Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Un Israélien blessé dans une fusillade en Cisjordanie ; 3 Palestiniens tués par l’armée

Israël à La Haye : ne dévalorisez pas le terme « génocide » ; Biden met en garde contre de nouvelles conséquences contre les Houthis après les frappes américaines et britanniques au Yémen ; La Maison Blanche affirme que les Gazaouis sont confrontés à la faim après l'entrée de seulement 145 camions à Gaza jeudi

Un Israélien légèrement blessé dans une fusillade en Cisjordanie ; 3 Palestiniens tués par l’armée

Un incident près de l’implantation d’Adora, dans le sud de la Cisjordanie, le 12 janvier 2024. (Capture d’écran/X)
Un incident près de l’implantation d’Adora, dans le sud de la Cisjordanie, le 12 janvier 2024. (Capture d’écran/X)

Trois terroristes palestiniens qui ont mené une fusillade dans le sud de la Cisjordanie ont été tués par les forces de sécurité, a indiqué l’armée.

L’armée israélienne a déclaré dans un communiqué que ces hommes armés avaient ouvert le feu sur des soldats qui patrouillaient dans l’implantation d’Adora.

Un Israélien, âgé de 34 ans, a été blessé dans cette attaque.

Les services d’urgence du Magen David Adom ont rapporté qu’il se trouvait dans un état correct à modéré, après qu’il a reçu une balle dans la jambe.

L’armée israélienne a affirmé que les troupes avaient pris en chasse les hommes armés et que « durant les recherches, trois terroristes ont été identifiés et éliminés par les forces de sécurité ».

Elle a indiqué que les troupes continuaient à scruter la zone.

Tsahal a mené des frappes aériennes contre des cibles du Hezbollah en réponse à des attaques contre le nord d’Israël

De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 26 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
De la fumée s’élevant lors d'un échange de tirs entre l’armée israélienne et le Hezbollah à la frontière entre Israël et le Liban, le 26 décembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)

L’armée israélienne dit avoir mené des frappes aériennes sur des cibles du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah au Liban aujourd’hui en réponse à des attaques contre le nord d’Israël.

Les cibles touchées par les avions de combat à Labbouneh, Ramyah et Ayta ash-Shab comprenaient diverses infrastructures utilisées par le groupe terroriste.

Le Hezbollah a tiré aujourd’hui plusieurs missiles sur le nord d’Israël. Le groupe terroriste affirme viser les positions de Tsahal près de Menara, Yiftah, Malkia et Zarit.

L’armée indique avoir bombardé les sites de lancement avec de l’artillerie.

Attaques des Houthis: Le danois Torm interrompt tout transit par le sud de la mer Rouge

Logo de la compagnie Torm (Crédit : autorisation)
Logo de la compagnie Torm (Crédit : autorisation)

La compagnie de transport maritime danoise Torm a annoncé vendredi qu’elle interrompait tout transit par le sud de la mer Rouge en raison des attaques des rebelles houthis du Yémen contre des bateaux commerciaux.

« Torm a décidé aujourd’hui d’interrompre tous les transits par le sud de la mer Rouge jusqu’à nouvel ordre », a déclaré à l’AFP une porte-parole de la société dans un courriel.

La compagnie danoise possède une flotte d’environ 80 navires et est spécialisée dans le transport de produits pétroliers.

Environ 12 % du commerce maritime mondial passe normalement par le détroit de Bab al-Mandeb, qui contrôle l’accès au sud de la mer Rouge, mais depuis la mi-novembre, le nombre de conteneurs a chuté de 70 %, selon les experts maritimes.

Internet et téléphone de nouveau coupés à Gaza – opérateur

Internet et le téléphone ont de nouveau été totalement coupés vendredi dans la bande de Gaza, a annoncé l’opérateur palestinien Paltel sur le réseau social X.

« Nous regrettons d’annoncer que tous les services de télécommunications dans la bande de Gaza ont été interrompus à cause de l’agression en cours [riposte militaire israélienne menée après le massacre de 1 200 personnes le 7 octobre et la prise en otages de 240 personnes]. Gaza est de nouveau coupée du monde », a précisé la compagnie.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 23 708 morts

Le ministère de la Santé dirigé par le groupe terroriste palestinien du Hamas a annoncé un bilan de 23.708 personnes tuées, en majorité des femmes, des adolescents et des enfants dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre provoquée par ses massacres sans précédent menés le 7 octobre.

