Mort de Samy Souied : la version d’Arnaud Mimran contredite par un expert
Rechercher

Mort de Samy Souied : la version d’Arnaud Mimran contredite par un expert

Alors qu'Arnaud Mimran avait expliqué avoir rendue la baque à tête de mort à Souied après l'avoir faite modifier, un expert avance qu'elle n'a jamais été retouchée

Arnaud Mimran au tribunal de Paris, le 7 juillet 2016 (Crédit : Bertrand Guay/AFP)
Arnaud Mimran au tribunal de Paris, le 7 juillet 2016 (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

Suite à une révélation du site Mediapart, le  « casse du siècle », la vaste arnaque sur le marché du Co2, dont les protagonistes principaux sont aujourd’hui en prison ou mort assassiné, est de retour sur le devant de scène judiciaire.

Le média d’investigation révèle une faille dans la défense d’Arnaud Mimran. La bague tendue à Samy Souied, le « boss du casse du siècle » quelques secondes avant son assassinat n’avait pas été modifiée, comme Arnaud Mimran l’avait expliqué à Samy Souied, et à la justice.

Il plane au-dessus d’Arnaud Mimran, qui purge aujourd’hui une peine de huit ans pour cette escroquerie de 285 millions d’euros, de forts soupçons quant à son rôle dans le meurtre de sang-froid de Samy Souied, exécuté par un commando le 14 septembre 2010 porte Maillot. Et ce, bien qu’Arnaud Mimran a toujours nié être lié ce meurtre. La justice ne l’a d’ailleurs entendu dans cette affaire, uniquement comme témoin assisté, et non comme suspect.

Ce 14 septembre 2010, Samy Souied ne devait faire qu’un aller-retour entre Tel Aviv et Paris. La seule raison : rencontrer Arnaud Mimran pour régler un différend financier. Ce dernier tarde à rendre à Souied plusieurs millions investis dans diverses opérations financières.

Les deux hommes se voient trois fois dans la journée, les deux premières fois vers 15h et 18h.

Photos du film Carbone. (Crédit : Mika Cotellon © 2016 – LES FILMS MANUEL MUNZ – EUROPACORP – NEXUS FACTORY – UMEDIA – Tous droits réservés.)

Médiapart rappelle le récit de la troisième rencontre décrit par Arnaud Mimran lors d’une de ses auditions par la police en 2010 : « Après son départ, je suis monté dans ma chambre et j’ai vu une bague appartenant à sa femme qu’elle m’avait confiée il y a une semaine environ afin de la faire rétrécir ou agrandir. […] J’avais oublié de la lui donner quand il est venu à la maison. Sa femme me l’avait confiée dans la semaine du 6 septembre. Samy voulait ramener la bague à sa femme. »

Selon un policier français cité dans un reportage israélien intitulé le « Casse du siècle », tendre un objet à un individu, serait une étape « classique » permettant l’identification d »une cible de manière formelle.

Seulement, cette version est mise à mal par une nouvelle expertise ordonnée par le juge Hurel, nouveau juge d’instruction en charge de l’affaire qui donne à cette affaire de meurtre un nouvel élan. Selon des informations obtenues par Mediapart, cette bague qu’Arnaud Mimran dit avoir faite modifiée pour la femme de Samy Souied, qui l’avait essayée une première fois quelques semaines plus tôt, n’a jamais été retouchée.

« Je peux conclure que cette bague dont le tour de doigt est 53 n’a pas été mise à grandeur après sa fabrication », écrit l’expert – le 18 mai 2016 mais le document était tenu secret jusqu’aujourd’hui – dans son rapport remis au juge, que Mediaprt a pu consulter.

La version d’Arnaud Mimran est ainsi mise à mal, et l’instruction en cours pourrait conduire la justice à l’entendre de nouveau.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...