant ainsi aux autres élèves qui suivent encore un enseignement partiel à domicile de retourner à l’école plus fréquemment.

Mais dans une déclaration publiée mercredi après-midi, le ministre de la Défense Benny Gantz, qui préside le parti Kakhol lavan, a déclaré que les mesures proposées n’allaient pas assez loin, exigeant que davantage d’élèves soient autorisés à retourner à l’école à temps plein.

Malgré les attentes initiales selon lesquelles les capsules seraient également supprimées pour les élèves de CM1, en plus des élèves de CP, CE1 et CE2, qui ont repris l’école cette semaine après les vacances de Pessah sans le système de capsules, les ministres n’ont pas voté sur cette mesure mercredi.

Photo d’illustration : Des élèves portent le masque pour retourner à l’école à Yad Mordechai, le 7 mars 2021. (Crédit : Flash90)

L’assouplissement des restrictions intervient alors que les taux d’infection continuent de baisser tant chez les étudiants que dans la population en général.

Selon les données du ministère de la Santé en date du 10 mars, le taux d’infection parmi les élèves du CP au CM1 était de six pour 1 000 enfants. Le 4 avril, ce chiffre était tombé à seulement 0,5 pour 10 000 enfants.

Les chiffres récents montrent une amélioration continue au cours des deux derniers mois, principalement due au succès de la campagne de vaccination. Ce succès intervient malgré la prolifération de nouveaux variants de virus infectieux et la levée progressive des restrictions.

Selon le ministère de la Santé, seuls 376 nouveaux patients ont été diagnostiqués mardi, soit un taux de positivité de 0,7 % sur plus de 57 000 tests. Le taux de reproduction s’est stabilisé à 0,78, alors qu’il était de 0,63 en début de semaine.

Le nombre total de cas en Israël depuis le début de la pandémie s’élève à 835 104, dont 4 888 cas actifs. Le nombre de décès s’élève à 6 261.

Dr. Sharon Alroy-Preis lors d’un point presse en janvier 2021. (Capture d’écran vidéo)

Le ministère a déclaré mercredi que 5 286 023 Israéliens avaient reçu au moins une dose de vaccin et que 4 878 839 avaient reçu les deux.

Malgré la baisse des taux d’infection, la responsable de la santé publique au ministère de la Santé, le Dr Sharon Alroy-Preis, a déclaré mercredi qu’Israël était toujours « en pleine bataille » contre la pandémie, et a averti de la nécessité de rester vigilant.

S’adressant au site d’information Ynet, Alroy-Preis a déclaré qu’il restait « de nombreuses menaces extérieures qui pourraient se développer ici » – une référence apparente aux variants du virus qui pourraient potentiellement contourner la protection offerte par les vaccins.

Et elle a ajouté qu’avec « plus d’un tiers du pays qui n’est toujours pas vacciné… Ce n’est pas derrière nous, ce n’est pas fini. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...