Israël en guerre - Jour 235

Rechercher

Nasrallah rencontre les chefs terroristes palestiniens

Le chef du Hezbollah, Saleh al-Arouri, et le secrétaire général du Jihad islamique palestinien, Ziyad al-Nakhala, réitèrent leur position sur "l'ennemi sioniste"

Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, saluant ses partisans par liaison vidéo depuis un lieu tenu secret, lors d'un rassemblement pour marquer la Journée d'Al-Qods, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 14 avril 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)
Le chef du Hezbollah, Sayyed Hassan Nasrallah, saluant ses partisans par liaison vidéo depuis un lieu tenu secret, lors d'un rassemblement pour marquer la Journée d'Al-Qods, dans la banlieue sud de Beyrouth, au Liban, le 14 avril 2023. (Crédit : Hussein Malla/AP Photo)

Le chef du groupe terroriste Hezbollah a rencontré les chefs des organisations terroristes du Hamas et du Jihad islamique palestinien samedi, alors que les tensions entre Israël et l’organisation terroriste chiite libanaise, supplétif de l’Iran, se sont intensifiées et qu’Israël a averti ces dernières semaines qu’il attaquerait les terroristes « où qu’ils soient » au lendemain de plusieurs attaques terroristes meurtrières perpétrées récemment en Cisjordanie.

Hassan Nasrallah a rencontré Saleh al-Arouri, chef adjoint du politburo du Hamas, et Ziad al-Nakhala, secrétaire général du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, au Liban, pour une réunion sur « les derniers développements politiques, et plus particulièrement ceux concernant les Palestiniens », a rapporté samedi la Treizième chaîne israélienne, citant un communiqué conjoint des groupes terroristes.

« Les trois groupes ont fait une évaluation concertée de la situation en Cisjordanie, du renforcement de la résistance [contre Israël], ainsi que des dernières menaces israéliennes », selon le reportage.

Les groupes ont réitéré, dans leur communiqué, leur « position fixe et ferme » face à la lutte « contre l’ennemi sioniste, l’occupation et l’importance de la coordination et des contacts quotidiens entre les mouvements de résistance, en particulier dans les Territoires palestiniens et au Liban ».

Le ministre des Affaires étrangères iranien, Hossein Amir-Abdollahian, est également allé au Liban où il a rencontré Nasrallah, selon les informations de la chaîne de télévision.

Les réunions ont eu lieu près d’une semaine après l’avertissement du Premier ministre Benjamin Netanyahu qui a déclaré que « le Hamas et les autres mandataires iraniens comprennent très bien que nous lutterons par tous les moyens contre leurs tentatives d’utiliser le terrorisme contre nous – en Judée et Samarie, à Gaza et partout ailleurs », faisant référence à la Cisjordanie et à l’enclave côtière palestinienne gouvernée par le Hamas. « Quiconque tente de nous nuire, quiconque finance, organise et envoie des terroristes contre Israël en paiera le prix fort. »

Les termes « partout ailleurs » et « mandataires iraniens » utilisés par le Premier ministre font écho à des remarques similaires qu’il a récemment formulées et qui ont été interprétées comme signifiant que la réponse d’Israël aux attaques terroristes pourrait inclure des actions au-delà de ses frontières, de la Cisjordanie ou de la bande de Gaza.

Les déclarations de Netanyahu font suite aux menaces d’escalade proférées le week-end dernier par al-Arouri, basé au Liban, qui a déclaré à un média libanais que tout assassinat ciblé par Israël de dirigeants du groupe terroriste déclencherait une « guerre régionale« .

Lors de la réunion hebdomadaire du cabinet dimanche dernier, Netanyahu a déclaré qu’il avait « entendu le verbiage du haut responsable du Hamas, al-Arouri, depuis sa cachette au Liban. Il sait très bien pourquoi lui et ses collègues se cachent ».

La frontière nord entre Israël et le Liban est également le théâtre de tensions latentes, en raison d’une série d’actions menées par le Hezbollah considérées par Israël comme des provocations.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté le maintien du mandat de sa force de maintien de la paix dans la zone frontalière, connue sous le nom de FINUL.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.