Rechercher

Netanyahu et Gallant demandent de ne pas mêler politique et disputes à Yom Hazikaron

Le ministre de la Défense demande aux élus de s'abstenir de tenir tout propos de nature à semer la discorde lors des jours les plus sensibles et les plus sacrés de l'année

Le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'un discours télévisé, le 25 mars 2023. (Autorisation)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'un discours télévisé, le 25 mars 2023. (Autorisation)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a envoyé jeudi une lettre demandant aux ministres et aux membres de la Knesset d’éviter de faire des déclarations politiques lors de Yom Hazikaron qui aura lieu la semaine prochaine ; il craint en effet que l’atmosphère politique tendue n’entache la journée dédiée à la commémoration des soldats tombés au combat et des victimes du terrorisme, et qu’elle ne creuse davantage les schismes sociaux au sein de la société israélienne.

Gallant a déclaré que cette journée était « l’une des plus importantes et des plus sacrées » de l’année et que « maintenant plus que jamais », les hommes politiques devaient transmettre un message d’unité.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a également appelé la population à mettre de côté tous les arguments à l’approche de Yom HaZikaron et de Yom HaAtzmaout.

« Ces derniers mois, un débat important a fait rage entre nous au sujet de notre démocratie, mais je demande à tous les élus – de droite comme de gauche – de mettre de côté ces disputes, de les garder hors des enceintes des cimetières afin de permettre aux familles endeuillées, et à nous tous, de pleurer en paix la mémoire de nos êtres chers », a déclaré Netanyahu dans un message vidéo.

Le Premier ministre a déclaré que « l’unité » était indispensable et que les familles endeuillées « méritent de pouvoir se recueillir en ces jours avec l’ensemble de la nation israélienne, unie, soutenant nos héros, sans aucune polémique ».

La Douzième chaîne a rapporté que lors d’une réunion avec les ministres, Netanyahu a souligné que les membres du cabinet devront faire preuve de « retenue » en cas de protestations éventuelles dans les cimetières.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprimant lors de la cérémonie principale de commémoration de la Shoah au Mémorial de Yad Vashem, à Jérusalem, le 17 avril 2023. (Crédit : Erik Marmor/Flash90)

Dans sa lettre, Gallant a évoqué l’intense débat public sur la présence de politiciens aux cérémonies de Yom HaZikaron, alors que le pays demeure fortement divisé sur les projets de refonte judiciaire du gouvernement.

Gallant estime que les législateurs devraient assister à ces cérémonies, mais « s’abstenir de tout commentaire politique dans les cimetières militaires, qui sont des lieux sacrés ».

À la place, indique-t-il, ils devraient se faire les messagers du sionisme, de la coopération et de l’unité, et honorer les familles endeuillées.

Gallant a également salué une initiative du député de l’opposition Chili Tropper, qui a fait signer à 100 députés un engagement à ne pas faire de déclarations politiques ce jour-là.

Les responsables de la sécurité s’attendent à ce que certains ministres et membres de la Knesset soient accueillis par des cris de protestation lors des cérémonies de Yom HaZikaron. Des mesures de sécurité supplémentaires seront mises en place pour certains ministres qui risquent de déclencher des réactions, a rapporté Ynet.

Parmi les ministres qui bénéficieront d’une sécurité renforcée figurent le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, et le ministre de la Justice, Yariv Levin.

Des gardes seront déployés dans certains cimetières et enverront des policiers afin d’expulser toute personne troublant l’ordre public, y compris les membres d’une famille en deuil.

Un responsable de la sécurité a déclaré à Ynet qu’il ne fait « aucun doute qu’il y aura des chants [de protestation]. Les politiciens savent comment les gérer et ils seront rapidement réduits au silence ».

Les tensions liées aux événements prévus pour Yom HaZikaron ont été exacerbées par les projets de réforme judiciaire controversés du gouvernement, qui ont profondément divisé la société israélienne.

Des milliers de proches de soldats tombés au combat ont demandé que les politiciens ne prennent pas part et même s’abstiennent de prendre la parole lors des cérémonies prévues dans les cimetières militaires pour Yom HaZikaron mardi prochain, a déclaré le président de l’organisation de commémoration Yad Labanim, Eli Ben-Shem.

