Rechercher

Liberman demande à faciliter l’entrée de certains immigrants russes et ukrainiens

Le chef de Yisrael Beytenu plaide en faveur de l'entrée dans le pays des résidents de l'ex-Union soviétique ayant au moins un arrière-grand-parent juif

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman s'exprimant lors d'une conférence de presse au ministère des Finances, à Jérusalem, le 17 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le ministre des Finances Avigdor Liberman s'exprimant lors d'une conférence de presse au ministère des Finances, à Jérusalem, le 17 août 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre des Finances et dirigeant du parti Yisrael Beytenu, Avigdor Liberman, a proposé lundi de faciliter l’entrée en Israël des résidents de l’ex-Union soviétique ayant au moins un arrière-grand-parent juif, dans le contexte de l’offensive russe en Ukraine.

Il a toutefois démenti une intention de changer de manière permanente la Loi du retour mise en œuvre en Israël – le socle de la politique d’immigration du pays – en y inscrivant de manière définitive les membres « de cette quatrième génération ».

En début de journée, Liberman avait organisé une réunion ministérielle pour discuter de l’octroi de visas de tourisme prolongés à cette catégorie de personnes – entraînant de nombreuses réactions. Il avait notamment été accusé de vouloir réécrire la Loi du retour, qui garantit actuellement la citoyenneté à toutes celles et à tous ceux qui ont au moins un grand-parent juif ou qui se sont convertis au judaïsme.

« Nous ne proposons pas d’inclure la quatrième génération dans la Loi du retour ou d’offrir la citoyenneté automatique à cette catégorie de population mais plutôt de traiter ces gens sur la base de nos obligations historiques à l’égard des valeurs humanitaires et des valeurs juives », a écrit Liberman dans un long fil sur Twitter.

« Les Juifs ont connu leur lot de tragédies et de misères pendant la Seconde guerre mondiale, à une époque où aucun pays n’acceptait de réfugiés juifs. C’est la quatrième génération, ce sont les descendants de Juifs, des descendants qui entretiennent un lien clair avec le judaïsme et un lien direct avec leurs familles qui vivent en Israël », a-t-il continué.

Liberman, dont le parti est généralement considéré comme représentant principalement les intérêts des Israéliens originaires de l’ancienne Union soviétique, a déclaré qu’un tel système permettrait d’assurer les « conditions de subsistance de base » des membres de cette « quatrième génération » jusqu’à la fin de la guerre en Ukraine.

Israël a connu une forte augmentation de l’immigration en provenance d’Ukraine et de Russie depuis que Moscou a lancé son invasion. Au cours de la dernière semaine et demie, après que le dirigeant russe Vladimir Poutine a annoncé une « mobilisation partielle » et que les hommes russes ont commencé à être convoqués pour le service militaire, les responsables israéliens et les groupes juifs ont constaté une autre grande vague d’intérêt de la part des Russes qui cherchent à obtenir la citoyenneté israélienne.

Des immigrants ukrainiens, rescapés des combats en Ukraine, arrivent à l’aéroport Ben Gurion, le 17 mars 2022. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

Les modalités d’un tel dispositif pour la « quatrième génération », s’il est approuvé, n’ont pas été précisées dans l’immédiat, mais il s’agirait probablement d’un statut de résident temporaire assorti d’une voie potentielle vers la citoyenneté.

Se défendant contre ses détracteurs – en particulier ceux du parti Likud du chef de l’opposition Benjamin Netanyahu et du parti d’extrême droite Sionisme religieux – Liberman a fait valoir que c’était eux, et non lui, qui prévoyaient de modifier la Loi du retour en changeant les conditions d’éligibilité de sorte que seule une personne ayant au moins un parent juif, et non un grand-parent, se verrait garantir la citoyenneté israélienne.

« Les accords conclus entre Bibi [Netanyahu] et [les leaders de Hatzionout Hadatit Bezalel] Smotrich et [Itamar] Ben-Gvir visent à annuler ou à modifier la Loi du retour. Cela figure explicitement dans la plate-forme du parti Hatzionout Hadatit pour les 25e élections à la Knesset. Cela signera la fin du sionisme et de l’immigration, qui est une facette centrale de la vision sioniste », a déclaré Liberman.

En effet, le programme de Hatzionout Hadatit indique explicitement son intention de « supprimer la clause des petits-enfants » afin d' »empêcher l’entrée en Israël de ceux qui ne sont pas juifs. »

Dimanche, le gouvernement a approuvé une augmentation du budget de 90 millions de shekels pour le ministère de l’Immigration et de l’Intégration, qui servira à fournir des solutions de logement supplémentaires pour les immigrants, l’assimilation professionnelle, l’éducation, les services de santé et d’autres besoins fondamentaux pour aider ceux qui arrivent à la hâte et avec peu ou pas de préparation, y compris des subventions en espèces aux immigrants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...