Maurice Sachs, l’écrivain ‘juif collabo’ insaisissable
Rechercher
'Les tricheurs ne connaissent pas la vraie joie de gagner'

Maurice Sachs, l’écrivain ‘juif collabo’ insaisissable

France-Culture consacre une émission sur ce juif qui fut abbé, travailleur volontaire auprès des nazis pendant la guerre, voleur et toujours scandaleux

Couverture d'un livre consacré à Maurice Sachs par Thomas Clerc (Crédit: capture d'écran couverture Allia)
Couverture d'un livre consacré à Maurice Sachs par Thomas Clerc (Crédit: capture d'écran couverture Allia)

« Proche de la Gestapo », espion pour le compte des nazis auprès des prisonniers juifs à Hambourg, écrivain de génie, mort à 38 ans « ayant vécu 1 000 vies romanesques avec des hauts et très bas », la vie de Maurice Sachs est difficile à saisir, sa mort même est un mystère.

Il aurait été abattu en Allemagne par un SS en avril 1945. Abbé, marchand de tableau, voleur, éditeur, il hante plusieurs livres de Patrick Modiano, Place de l’Etoile, Un cirque passe, et 15 quai Conti.

« Maurice Sachs aura mille vies, explique France Culture qui lui consacre une émission.

« Ami de Max Jacob, des Maritain, des Castaing, en affaires avec Chanel, brouillé avec Cocteau, sous la protection de Gide, Sachs traverse l’Atlantique, se fait conférencier aux Etats-Unis, se marie, abandonne sa femme, vivote sans le sou avec un jeune Californien à Paris, siège au comité de lecture de la NRF, et il écrit, » poursuit France Culture.

Le Sabbat, La chasse à courre sont considérés comme des chefs d’œuvres par la critique. On lui doit cette sentence célèbre, prononcé en connaisseur : « les tricheurs ne connaissent pas la vraie joie de gagner ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...