Le Hamas fait également état de 60 005 blessées depuis le début de la guerre. « De nombreuses personnes sont toujours sous les décombres et les secouristes ne peuvent pas les atteindre », selon la même source.

Le Hamas est accusé de gonfler le nombre des victimes civiles et d’y inclure les Palestiniens tués par les roquettes tirées par les factions terroristes qui retombent dans la bande. Le Hamas ne fait pas non plus de distinction, dans ce bilan, entre les civils et ses terroristes ou complices.

Katz à Erdogan : « Vous êtes les vrais génocidaires », en référence au génocide arménien

Un drapeau géant est accroché dans le quartier arménien avant les commémorations pour le 100e anniversaire du génocide arménien dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)
Un drapeau géant est accroché dans le quartier arménien avant les commémorations pour le 100e anniversaire du génocide arménien dans la Vieille Ville de Jérusalem. (Crédit : Melanie Lidman/Times of Israel)

Le ministre des Affaires étrangères Israël Katz répond au président turc Recep Tayyip Erdogan qui s’est réjoui plus tôt dans la journée d’avoir soumis des documents pour aider à renforcer l’affaire portée par la Cour internationale de justice (CIJ) par l’Afrique du Sud accusant Israël de génocide contre les Palestiniens de Gaza.

« Le président de la Turquie, le pays qui a perpétré le génocide arménien et qui pensait que le monde se tairait à ce sujet, est ‘fier’ aujourd’hui d’avoir remis au tribunal de La Haye des documents qui accusent Israël de génocide », écrit Katz sur X.

« Nous vous avons entendu. Nous n’avons pas oublié le génocide arménien et les massacres [de la Turquie] contre les Kurdes. Vous êtes les véritables auteurs du génocide. Nous nous défendons contre vos amis barbares », ajoute-t-il.

Jérusalem ne reconnait pas officiellement le génocide perpétré sous l’Empire ottoman, ne voulant pas aigrir ses liens avec la Turquie et l’Azerbaïdjan, qui nient qu’il y ait eu un tel génocide.

Frappes contre les Houthis: réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU

Le Conseil de sécurité de l'ONU observe une minute de silence avant une réunion pour évoquer la guerre entre Israël et le Hamas, au siège de l'ONU à New York, le 10 novembre 2023. (Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP)
Le Conseil de sécurité de l'ONU observe une minute de silence avant une réunion pour évoquer la guerre entre Israël et le Hamas, au siège de l'ONU à New York, le 10 novembre 2023. (Crédit : TIMOTHY A. CLARY / AFP)

Le Conseil de sécurité de l’ONU se réunira vendredi après-midi en urgence après les frappes menées contre les Houthis au Yémen par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, a annoncé la France qui assure la présidence du Conseil en janvier.

La réunion d’urgence a été demandée par la Russie, a précisé la présidence française du Conseil. Elle aura lieu dans l’après-midi après une autre réunion prévue sur la situation à Gaza.

Le Conseil de sécurité a adopté mercredi une résolution exigeant l’arrêt « immédiat » des attaques des Houthis contre des navires en mer Rouge, notant également le droit des Etats membres à défendre les navires contre ces attaques.

La Russie s’était abstenue lors de ce vote.

Israël n’a pas réussi à « réfuter le dossier convaincant » de Pretoria – ministre sud-africain

Le ministre de la Justice et des Services correctionnels de l’Afrique du Sud, Ronald Lamola, déclare, à l’extérieur de la Cour internationale de justice à La Haye, qu’Israël n’a pas réussi à présenter des preuves contre l’affirmation de l’Afrique du Sud selon laquelle il commet un « génocide » contre les Palestiniens à Gaza.

« L’État d’Israël n’a pas réussi aujourd’hui à réfuter le dossier convaincant de l’Afrique du Sud qui a été présenté devant la CIJ hier. Nous nous tenons aux faits, à la loi et à toutes les preuves que nous avons soumises », déclare Lamola, ajoutant qu’à la lumière de la défense d’Israël aujourd’hui, l’Afrique du Sud continue de croire qu’Israël agit en violation de la Convention sur le génocide.

Il a souligné que le Hamas devait libérer les otages.

Tsahal a détruit plus de 700 lance-roquettes à Gaza depuis le 27 octobre

L’Armée de l’Air israélienne et les troupes opérant dans la bande de Gaza ont détruit plus de 700 lance-roquettes du Hamas depuis le début de l’offensive terrestre, annonce l’armée.

