Les synagogues américaines ne devraient pas armer n’importe qui – rapport
Rechercher

Les synagogues américaines ne devraient pas armer n’importe qui – rapport

Une agence de sécurité juive estime que des agents de police formés seraient plus aptes à intervenir dans des situations de stress élevé telles que la fusillade de Poway

Un shérif adjoint du comté de San Diego se tient devant la synagogue Habad à Poway, Californie, le 28 avril 2019, après une fusillade. (AP /Denis Poroy)
Un shérif adjoint du comté de San Diego se tient devant la synagogue Habad à Poway, Californie, le 28 avril 2019, après une fusillade. (AP /Denis Poroy)

JTA — Une agence américaine de sécurité juive recommande aux synagogues, dans un nouveau rapport, de se tourner vers des officiels de police formés si elles veulent recruter des agents de sécurité armés.

De simples membres d’une congrégation « sont peu susceptibles d’avoir de l’expérience dans la gestion de situations stressantes », d’après le rapport publié mercredi par le Secure Community Network, un organisme-cadre de sécurité pour les institutions juives. Ces fidèles « sont peu susceptibles d’être suffisamment formés au recours à la force provoquant la mort », ajoute le rapport.

Ce dernier a été réalisé à la suite de consultations avec un groupe d’agents des forces de l’ordre et d’experts en sécurité en août. Il avait été commissionné au lendemain des fusillades meurtrières de Pittsburgh en octobre 2018 et de Poway, six mois plus tard.

« Le groupe de travail pense qu’employer un policier en uniforme est la meilleure option pour atteindre les objectifs communs établis », indique le rapport. « Plus largement, employer un officier de police en et hors service ou un agent tout juste retraité qui dispose toujours des certifications et de la formation nécessaires est la pratique la plus recommandée ».

D’après le document, les synagogues doivent prendre en compte plusieurs facteurs avant de décider de recruter des vigiles armés, notamment le coût, la responsabilité légale, la perception et les avis des membres de la congrégation. Il recommande également de procéder à une évaluation des menaces au préalable, se coordonner avec la police locale, renforcer la sécurité des bâtiments et former le clergé et les fidèles aux situations d’urgence.

« Dans certains endroits, la présence d’armes à feu peut être acceptée, voire attendue », d’après le rapport. « Il ne faut pas présumer que la présence d’armes à feu soit absolument rassurante : certains pourraient trouver cela inquiétant ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...