Les multi-vitamines pendant la grossesse diminueraient les risques d’autisme
Rechercher

Les multi-vitamines pendant la grossesse diminueraient les risques d’autisme

Une étude dirigée par Israël jette une nouvelle lumière sur la relation entre la carence en vitamines et les anomalies spinales et cérébrales chez les bébés

Photo illustrative de femme enceinte prenant une pilule. (Andrey Popov / Images iStock, Getty Images)
Photo illustrative de femme enceinte prenant une pilule. (Andrey Popov / Images iStock, Getty Images)

Selon une nouvelle étude menée par l’Université de Haïfa, les femmes enceintes qui prennent des compléments d’acide folique et des compléments multivitaminés avant et pendant la grossesse risquent beaucoup moins d’avoir des enfants autistes.

Les femmes qui prennent les compléments avant la grossesse sont 61 % moins susceptibles d’avoir un enfant autiste et celles qui le font pendant la grossesse sont 73 % moins à risque, a constaté une équipe de recherche internationale.

Les résultats ont jeté un nouvel éclairage sur un cocktail de vitamines régulièrement recommandé pour les femmes enceintes en raison du lien entre les carences, en particulier en acide folique, et des anomalies de la moelle épinière chez les enfants qui peuvent causer des problèmes de la colonne vertébrale et du cerveau tels que le spina bifida et l’anencéphalie.

Ces anomalies se produisent trois à quatre semaines après la conception, avant même que beaucoup de femmes apprennent qu’elles sont enceintes.

Des études antérieures sur le lien spécifique entre les vitamines, l’acide folique et l’autisme ont eu des résultats incohérents.

Les chercheurs de l’Université de Haïfa, dirigés par le Dr Stephen Levine du département de santé mentale publique, se sont concentrés sur 45 300 enfants israéliens nés entre le 1er janvier 2003 et le 31 décembre 2007 et ont ensuite été diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique.

Ils les ont comparés à un échantillon aléatoire d’enfants et ont recueilli des données sur les ordonnances pour évaluer si des compléments d’acide folique ou de multivitamines avaient été prescrits aux mères avant ou pendant la grossesse.

« La réduction du risque de TSA chez les enfants est une considération pour la politique de santé publique qui peut être réalisée par l’utilisation prolongée de compléments d’acide folique et de multivitamines pendant la grossesse », conclut l’étude.

Mais l’équipe d’étude a averti qu’elle ne pouvait pas exclure que d’autres facteurs étaient responsables de la réduction des risques, et a déclaré que des recherches supplémentaires étaient nécessaires.

L’autisme est un trouble du développement neuronal qui survient dans environ 1 naissance sur 100 et est quatre fois plus fréquent chez les hommes que chez les femmes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...