Les troupes au sol ont saisi des centaines de roquettes, y compris des projectiles à longue portée, et ont localisé de nombreux lanceurs, dans le but de détruire les capacités de lancement de roquettes du Hamas. Ensemble, les troupes au sol et l’Armée de l’Air ont détruit plus de 700 lance-roquettes, déclare l’armée israélienne.

Ces dernières semaines, il y a eu une diminution significative du taux de tirs de roquettes depuis Gaza, que les responsables militaires attribuent au contrôle d’Israël sur le terrain et à la saisie des stocks et des sites de lancement de roquettes du Hamas par les troupes. Mais ils arrivent toujours à tirer des salves comme ça a avait été le cas lors des douze coups de minuit le soir du Nouvel An.

Récemment, l’armée israélienne a affirmé que les troupes de la brigade Golani ont localisé des lance-roquettes avec des projectiles amorcés dans un cimetière de Gaza.

Elle affirme que les lance-roquettes ont été détruits sans causer de dommages au cimetière.

Dans des images partagées par l’armée, on peut voir le 100e Escadron de renseignement de l’Armée de l’Air repérer le Hamas qui tire des roquettes depuis une école et une mosquée à Gaza. Les lanceurs sont ensuite frappés par l’Armée de l’Air. L’armée israélienne affirme que le Hamas place délibérément ses lanceurs et tire des roquettes depuis des bâtiments civils.

Israël Katz accuse Pretoria de violer la Convention sur le génocide en soutenant le Hamas

Le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, accuse des membres de la communauté internationale de faire preuve de deux poids, deux mesures en ce qui concerne Israël à la suite de la conclusion de la défense d’Israël contre les accusations de génocide déposées par l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice.

Dans une déclaration publiée par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Lior Haiat, Katz affirme que les allégations de l’Afrique du Sud étaient « sans fondement » et l’accuse de violer la Convention sur le génocide « en soutenant l’organisation terroriste du Hamas, qui appelle à l’élimination de l’État d’Israël ».

« J’espère que la plainte sera rejetée d’emblée et je crois que la justice prévaudra », ajoute-t-il, remerciant l’équipe juridique d’Israël pour leurs arguments « impressionnants » lors de l’audience d’aujourd’hui.

Dans ses plaidoiries finales, l’avocat d’Israël déclare qu’accepter la demande de Pretoria affaiblirait la CIJ

Gilad Noam, qui présente les conclusions de la défense d’Israël contre les accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud devant la Cour internationale de justice (CIJ), affirme à la Cour que si elle acceptait ces demandes, elle enhardirait les groupes terroristes et leur fournirait une couverture pour commettre des crimes contre l’humanité à l’avenir, comme l’a fait le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dernier.

« Faire droit à la demande du requérant affaiblirait les efforts déployés pour punir le génocide et, au lieu d’être un instrument de prévention des horreurs terroristes, la Cour deviendrait une arme aux mains de groupes terroristes qui n’ont aucune considération pour l’humanité et l’État de droit », déclare Noam.

Accéder à la demande de mesures conservatoires de l’Afrique du Sud « signalerait aux groupes terroristes qu’ils peuvent commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité et demander ensuite la protection de cette Cour », ajoute Noam.

Avocat d’Israël à la CIJ : Si Tsahal arrête ses attaques, le Hamas répétera les siennes

Christopher Staker prend la défense d'Israël lors de la deuxième journée d'audience à la Cour internationale de Justice, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran/Youtube)
Christopher Staker prend la défense d'Israël lors de la deuxième journée d'audience à la Cour internationale de Justice, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran/Youtube)

Christopher Staker, s’exprimant au nom de l’équipe de défense d’Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ), soutient que la demande de mesures provisoires de l’Afrique du Sud à l’encontre d’Israël pour qu’il mette fin à son opération militaire à Gaza vise à protéger le Hamas de la réponse d’Israël aux atrocités qu’il a perpétrées le 7 octobre, et que cela encouragerait le groupe terroriste à répéter ces atrocités.

« Ces mesures provisoires empêcheraient Israël de défendre ses citoyens, mettraient un plus grand nombre de citoyens en danger d’être attaqués, violés et torturés [par le Hamas], et les mesures provisoires empêcheraient Israël de faire quoi que ce soit », explique-t-il.

