Mort d’un ado : Policiers et manifestants s’affrontent pour la 4e nuit d’affilée
Rechercher

Mort d’un ado : Policiers et manifestants s’affrontent pour la 4e nuit d’affilée

Des centaines de personnes se sont rassemblées à Jérusalem après la mort d'un jeune de 16 ans en Cisjordanie, lundi, lors d'une course-poursuite avec la police

La police israélienne aux prises avec des manifestants pendant un rassemblement pour dénoncer la mort d'un jeune habitant d'implantation mort, cette semaine, dans un accident de voiture lors d'une course-poursuite avec les policiers, le 23 décembre 2020. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)
La police israélienne aux prises avec des manifestants pendant un rassemblement pour dénoncer la mort d'un jeune habitant d'implantation mort, cette semaine, dans un accident de voiture lors d'une course-poursuite avec les policiers, le 23 décembre 2020. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Des centaines de personnes ont manifesté jeudi soir à Jérusalem pour protester contre la mort d’un jeune habitant d’implantation lors d’un accident de voiture. Lui et quatre autres jeunes tentaient de fuir la police après avoir apparemment jeté des pierres sur des Palestiniens, dans le centre de la Cisjordanie.

Des protestataires ont bloqué le tramway dans le centre de la ville et se sont regroupés aux abords du siège de la police à l’occasion d’une quatrième nuit de manifestation suite à la mort, lundi, d’Ahuvia Sandak, 16 ans.

La police a noté que douze personnes avaient été appréhendées pour trouble à l’ordre public et agression à l’encontre des agents, a fait savoir la chaîne Kan. Les manifestants étaient, dans leur majorité, des adolescents, ont indiqué des informations.

Des rassemblements similaires ont été organisés aux carrefours de tout le pays pour dénoncer la mort de l’adolescent.

Le véhicule qui transportait ces jeunes dits « des collines » s’est renversé, pendant la course-poursuite, à proximité du carrefour de Michmash, tuant l’adolescent de 16 ans et faisant quatre autres blessés. Les autres suspects avaient alors été appréhendés et évacués vers l’hôpital Hadassah de Jérusalem, sur le mont Scopus. Ils présentent des blessures légères à modérées.

La police avait expliqué que les agents avaient sommé le conducteur du véhicule de s’arrêter après avoir vu les jeunes jeter des pierres sur des véhicules palestiniens qui circulaient sur la route. Les suspects avaient refusé et tenté de fuir avant de perdre le contrôle de la voiture, qui s’était renversée sur le côté de la route.

Selon Honenu, un groupe d’aide juridique qui représente régulièrement les habitants d’implantation d’extrême-droite, la voiture de la police « a frappé violemment, par derrière, le véhicule des habitants d’implantation et la force de l’impact a précipité la sortie de route de la voiture ».

Ahuvia Sandak, qui a été tué quand sa voiture s’est renversée alors qu’elle était poursuivie par la police en Cisjordanie, le 21 décembre 2020. (Autorisation)

Sandak s’était trouvé piégé sous la voiture et il a fallu presque 40 minutes pour l’extraire, avait noté le groupe.

Selon la radio militaire, les autres passagers de la voiture avaient pour leur part présumé que Sandak avait pris la fuite, ignorant qu’il était resté bloqué sous le véhicule. Ils avaient également refusé de coopérer avec la police, perdant un temps précieux qui aurait pu être utilisé pour sauver la victime.

La police a interrogé les autres passagers de la voiture dans la journée de mercredi. Ils sont tous soupçonnés d’homicide par négligence, selon des informations parues dans les médias israéliens. Une enquête a aussi été ouverte sur les jets de pierre présumés qui auraient entraîné la course-poursuite.

Le département des enquêtes internes de la police interroge actuellement les agents impliqués dans l’incident.

Cet accident meurtrier était survenu quelques heures après la découverte du corps sans vie d’une Israélienne, Esther Horgen, dans une forêt du nord de la Cisjordanie, où elle était allée courir.

Les forces de sécurité ont arrêté, jeudi, un Palestinien qui est soupçonné d’être l’auteur de ce meurtre brutal, ainsi que plusieurs complices présumés.

La mort de Horgen a entraîné plusieurs jours de tensions en Cisjordanie. Lundi soir, des dizaines d’habitants d’implantation ont défilé à travers Huwara, un village palestinien situé à côté de Naplouse, en réponse au meurtre. Selon des informations parues dans la presse israélienne, 13 incidents de jets de pierre présumés sur des Palestiniens ont été signalés seulement pour la journée de mardi.

Des sources militaires ont expliqué au site d’information Walla qu’elles craignaient que la mort de Horgen n’entraîne une série de représailles de la part des jeunes habitants d’implantation contre les Palestiniens, enflammant davantage une situation déjà tendue en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...