Ne vous accomodez pas du ‘problème’ qu’est l’Iran, dira Netanyahu à l’ONU
Rechercher

Ne vous accomodez pas du ‘problème’ qu’est l’Iran, dira Netanyahu à l’ONU

Depuis l'accord nucléaire, le monde croit à tort que Téhéran peut être une partie de la solution en Syrie, dit le Premier ministre

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adresse à la 69e session de l'Assemblée générale de l'ONU le 29 septembre 2014 à New York (Crédit photo: Don Emmert / AFP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adresse à la 69e session de l'Assemblée générale de l'ONU le 29 septembre 2014 à New York (Crédit photo: Don Emmert / AFP)

NEW YORK – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a l’intention d’utiliser son prochain discours à l’ONU pour dire au monde que l’Iran demeure la source de l’agitation au Moyen-Orient, a-t-il a déclaré mardi aux journalistes.

Après l’accord nucléaire iranien, la communauté internationale semble avoir accepté l’idée que Téhéran, qui officiellement n’a pas le droit d’atteindre une capacité nucléaire pendant une décennie, ne représente plus un danger grave pour Israël et pour le Moyen-Orient au sens large – mais en fait c’est le contraire qui est vrai, a-t-il dit.

La communauté internationale considère maintenant la menace nucléaire iranienne comme éliminée puisque l’accord stipule que l’enrichissement d’uranium de Téhéran reste sous la « ligne rouge », a-t-il affirmé, faisant référence au dessin d’une bombe qu’il avait utilisé lors de son discours devant l’Assemblée générale de l’ONU en 2012.

Dans son discours devant ce même forum, ce jeudi, il a l’intention de présenter les différents aspects problématiques – « en paroles et en actes » – du comportement actuel de l’Iran, a-t-il promis.

« L’énorme assaut » de l’Iran au Moyen-Orient, qui sera le thème principal de son discours, est non seulement une préoccupation israélienne, mais inquiète d’autres pays de la région, ce qui en fait « une base de coopération », a déclaré le Premier ministre.

Il a également dit que se débarrasser de l’influence de l’Iran dans la région était la clé pour résoudre la guerre civile syrienne.

« En Syrie, l’Iran est présenté comme une partie de la solution, alors qu’il est en fait le problème, » a dit le Premier ministre aux journalistes l’accompagnant quelques minutes avant que son avion n’atterrisse à l’aéroport JFK.

« L’Iran soutient massivement [le président syrien Bashar] Assad. Sans l’Iran, il n’y aurait pas d’Assad. Le régime Assad survit grâce à l’Iran. Le commandant là-bas c’est [le commandant des Gardiens de la révolution iranienne] Qassam Soleimani et son adjoint est [le leader du Hezbollah Sheikh] Hassan Nasrallah, et ils font ce qui doit être fait pour maintenir Assad au pouvoir ».

Netanyahu n’a pas attaqué directement la poignée de main entre le président américain Barack Obama et le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif, qui a eu lieu cette semaine en marge de l’Assemblée générale de l’ONU, mais a dit qu’elle faisait partie d’une tendance générale dans le monde qui consiste à accueillir l’Iran dans le concert des nations, qu’il a l’intention de critiquer lors de son discours de jeudi.

Tous ces sujets seront également abordés lors de sa rencontre avec le secrétaire d’Etat américain John Kerry, en plus du processus de paix avec les Palestiniens et des efforts visant à « renforcer la sécurité d’Israël » dans le sillage de l’accord avec l’Iran.

Lors de son entretien avec les journalistes l’accompagnant à New York, Netanyahu a révélé qu’il a l’intention d’utiliser une aide visuelle lors de son discours à l’ONU, comme il l’a fait les années précédentes, mais a refusé de fournir plus de détails.

Présentation de la bombe et de la ligne rouge par Netanyahu à l'Assemblée générale de l'ONU le 27 septembre 2012 (Crédit : Avi Ohayun, GPO)
Présentation de la bombe et de la ligne rouge par Netanyahu à l’Assemblée générale de l’ONU le 27 septembre 2012 (Crédit : Avi Ohayun, GPO)

Mis à part une bombe de bande dessinée, le Premier ministre avait utilisé des plans du camp d’extermination d’Auschwitz ainsi que des photos de Palestiniens lançant des roquettes depuis des zones civiles à Gaza pour exposer différents points.

Netanyahu n’a pas prévu de manifestations publiques pour mercredi et passera la journée dans son hôtel de Manhattan « à préparer son discours », selon un de ses assistants.

Pendant que Netanyahu bûchera, le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas devrait prononcer mercredi son propre discours devant l’Assemblée générale et par la suite assister à une cérémonie au cours de laquelle le drapeau palestinien sera pour la première fois hissé aux Nations unies.

Avant de monter mardi dans l’avion, Netanyahu a déclaré que son discours portera sur ce qu’Israël attend du monde suite à l’accord signé avec l’Iran, et sur la menace syrienne aux frontières du pays.

Il a également dit qu’il mentionnera lors de son discours d’Israël « le désir de paix avec les Palestiniens. »

Cependant, a déclaré Netanyahu, les Palestiniens continuent à répandre des « mensonges grossiers à propos de notre politique sur le mont du Temple. Je vais exiger un arrêt de cette incitation sauvage ».

Israël va maintenir le statu quo sur le site sacré, a-t-il affirmé, alors que les tensions se sont intensifiées sur l’esplanade entre la police et des manifestants palestiniens.

« Ce sont les émeutiers palestiniens qui introduisent du matériel de guerre, des bombes artisanales et des feux d’artifice sur le mont du Temple, qui portent ainsi préjudice à la sainteté du lieu et ce sont eux qui violent le statu quo », a-t-il dit.

Prime Minister Benjamin Netanyahu and his wife Sara left this afternoon on an official visit to the UN General Assembly…

Posted by The Prime Minister of Israel on Tuesday, 29 September 2015

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...