« Si elles sont autorisées, cela impliquerait qu’en cas d’attaques terroristes commises par un groupe terroriste reconnu contre un autre État, une tierce partie demandant des mesures provisoires pourrait empêcher l’État attaqué de se défendre », ajoute Staker.

La Turquie fournit des preuves à la CIJ ; Erdogan confiant qu’Israël sera condamné

Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Budapest, en Hongrie, le 18 décembre 2023. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan à Budapest, en Hongrie, le 18 décembre 2023. (Crédit : Attila Kisbenedek/AFP)

La Turquie fournit des documents pour le procès intenté par l’Afrique du Sud contre Israël à la Cour internationale de justice (CIJ), dans lequel ils allèguent qu’Israël commet un génocide contre les civils palestiniens dans le cadre de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza, déclare Erdogan.

« Je suis convaincu qu’Israël sera condamné par la Cour. Nous croyons en la justice de la Cour internationale de justice », indique Erdogan, ajoutant que la Turquie continuerait à fournir des documents, principalement visuels, sur l’impact de la guerre à Gaza.

Israël : les efforts humanitaires à Gaza contredisent les accusations de génocide

Dr. Galit Raguan, au second jour des audiences à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran)
Dr. Galit Raguan, au second jour des audiences à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran)

Dr. Galit Raguan, présente les arguments pour défendre les actions d’Israël à Gaza et affirme devant le tribunal que les avertissements à l’égard des civils palestiniens pour évacuer les zones de guerre et de fournir une aide humanitaire démontrent qu’il n’y a même pas de plausibilité aux allégations de génocide de l’Afrique du Sud.

Raguan fournit des preuves de ces pratiques, ainsi que de l’exploitation généralisée par le Hamas de l’infrastructure civile à Gaza, et affirme que c’est cette stratégie militaire délibérée du Hamas qui est la véritable source des dommages causés aux civils à Gaza, et non une prétendue campagne génocidaire.

Raguan condamne également les allégations de l’Afrique du Sud selon lesquelles les avertissements d’Israël aux civils pour évacuer les zones de combat étaient une tentative de détruire le peuple palestinien.

« L’accusation prétend de manière étonnante que ces efforts sont en eux-mêmes génocidaires. Une mesure destinée à atténuer les dommages aux civils est, selon l’accusation, une preuve de l’intention d’Israël de commettre un génocide, alors que cela prouve exactement le contraire », souligne-t-elle.

Listant de nombreux efforts israéliens pour faciliter l’acheminement d’aide humanitaire, notamment des ambulances, des incubateurs hospitaliers, la fourniture de nourriture, d’eau et de médicaments, l’établissement de quatre hôpitaux de campagne et de deux hôpitaux flottants en mer Méditerranée, et le fait que le Hamas vole l’aide humanitaire, Raguan explique que cela va à l’encontre de l’idée qu’Israël cherche à détruire le peuple palestinien à Gaza.

« A elle seule cette [liste] non-exhaustive suffit à démontrer à quel point les allégations des Sud-Africains sont tendancieuses et à quel point les allégations de génocide sont sans fondement », dit-elle des efforts israéliens.

« Israël retarderait-il son opération terrestre pendant des semaines, investirait-il des ressources massives pour dire aux civils où, quand et comment [évacuer], pour quitter les zones de combat ? » demande Raguan, affirmant que si Israël cherchait à commettre un génocide, il ne « maintiendrait pas un personnel dédié d’experts dont le seul rôle est de fournir de l’aide, malgré le fait qu’ils aient été attaqués » le 7 octobre.

Des manifestants pro-Israël arborent des photos d’otages devant la CIJ, à La Haye

Des manifestants brandissant des drapeaux et des photos des otages enlevés lors de l'attaque du Hamas en Israël le 7 octobre, participant à une manifestation devant la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)
Des manifestants brandissant des drapeaux et des photos des otages enlevés lors de l'attaque du Hamas en Israël le 7 octobre, participant à une manifestation devant la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

Des foules de manifestants pro-Israël se rassemblent devant la Cour internationale de justice (CIJ), à La Haye, alors que l’équipe juridique d’Israël répond aux accusations portées par l’Afrique du Sud devant la plus haute juridiction de l’ONU, selon lesquelles il commet un « génocide » dans sa guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza.

Les manifestants tiennent de grandes banderoles flanquée d’images d’otages toujours détenus par le Hamas et d’autres groupes terroristes à Gaza, notamment de Kfir Bibas, qui a eu un an le 3 janvier.