Une femme assise à côté de la tombe d’un soldat israélien tombé au combat dans le cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 19 avril 2023, à l’approche de Yom HaZikaron qui aura lieu le 25 avril. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ben-Shem a indiqué que des confrontations verbales, et même physiques, pourraient éclater dans les cimetières militaires si les ministres du gouvernement et les députés – en particulier ceux qui n’ont pas fait leur service – assistaient aux dites cérémonies dans les cimetières les plus emblématiques.

« J’espère vraiment qu’ils [le gouvernement] comprennent à quel point c’est sensible », a déclaré Ben-Shem au micro de Kan, en parlant des cérémonies militaires de Yom HaZikaron.

Evoquant le tout récent projet de loi du gouvernement qui accorderait aux étudiants ultra-orthodoxes des yeshiva une exemption de principe du service militaire plus tôt encore qu’actuellement, Ben-Shem a déclaré que le fait, pour des politiciens qui n’ont pas fait leur service militaire, de participer aux cérémonies de Yom HaZikaron revenait à « allumer des feux de joie dans un cimetière ».

Ben-Shem et d’autres ont fait passer le même message au ministre de la Défense Yoav Gallant à l’occasion d’une réunion, mardi.

« Il faut qu’ils fassent preuve de bon sens, sinon il y aura une catastrophe. Les cimetières [militaires] sont le saint des saints de l’État d’Israël. S’il devait y avoir des violences et des cris sur les tombes de nos enfants, ce serait dramatique », a déclaré le président de Yad Labanim, qui a lui-même perdu un enfant au combat.

Ben-Shem estime à sept le nombre de cérémonies auxquelles prendront part des politiciens qui n’ont pas effectué leur service militaire, et notamment un événement à Beer Sheva, qui devrait donner la parole au chef du parti ultra-nationaliste Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, le ministre de la Sécurité intérieure.

Ben Gvir n’a pas effectué son service militaire, Tsahal ayant refusé sa présence en raison de son implication, à l’adolescence, dans les mouvements ultra-nationalistes

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir arrivant pour une réunion du cabinet au Bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 2 avril 2023. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

Le ministre d’extrême droite Smotrich assistera à une cérémonie à Lod, selon un communiqué du secrétariat du cabinet publié jeudi. En plus d’être ministre des Finances, Smotrich est ministre au ministère de la Défense et a effectué un service militaire minimal.

Gallant assistera à une cérémonie au cimetière de Kiryat Shaul, près de Tel Aviv, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu sera au Mont Herzl à Jérusalem.

Levin, architecte du projet de loi, assistera à une cérémonie à Ofakim.

Ben-Shem a déclaré la semaine dernière que son organisation avait été contactée par quelque 8 000 parents qui demandaient que les responsables politiques n’assistent pas aux cérémonies. Il a ajouté qu’il y avait une opposition particulièrement véhémente à l’idée de la participation de Ben Gvir à la cérémonie de Beer Sheva.

Mercredi toujours, le chef de l’opposition et président de Yesh Atid, Yair Lapid, a annoncé sa décision de ne pas assister au traditionnel allumage des flambeaux qui clôture Yom HaZikaron et ouvre Yom HaAtsmaout, en raison des profonds clivages issus du projet de réforme judiciaire du gouvernement.

La décision de Lapid fait suite à des informations publiées mardi selon lesquelles la ministre des Transports, Miri Regev, en charge de cette cérémonie, aurait prévu d’interrompre la diffusion en direct de l’événement et de passer un enregistrement des répétitions si la cérémonie d’allumage de la torche était interrompue par des manifestants.

La police va également renforcer ses effectifs pour assurer la sécurité des événements de Yom Hazikaron, mais elle a reçu pour instruction de faire profil bas et d’essayer d’éviter les conflits avec les familles endeuillées, a rapporté la Douzième chaîne.

Les organisateurs des manifestations de masse qui ont secoué Israël au cours des derniers mois ont déclaré qu’ils n’avaient pas l’intention d’organiser des manifestations lors des cérémonies commémoratives.

Une organisation représentant des réservistes opposés à la réforme judiciaire a appelé ses militants à ne pas manifester pour Yom HaZikaron.

« Pour Yom HaZikaron, nous ne manifesterons pas parce que nos cœurs seront tournés vers nos frères et sœurs d’armes tombés au combat. Nous nous recueillerons en leur mémoire, nous pleurerons et entourerons leurs proches de notre affection », a déclaré le groupe Frères d’Armes dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux.

« Nous appelons tous les frères et sœurs d’armes à laisser leurs tenues de manifestation à la maison, à ne pas les porter dans les cimetières. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : [email protected]
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à [email protected].
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.