Rechercher

N°1 de Balad : Gantz ne m’a pas appelé, peu importe, je ne le rencontrerai pas

Le chef de Kakhol lavan a contacté les autres responsables des partis de la Liste arabe unie ; Mtanes Shihadeh dit ne pas vouloir discuter avec Benny Gantz

Mtanes Shihadeh, membre du parti Balad de la Liste arabe unie. (Avec l'aimable autorisation de Balad)
Mtanes Shihadeh, membre du parti Balad de la Liste arabe unie. (Avec l'aimable autorisation de Balad)

Le député de la Liste arabe unie Mtanes Shihadeh a fait savoir jeudi qu’il n’avait pas reçu d’appel de Benny Gantz mercredi après que celui-ci a été chargé par le président Reuven Rivlin de former une coalition gouvernementale.

La Liste arabe unie est composé de quatre partis à majorité arabe : Hadash, Taal, Raam et Balad.

Mtanes Shihadeh est le numéro un du parti Balad.

Benny Gantz s’est en revanche entretenu avec les responsables des autres partis de la Liste arabe unie mercredi —  le président de Hadash, Ayman Odeh, celui de Taal, Ahmad Tibi et celui de Raam, Mansour Abbas — d’après un communiqué de Kakhol lavan.

Interrogé par le Times of Israël sur ses éventuels intérêts à discuter ou rencontrer Benny Gantz, Mtanes Shihadeh a répondu par la négative.

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz prend la parole après avoir été chargé de former un nouveau gouvernement, à la Résidence du Président à Jérusalem, le 23 octobre 2019. (Gali Tibbon/AFP)

Un porte-parole de Kakhol lavan que nous avons contacté n’a pas encore répondu à notre demande de commentaire.

Balad est un parti laïc et nationaliste qui souhaite fermement qu’Israël devienne un pays où Arabes et Juifs jouissent des mêmes droits nationaux et civiques.

C’est le seul parti de la Liste arabe unie qui n’avait pas recommandé le nom de Benny Gantz au président Rivlin en septembre.

Le parti avait alors publié un communiqué expliquant qu’il ne voulait pas appuyer celui-ci au poste de Premier ministre en raison de « son idéologie sioniste, ses positions de droite peu différentes de celles du Likud, son histoire militaire sanguinaire et hostile », entre autres raisons.

Tout de suite après avoir été chargé par Rivlin mercredi soir de rassembler un gouvernement, l’ancien chef d’état-major a contacté les dirigeants de parti pour les inviter à négocier leur potentielle entrée dans une coalition dirigée par Kakhol lavan qu’il compte mettre en place.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...