Lors de la manifestation, une longue table a été dressée pour le traditionnel dîner du vendredi soir, auquel les Juifs du monde entier prennent part chaque semaine.

La table comporte une chaise pour chaque otage encore détenu à Gaza, afin de rappeler leur absence.

Des photos des otages enlevés lors de l’attaque du Hamas en Israël le 7 octobre placées derrière une table dressée lors d’une manifestation devant la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

Shaw : Pretoria a produit des « citations aléatoires » de ministres non conforme à la politique du gouvernement

Le professeur Malcolm Shaw aborde la question cruciale de l’intention dans les accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud contre Israël devant la Cour internationale de justice (CIJ).

Il affirme que Pretoria a présenté une « image déformée » de déclarations faites par les hommes politiques israéliens sur la guerre afin d’établir l’intention génocidaire d’Israël, et souligne que seules les décisions politiques du cabinet de guerre israélien restreint et du cabinet de sécurité plus large sont pertinentes pour déterminer la politique israélienne dans la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas en cours à Gaza.

« Produire des citations aléatoires qui ne sont pas conformes à la politique du gouvernement est au mieux trompeur », déclare Shaw.

Il cite à titre d’exemple une réunion du cabinet de sécurité du 29 octobre au cours de laquelle le Premier ministre déclare à maintes reprises que « nous devons empêcher une ‘catastrophe humanitaire’ et le Premier ministre indique des solutions possibles pour l’approvisionnement en eau, en nourriture et en médicaments, ainsi que pour l’augmentation du nombre de camions [d’aide humanitaire] » dans la bande de Gaza ».

Shaw cite également des directives de l’armée israélienne en vigueur depuis le 7 octobre, dont l’une affirmant que « les attaques seront uniquement dirigées vers des cibles militaires [armées] tout en adhérant aux principes de distinction, de proportionnalité, en prenant des précautions dans les attaques pour réduire les dommages collatéraux ». Le professeur souligne qu’il s’agit d’une directive qui lie tous les soldats de Tsahal.

Il cite également de nombreux commentaires du Premier ministre Netanyahu et du ministre de la Défense Yoav Gallant déclarant que le but de la guerre est de détruire le Hamas et qu’elle ne vise pas le peuple palestinien.

Avocat d’Israël : Toutes les guerres ne sont pas des génocides

Le juriste britannique Malcolm Shaw assistant à une audience à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)
Le juriste britannique Malcolm Shaw assistant à une audience à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

Le professeur Malcolm Shaw, KC, s’exprimant sur la nature des accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud contre les Palestiniens de Gaza, note que les civils souffrent dans tous les conflits armés « en particulier lorsqu’un camp attaque des civils et ne se préoccupe pas » du bien-être des civils de son propre camp.

« Tous les conflits ne sont pas génocidaires. Le crime de génocide en droit international et en vertu de la Convention sur le génocide est une manifestation malveillante unique et se tient seule parmi les violations du droit international comme le paroxysme du mal, le crime des crimes, le summum de la méchanceté », affirme-t-il.

« Si les allégations de génocide devenaient la monnaie courante des conflits armés, où qu’ils se produisent, l’essence de ce crime serait perdue. »

Israël condamne l’allégation selon laquelle il n’a pas le droit de se défendre contre le Hamas

Dans sa déclaration, Becker fustige l’Afrique du Sud pour ses allégations de génocide à l’encontre d’Israël, qu’il qualifie de « dénaturées ».

Il condamne également l’affirmation de Pretoria selon laquelle Israël n’a pas le droit à l’auto-défense contre le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Si le requérant prétend qu’Israël doit être privé de la capacité de défendre ses citoyens, le résultat absurde est que, sous couvert d’allégations de génocide, ce tribunal tente d’empêcher Israël de défendre ses civils contre un groupe qui poursuit un programme génocidaire à leur encontre », déclare Becker.

Il souligne également que la pratique du Hamas consistant à implanter ses installations et ses terroristes au milieu des infrastructures civiles et à voler les denrées humanitaires est la véritable source de la mort et de la souffrance des civils à Gaza.

« Le Hamas a systématiquement et illégalement implanté son infrastructure terroriste dans des écoles, des mosquées, des hôpitaux et d’autres sites sensibles. Il s’agit d’une méthode de guerre planifiée et odieuse. »

Israël se bat « face à l’inhumanité du Hamas », déclare Becker.

