Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Macron condamne « avec la plus grande fermeté » les blocages dans les universités

Le président dit comprendre "très bien que ce qui se passe aujourd'hui en particulier à Gaza bouleverse, mais empêcher le débat n'a jamais aidé à la résolution d'un conflit"

Le président français Emmanuel Macron, s'exprimant au 100e jour de l'assaut du Hamas et de la prise d'otages, le 13 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran via X)
Le président français Emmanuel Macron, s'exprimant au 100e jour de l'assaut du Hamas et de la prise d'otages, le 13 janvier 2024. (Crédit : Capture d'écran via X)

Emmanuel Macron condamne « avec la plus grande fermeté » les blocages à Sciences Po et dans les universités de manifestants anti-Israël, des actions qui « empêchent le débat », juge-t-il dans un entretien à La Provence et à La Tribune Dimanche.

« Je comprends très bien que ce qui se passe aujourd’hui en particulier à Gaza bouleverse – la France appelle d’ailleurs à un cessez-le-feu immédiat – mais empêcher le débat n’a jamais aidé à la résolution d’un conflit », souligne le chef de l’État.

Macron trouve « tout à fait légitime et même sain et rassurant que notre jeunesse puisse dire que l’actualité internationale la touche et qu’elle en débatte », mais « intimer l’ordre à un établissement d’avoir telle ou telle politique par la force et le blocage, empêcher d’autres étudiants d’accéder à un amphithéâtre sous prétexte qu’ils sont Juifs, ce n’est pas la République », martèle-t-il.

Le président est donc « favorable » à l’évacuation par les forces de l’ordre des universités bloquées « à la demande des établissements ».

Selon lui, les étudiants qui bloquent les établissements sont « politisés. Certaines formations, comme [le mouvement de gauche radicale] La France Insoumise, ont considéré que c’était une manière pertinente de mener le combat. Il est simplement contreproductif et inacceptable qu’au nom de leurs combats, ils empêchent le débat », tranche-t-il.

Les forces de l’ordre ont évacué vendredi des activistes anti-Israël de Sciences Po Paris, mettant rapidement fin à l’occupation de l’établissement.

Des étudiants bloquant l’université de Sciences Po, à Paris, le 26 avril 2024. (Crédit : Jeffrey Schaeffer/AP)

Plusieurs rassemblements et blocages ont eu lieu ces derniers jours sur des sites de Sciences Po et dans des universités, entraînant dans certains cas l’intervention des forces de l’ordre, en écho à une mobilisation en cours sur plusieurs campus aux États-Unis.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.