Rechercher

Liban : le Parlement échoue à élire un nouveau président de la République

Les profondes divisions au sein de l'Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois

Le parlement libanais à Beyrouth. Illustration. (Crédit : Heretiq/CC BY-SA 2.5/WikiCommons)
Le parlement libanais à Beyrouth. Illustration. (Crédit : Heretiq/CC BY-SA 2.5/WikiCommons)

Le Parlement libanais a échoué jeudi à élire un nouveau président de la République à l’issue d’un premier tour de vote, aucun consensus n’ayant encore été trouvé pour choisir le successeur au chef de l’Etat sortant, Michel Aoun, malgré une crise financière sans précédent.

Les profondes divisions au sein de l’Assemblée font craindre que le Liban ne se retrouve à nouveau sans président pendant des mois, après l’expiration du mandat de M. Aoun fin octobre, ce qui minerait davantage la confiance des créanciers.

L’élection du président sortant en 2016 avait eu lieu après une vacance de 29 mois au sommet de l’Etat, les parlementaires ayant tenté en vain, à 45 reprises, de parvenir à un consensus sur un candidat.

Depuis 2019, le Liban est plongé dans une profonde crise économique imputée par une grande partie de la population à la mauvaise gestion, la corruption, la négligence et l’inertie d’une classe dirigeante en place depuis des décennies. En l’espace de trois ans, la livre libanaise a perdu plus de 95 % de sa valeur sur le marché noir.

Avant la séance de jeudi, la présence d’un nombre suffisant de députés pour le vote était incertaine, mais le quorum a finalement été atteint. Un total de 122 députés sur 128 ont voté, dont 68 qui ont glissé un bulletin blanc.

En vertu du système confessionnel de partage du pouvoir en vigueur, la présidence est réservée à un chrétien maronite.

Michel Mouawad (Crédit : capture d’écran YouTube)

Michel Mouawad, député et fils du président René Mouawad assassiné en 1989, a obtenu le plus grand nombre de voix jeudi, avec 36 votes. Il aurait eu besoin d’un total de 86 votes pour se faire élire au premier tour.

Plusieurs députés ont quitté la salle avant qu’un deuxième tour ne soit organisé, conduisant ainsi à levée de la séance faute de quorum.

Le chef du Parlement Nabih Berri a annoncé qu’il appellera à un deuxième tour « lorsqu’un accord sera trouvé pour élire le prochain président », un processus qui pourrait prendre des mois dans un pays où la classe politique est profondément divisée.

Le Liban connaît l’une des pires crises économiques au monde depuis 1850 selon la Banque mondiale, marquée par une flambée vertigineuse des prix, une dégringolade historique de la devise nationale et de graves pénuries.

Le président du parlement libanais Nabih Berri lors d’un entretien avec l’Associated Press à Beyrouth, au Liban, le 11 mai 2018 (Crédit : AP/Hussein Malla)

Quatre Libanais sur cinq vivent désormais en dessous du seuil de pauvreté selon l’ONU, une paupérisation inédite accélérée par une inflation à trois chiffres.

Le pays est aussi dans une impasse politique, un nouveau gouvernement se faisant toujours attendre, quatre mois après les élections législatives.

La semaine dernière, la France, l’Arabie saoudite et les Etats-Unis ont publié une déclaration commune exhortant les députés à « élire un président qui puisse unir le peuple libanais ».

« S’il y a un vide politique, la crise économique s’intensifiera et le risque d’incidents est évident », a mis en garde l’analyste Karim Bitar.

Les forces de sécurité libanaises sont déployées alors que les gens se rassemblent devant la succursale de la Blom Bank dans le quartier Tariq al-Jdideh de la capitale Beyrouth, le 16 septembre 2022, pour exprimer leur soutien à un client qui a pris d’assaut la banque pour demander le retrait de ses économies gelées. (Crédit : Ibrahim AMRO/AFP)

En avril, le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé un accord de principe avec Beyrouth pour une aide de trois milliards de dollars, échelonnée sur quatre ans mais conditionnée à la mise en oeuvre de réformes cruciales.

Parmi ces réformes, il réclame l’unification du taux de change, la réforme de la loi sur le secret bancaire, la restructuration du secteur bancaire et une loi sur le contrôle des capitaux. Le budget 2022, également exigé par le FMI, a été adopté cette semaine.

Le Liban a annoncé mercredi un nouveau taux de change officiel de 15 000 livres pour un dollar américain à partir du 1er novembre, une mesure qui constitue selon le ministère des Finances « un premier pas » vers l’unification des multiples taux de change en vigueur dans le pays.

En septembre, le ministre libanais de l’Economie, Amine Salam, avait estimé nécessaire de « promulguer au plus vite les réformes demandées, avant la présidentielle ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...