« L’élément clé du génocide, à savoir l’intention de détruire un peuple en tout ou en partie, fait totalement défaut », poursuit Becker.

« Ce qu’Israël cherche, ce n’est pas à détruire un peuple, mais à protéger un peuple, son peuple, et à le faire dans le respect de la loi, alors même qu’il est confronté à un ennemi sans cœur déterminé à utiliser ce fait contre lui. »

Les accusations de Pretoria sont « grossièrement déformées » -conseiller juridique d’Israël à la CIJ

Le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères d'Israël Tal Becker s'exprimant au début de la deuxième journée d'audience, à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)
Le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères d'Israël Tal Becker s'exprimant au début de la deuxième journée d'audience, à la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)

Les actions militaires d’Israël à Gaza sont des actes de légitime défense contre le groupe terroriste palestinien du Hamas et « d’autres groupes terroristes », déclare le conseiller juridique du ministère des Affaires étrangères d’Israël à l’ouverture de la deuxième journée d’audiences à la Cour internationale de justice (CIJ) basée à La Haye, vendredi.

Le conseiller, Tal Becker, explique que l’Afrique du Sud a présenté jeudi « une histoire grossièrement déformée » en accusant Israël d’avoir commis un génocide à Gaza au cours de la première journée d’audience de l’affaire qu’elle a portée devant la plus haute juridiction de l’ONU.

« S’il y a eu des actes de génocide, ils ont été perpétrés contre Israël », souligne Becker.

Israël répond aux accusations de génocide devant la CIJ

Une bannière prête à être installée aux abords de la Cour internationale de Justice avant une audience à La Haye, aux Pays-Bas, le 11 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)
Une bannière prête à être installée aux abords de la Cour internationale de Justice avant une audience à La Haye, aux Pays-Bas, le 11 janvier 2024. (Crédit : Patrick Post/AP Photo)

LA HAYE – Israël répondra dans la matinée aux accusations portées par l’Afrique du Sud devant la plus haute juridiction de l’ONU, selon lesquelles son opération militaire à Gaza en réponse à l’assaut terroriste du Hamas du 7 octobre est une campagne de génocide menée par l’État et visant à anéantir la population palestinienne.

L’Afrique du Sud, qui a saisi la Cour internationale de justice (CIJ) en décembre, a demandé hier aux juges d’imposer des mesures d’urgence ordonnant à Israël de mettre immédiatement fin à l’opération militaire.

Israël rejette les accusations de génocide comme étant sans fondement et affirme que Pretoria agit en tant que porte-parole du groupe terroriste palestinien du Hamas qui cherche à faire disparaître l’État juif. L’armée israélienne vise les terroristes du Hamas, et non les civils palestiniens, affirme Jérusalem.

La Convention sur le génocide de 1948, promulguée à la suite de l’assassinat massif des Juifs lors de la Shoah, définit le génocide comme « des actes commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux ».

La Cour devrait se prononcer sur d’éventuelles mesures d’urgence dans le courant du mois, mais ne se prononcera pas à ce moment-là sur les allégations de génocide, dont la procédure pourrait durer plusieurs années.

Les décisions de la CIJ sont définitives et sans appel, mais la Cour n’a aucun moyen de les faire appliquer.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

Des manifestants anti-Israël devant la CIJ, alors qu’Israël s’apprête à se défendre

Des manifestants anti-Israël, pro-Palestiniens devant la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)
Des manifestants anti-Israël, pro-Palestiniens devant la Cour internationale de justice, à La Haye, aux Pays-Bas, le 12 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran Youtube)

Une grande manifestation anti-Israël a lieu devant la Cour internationale de justice (CIJ) basée à La Haye, alors qu’Israël s’apprête à répondre aux accusations de génocide portées par l’Afrique du Sud lors de l’audience qui s’est tenue la veille.

Dans des vidéos partagées sur X, la foule scande « Du fleuve à la mer, la Palestine sera libre » et « cinq, six, sept, huit, Israël est un État terroriste ».

Le Royaume-Uni n’envisage pas dans l’immédiat de nouvelles frappes contre les Houthis

La Grande-Bretagne ne prévoit pas pour le moment d’autres missions de frappes contre des cibles terroristes des Houthis au Yémen, après avoir mené une attaque conjointe avec les États-Unis cette nuit, déclare le ministre britannique des Forces armées, James Heappey, à la BBC.

