Michael Biton, un nouveau challenger au centre de l’échiquier israélien ?
Rechercher

Michael Biton, un nouveau challenger au centre de l’échiquier israélien ?

Le maire de Yeruham veut créer un parti politique pour réduire les écarts entre la start-up nation et un pays en besoin de mesures sociales

Michael Biton, le maire de Yeruham (Crédit: capture d'écran Contento Now)
Michael Biton, le maire de Yeruham (Crédit: capture d'écran Contento Now)

Ses parents sont arrivés de Ouarzazate, au Maroc au début des années 1960, et ont été dirigés à Yéruham, petite ville de développement dans le désert du Néguev. La mère de Michael, actuel maire de la ville, faisait des ménages, son père était ouvrier dans une usine de textile. Issu d’une fratrie de neuf enfants, il l’assure: « Je ne me suis jamais senti pauvre ».

Le journal La Croix l’a suivi lors d’une ballade en voiture à travers la ville.

Michael Biton se vante d’avoir récupéré une ville sous tutelle pour cause de mauvaise gestion, et d’être parvenu à équilibré le budget ainsi que « le solde migratoire » explique La Croix : « Treize nouvelles maisons avaient été construites entre 1990 et 2010. Depuis, il y en a eu 300 », se félicite Biton.

« Sa recette, explique le journal : lever des fonds auprès de mécènes et signer des partenariats public-privé pour réunir des financements ; développer la qualité de vie et les services – parcs, crèches, santé – pour garder, voire attirer les habitants. Sa méthode s’appuie aussi sur beaucoup de proximité avec les habitants. « Les électeurs donnent la priorité au candidat qui parle leur langage. »

Sous étiquette du parti Kadima, Biton a récolté 44 % des voix à l’élection municipale de 2010. Passé sous la bannière des travaillistes, il obtient 70 % des voix en 2014. En attendant de se présenter à la Knesset. Sous nouveau parti compte présenter des candidats aux prochaines élections programmées en 2019.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...