L’opposition syrienne, une myriade de groupes concurrents
Rechercher

L’opposition syrienne, une myriade de groupes concurrents

C'est une opposition syrienne fragmentée qui se réunit mardi à Ryad pour tenter de bâtir une plateforme commune en vue de futures discussions avec le régime

Capture d'écran d'une frappe attribuée aux Russes en Syrie (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Capture d'écran d'une frappe attribuée aux Russes en Syrie (Crédit : Capture d'écran YouTube)

En voici les principaux groupes :

La Coalition nationale syrienne

Principal regroupement d’opposant syriens à l’étranger, elle doit envoyer 20 représentants à Ryad.

Créée à Doha en novembre 2012 et basée à Istanbul, elle réunit des membres de groupes politiques et ethniques très variés, dont des forces armées, même si elle est souvent accusée d’être déconnectée de la réalité du terrain.

La Coalition est reconnue par plus de 120 pays comme « unique représentant du peuple syrien ».

Elle est soutenue par l’Occident et des pays arabes et a été le théâtre de luttes d’influences entre l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar. Son chef Khaled Khoja vit en Turquie.

Elle est favorable au document de « Genève I », adopté en juin 2012 par les grandes puissances et qui prévoit la mise en place en Syrie d’une autorité de transition dotée des pleins pouvoirs. A ses yeux, ce document implique le départ de M. Assad, ce que refusent les alliés du régime.

La Conférence du Caire

Née au Caire en janvier 2015, la Conférence du Caire des forces de l’opposition syrienne réunit environ 150 opposants de l’intérieur et de l’extérieur, dont des Kurdes syriens.

L’un de ses fondateurs, l’opposant de longue date Haytham Manna, a affirmé à l’AFP que ce groupe enverrait 20 représentants à Ryad.

Mouvement séculier soutenu par l’Egypte, la Conférence se présente comme une rivale de la Coalition nationale syrienne qu’elle accuse d’être manipulée par le puissant mouvement islamiste des Frères musulmans. Elle a participé à des réunions d’opposants à Moscou.

Le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (CCCND)

Fondé en 2011, le CCCND est le principal groupe d’opposants de l’intérieur. Il rassemble notamment des partis nationalistes, de gauche et kurdes.

Il s’est opposé à toute intervention étrangère en Syrie. Bien qu’il soit toléré par Damas, nombre de ses dirigeants ont été arrêtés.

Ce groupe a lui aussi participé à des rencontres à Moscou en 2014 et 2015.

Il n’était pas clair dimanche si d’autres groupes d’opposition basés en Syrie, comme le Front populaire pour le changement et la libération ou le Courant de l’édification de l’Etat syrien, ont été invités à Ryad.

Personnalités indépendantes

Une poignée de dissidents indépendants, dont des hommes d’affaires et des militants, pourraient également participer à la réunion de Ryad mais leur nom n’ont pas encore été dévoilés.

Factions armées

Quelque 15 représentants des groupes armés devraient faire le déplacement dans la capitale saoudienne selon une source, mais un certain flou demeure sur l’identité des organisations invitées.

Le seul groupe à avoir confirmé son invitation est le puissant Jaich al-Islam, implanté dans la province de Damas et proche de l’Arabie saoudite. Mais il n’a pas encore indiqué s’il allait effectivement participer à la réunion.

Le Front du sud, une coalition soutenue par les Occidentaux qui regroupe des mouvements considérés comme modérés, serait un autre invité, mais aucune déclaration officielle ne le confirme.

Le groupe Ahrar al-Cham, la force d’opposition non-jihadiste la plus importante en Syrie, aurait été invité mais l’organisation refuse de commenter ces informations de presse.

En revanche, selon plusieurs sources kurdes, les Unités de protection du peuple kurde (YPG), une milice kurde syrienne qui est en première ligne dans la lutte contre l’EI dans le nord du pays et se coordonne avec la coalition internationale antijihadistes, n’ont pas été invitées.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), regroupant depuis peu des combattants kurdes et des rebelles arabes, ont également été ignorées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...