Mont du Temple : le retrait des détecteurs pas suffisant pour Erdogan
Rechercher

Mont du Temple : le retrait des détecteurs pas suffisant pour Erdogan

"Chaque jour, le gouvernement israélien tente avec de nouvelles mesures de détruire le caractère islamique de Jérusalem", a déclaré le président turc

Le président turc Recep Tayyip Erdogan durant un discours sur les tensions diplomatiques avec les Pays-Bas, à Istanbul, le 12 mars 2017. (Crédit : Ozan Kose/AFP)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan durant un discours sur les tensions diplomatiques avec les Pays-Bas, à Istanbul, le 12 mars 2017. (Crédit : Ozan Kose/AFP)

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé « bonne » mais pas suffisante mercredi la décision d’Israël de supprimer les détecteurs de métaux aux entrées du mont du Temple.

Le retrait de ce dispositif « est une bonne mesure », a déclaré Erdogan. « Mais est-ce suffisant à notre goût ? Non », a-t-il ajouté en fustigeant les entraves israéliennes qui empêchent selon lui les musulmans d’accéder au mont du Temple, notamment pour la prière du vendredi.

Des détecteurs de métaux ont été installés aux entrées du mont du Temple à Jérusalem à la suite de la mort le 14 juillet de deux policiers israéliens dans une attaque armée menée par trois Arabes israéliens.

En réaction, des manifestations de protestation ont été lancées contre les détecteurs, au cours desquelles des affrontements ont éclaté à plusieurs reprises entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes. Cinq Palestiniens ont été tués.

Trois Israéliens ont par ailleurs été tués vendredi soir dernier par un Palestinien dans une implantation israélienne en Cisjordanie.

Pour mettre fin à ces violences et sur demande de la Jordanie, gardien officiel des lieux saints musulmans de Jérusalem, les détecteurs de métaux ont été retirés mercredi pour être remplacés par d’autres mesures de sécurité.

« Chaque jour, le gouvernement israélien tente avec de nouvelles mesures de détruire le caractère islamique de Jérusalem », a ajouté le président turc.

Mardi, il avait appelé « les musulmans du monde entier » à « visiter » et « protéger » Jérusalem. Ces propos ont suscité une vive réaction du ministère israélien des Affaires étrangères qui l’a appelé à « s’occuper des problèmes de son pays ».

Le ministère turc des Affaires étrangères a répliqué mercredi matin en qualifiant les commentaires israéliens d' »arrogants ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...