Netanyahu annule sa visite dans la yeshiva d’extrême droite
Rechercher

Netanyahu annule sa visite dans la yeshiva d’extrême droite

Le centre d'étude d'Har Hamor a créé le parti Noam, qui a fait campagne au scrutin de septembre presque exclusivement en s'en prenant à la communauté LGBT

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des hommes juifs prient dans le mouvement bâtiment de la yeshiva Har Hamor Yeshiva dans le quartier d' Har Homa à Jerusalem le 22 août 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des hommes juifs prient dans le mouvement bâtiment de la yeshiva Har Hamor Yeshiva dans le quartier d' Har Homa à Jerusalem le 22 août 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annulé sa visite dans une yeshiva extrémiste dont le responsable a lancé un parti homophobe qui a mené campagne pour l’élection de septembre, a confirmé un officiel du séminaire jeudi.

Deux officiels du Bureau du Premier ministre ont refusé de commenter la visite prévue à la yeshiva Har Hamor à Jérusalem. Cette visite a fait l’objet d’importantes critiques d’élus de gauche qui ont fustigé le Premier ministre pour avoir choisi une yeshiva d’extrême droite pour son premier déplacement de campagne en vue des élections de mars.

Des informations au sujet de la visite, prévue jeudi, ont fait les gros titres mercredi après qu’un message WhatsApp de l’administration à destination des étudiants sur la visite a fuité dans la presse.

Plus tôt cette année, le responsable d’Har Hamor, le rabbin Tzvi Tau, a formé le parti Noam, qui a fait campagne avant les élections de septembre presque exclusivement en s’en prenant à la communauté LGBT.

Des publicités du parti religieux d’extrême droite Noam présentent des messages anti-gays sur des panneaux en banlieue de Tel Aviv. (Crédit : parti Noam)

La liste d’extrême droite a jeté l’éponge quelques jours avant le scrutin après que des sondages l’ont placée bien en-deçà du seuil électoral. Le parti du Likud aurait promis de mettre au placard un projet de zone mixte de prière au mur Occidental à Jérusalem en échange du retrait de la course de Noam.

Le parti marginal a financé des affiches et des vidéos publicitaires provocatrices avec le slogan « Israël choisit d’être normal », estimant que la communauté LGBT « avait imposé son agenda » sur le reste de la société israélienne. Le parti a également associé les LGBT et les Juifs réformés aux nazis.

Le mois dernier, le rabbin Tzvi Tau a participé à un meeting de soutien pour Netanyahu qui est visé par des poursuites criminelles dans trois affaires de corruption.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prend la parole lors de la célébration de Yom Yeroushalayim à la Yeshiva Merkaz HaRav à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Aharon Krohn/Flash90)

La visite prévue à la yeshiva a été interprétée par certains comme une tentative de Netanyahu d’attirer des électeurs d’extrême droite avant le prochain scrutin.

La Treizième chaîne a rapporté que le Premier ministre espère que ces électeurs plus à droite voteront pour le parti HaBayit HaYehudi avant le vote du 2 mars, alors qu’il pense que le parti HaYamin HaHadash de Naftali Bennett recevra assez de suffrages pour se présenter seul et franchir le seuil électoral.

En septembre, HaBayit HaYehudi et HaYamin HaHadash se sont présentés sur une liste commune dirigée par l’ancienne ministre Ayelet Shaked, alors que le parti d’extrême droite Otzma Yehudit s’est présenté seul, sans parvenir à passer le seuil électoral.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...