Mandelblit : « très inquiétant » que Liat Ben-Ari ait besoin de gardes du corps
Rechercher

Mandelblit : « très inquiétant » que Liat Ben-Ari ait besoin de gardes du corps

"Les incitations ne nous arrêteront pas," a mis en garde le procureur général

La procureure Liat Ben-Ari (à gauche) avec ses collègues lors du procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 8 février 2021. (Reuven Kastro/POOL)
La procureure Liat Ben-Ari (à gauche) avec ses collègues lors du procès du Premier ministre Benjamin Netanyahu au tribunal de district de Jérusalem, le 8 février 2021. (Reuven Kastro/POOL)

Le procureur général Avichai Mandelblit a dénoncé mercredi les « incitations » à l’encontre des forces de l’ordre et notamment à l’encontre de Liat Ben-Ari, la principale procureure dans le procès pour corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

S’exprimant lors d’une conférence organisée par le journal de droite Besheva, Mandelblit a semblé faire référence aux attaques répétées contre le système judiciaire par Netanyahu et ses alliés.

« La rhétorique incendiaire et les attaques personnelles contre les principaux responsables de l’application de la loi n’existaient pas dans le passé », a déclaré M. Mandelblit. « Les incitations ne nous arrêteront pas ».

« La critique est acceptable. Cependant, il est très inquiétant de voir la procureure principale se balader avec des gardes du corps et de voir des remarques inappropriées lui être adressées. Mais cela ne la dissuadera pas, ni elle ni moi, et nous continuerons à sauvegarder l’État de droit dans l’État d’Israël », a-t-il déclaré.

« Il y a une tentative visant à délégitimer Liat Ben-Ari », a ajouté M. Mandelblit. « Ben-Ari fait un excellent travail, je lui apporte tout mon soutien. »

Le procureur général Avichai Mandelblit s’exprime lors d’une manifestation à l’université de Bar-Ilan, le 4 mars 2020. (FLASH90)

Netanyahu a lancé des attaques cinglantes contre Mandelblit, qu’il a nommé et qui était auparavant son secrétaire de cabinet, depuis que le procureur général l’a inculpé en 2019.

Dans une harangue l’année dernière, le Premier ministre avait accusé le procureur général de faire partie d’une conspiration d’État profonde qui inclut des hauts fonctionnaires de la police, du ministère public et du système judiciaire et qui vise soi-disant à l’évincer pour des raisons politiques.

Cette semaine, Netanyahu a assisté pour la deuxième fois à une audience de son procès, plaidant officiellement non coupable des accusations de corruption dans trois affaires.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...