Interrogé sur d’éventuelles missions supplémentaires, il répond « qu’aucune n’est prévue dans l’immédiat, et c’est un point important ».

« La nuit dernière était une réponse limitée, proportionnée et nécessaire. »

Le chef de l’hôpital de Khan Younès libéré après 51 jours de détention par Israël – Croissant-Rouge palestinien

Le Croissant-Rouge palestinien annonce que le directeur de l’hôpital de Khan Younès, le docteur Awni Khattab, a été libéré après 51 jours de détention par les Israéliens.

Il a été libéré au poste-frontière de Kerem Shalom entre Israël et Gaza ce matin, après avoir été arrêté alors qu’il évacuait des patients de l’hôpital al-Shifa, dans le nord de la bande de Gaza, vers des zones sûres dans le sud, au début de la guerre, précise le Croissant-Rouge.

Khan Younès : Tsahal abat des chefs « d’élite » du Hamas ayant participé au 7 octobre

Au cours de la journée écoulée, l’armée israélienne a tué des dizaines de terroristes palestiniens du Hamas lors d’opérations menées à Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, et à Maghazi, dans le centre de la bande de Gaza.

À Maghazi, la 36e division a tué une vingtaine de terroristes du Hamas, dont un commandant du bataillon de Khan Younès de l’unité dite « Nukhba » (« élite » en arabe) du groupe terroriste palestinien du Hamas.

À Khan Younès, la 98e division a mené une frappe aérienne sur un bâtiment utilisé par le Hamas, tuant sept terroristes, selon Tsahal.

L’armée indique qu’un autre commandant de la « Nukhba », qui avait participé à l’attaque du 7 octobre, figurait parmi les cibles de la frappe.

Toujours à Khan Younès, les troupes de la Brigade Commando ont repéré trois hommes armés du Hamas qui sortaient de la maison d’un terroriste et s’approchaient des troupes. Les commandos ont ouvert le feu, tuant les trois terroristes.

À al-Bureij, près de Maghazi, des soldats de la 414e unité de collecte de renseignements de combat du Corps de Défense des Frontières ont repéré un terroriste du Hamas qui tirait sur les soldats depuis un bâtiment, selon l’armée.

Tsahal précise que les soldats de l’unité ont piloté un drone jusqu’à la fenêtre d’où le tireur avait ouvert le feu, et l’ont abattu.

Seulement 145 camions d’aide sont entrés à Gaza jeudi, selon l’agence de l’ONU

Des camions transportant de l'aide humanitaire vers Gaza, faisant la queue au poste frontière de Rafah, en Égypte, le 19 novembre 2023. (Crédit : Amr Nabil/AP/Dossier)
Des camions transportant de l'aide humanitaire vers Gaza, faisant la queue au poste frontière de Rafah, en Égypte, le 19 novembre 2023. (Crédit : Amr Nabil/AP/Dossier)

Seuls 145 camions transportant de la nourriture, des médicaments et d’autres denrées humanitaires sont entrés dans la bande de Gaza jeudi par le poste-frontière de Rafah en Égypte et le point de passage de Kerem Shalom en Israël, indique Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) dans sa mise à jour quotidienne.

Lors de la trêve d’une semaine fin novembre, Israël avait accepté d’autoriser l’entrée d’au moins 200 camions d’aide dans la bande de Gaza, les États-Unis faisant pression pour que ce nombre se rapproche des 500 camions quotidiens qui entraient dans la bande avant la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas. Jérusalem affirme que l’ONU et l’Égypte provoquent des goulets d’étranglement massifs dans la livraison de l’aide et qu’elle inspecte des centaines de camions par jour.

Mais les agences d’aide sur le terrain rétorquent qu’il est pratiquement impossible d’acheminer l’aide dans toute la bande de Gaza tant que les opérations militaires israéliennes se poursuivent.

« Entre le 1er et le 11 janvier, seulement 21 % (5 sur 24) des livraisons prévues de nourriture, de médicaments, d’eau et d’autres fournitures vitales au nord de Wadi Gaza ont eu lieu », indique l’OCHA, alors que l’insécurité alimentaire est de plus en plus redoutée, en particulier dans le nord de la bande de Gaza où des centaines de milliers de Palestiniens se trouvent encore.

« Les refus répétés de livraison de carburant aux installations d’eau et d’assainissement ont privé les gens d’accès à l’eau potable, aggravant le risque de débordement des égouts et intensifiant rapidement la propagation des maladies transmissibles », indique l’OCHA.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.