Rechercher

Netanyahu exhorte les Juifs américains à lutter contre l’accord nucléaire iranien

L'ex-Premier ministre a fustigé le pacte actuellement négocié à Vienne, affirmant qu'il ne fera que retarder l'Iran de quelques années dans sa course à la bombe

Carrie Keller-Lynn est la correspondante politique et juridique du Times of Israël.

Le leader de l'opposition et chef du parti du Likud Benjamin Netanyahu lors de la Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures à Jérusalem, le 22 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition et chef du parti du Likud Benjamin Netanyahu lors de la Conférence des présidents des organisations juives américaines majeures à Jérusalem, le 22 février 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu a accusé, mardi, les responsables américains de ne pas suffisamment agir pour contrer la menace nucléaire iranienne dans un contexte de progrès des négociations internationales portant sur la reprise potentielle d’un accord avec Téhéran, qui avait été initialement signé en 2015 – un accord qui, selon Netanyahu, permettra finalement à la république islamique de se doter d’une bombe atomique.

« Vous êtes en train de retarder les capacités nucléaires de l’Iran de quelques années, et vous lui apportez un sceau d’approbation internationale de casheroute qui donne le feu vert à l’Iran concernant le développement d’une arme nucléaire », a dit Netanyahu aux représentants de la Conférence des présidents des organisations juives majeures (CoP), dont la délégation actuellement en séjour en Israël s’est rendue mardi à la Knesset.

« La perspective du mariage entre l’arme nucléaire et l’islam militant est le plus grand danger que doit affronter le monde aujourd’hui. C’est le plus grand danger auquel nous devons faire face, nous, les Israéliens », a-t-il ajouté.

Affirmant que l’inaction permettra aux armes fabriquées par l’Iran d’atteindre le seuil des États-Unis, Netanyahu a interpellé les leaders Juifs américains rassemblés sur les conséquences de cette passivité.

« Voulez-vous vraiment vivre dans un monde dans lequel un État islamiste militant et ses ayatollahs disposent d’armes nucléaires capables d’atteindre New York et Los Angeles ? », a-t-il interrogé.

Utilisant les talents rhétoriques qui sont sa signature, Netanyahu a raillé le retour possible de l’accord de 2051, officiellement appelé Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA) qui avait été conclu en 2015 – et dont la remise en vigueur, avec une nouvelle version, est actuellement au centre de négociations à Vienne. Les responsables occidentaux ont indiqué qu’un nouveau pacte pourrait être finalisé dans les jours à venir.

Le JCPOA s’était effondré quand Trump avait retiré les États-Unis de l’accord, dans sa version précédente, en 2018.

Netanyahu a expliqué s’opposer aux deux accords nucléaires qui, selon lui, ne vont pas assez loin pour dissuader l’Iran de développer une bombe atomique.

« Le fait qu’un accord ne pourra mener nulle part sans être assorti de sanctions fortes et d’une menace militaire crédible, c’est quelque chose que j’ai dit et répété au président Obama à l’époque », a déclaré Netanyahu. « A moins de faire cette combinaison… il est impossible d’arrêter ces régimes malveillants au moyen d’accords. »

Le leader de l’opposition et ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, parle à William Daroff, directeur-général de la Conférence des présidents, à la Knesset de Jérusalem, le 22 février 2022. (Crédit :Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu, qui avait figuré parmi les opposants les plus féroces au JCPOA de 2015 – qui, selon lui, ne faisait que retarder le développement d’une arme nucléaire par l’Iran au lieu de supprimer définitivement la menace – a ajouté qu’un nouveau pacte serait peut-être pire dans la mesure où il apportera à l’Iran d’importantes liquidités à un moment où la république islamique s’est dangereusement rapprochée, dans ses travaux, de la fabrication d’une bombe.

« Cet accord est une autoroute en or parce que l’Iran va obtenir des centaines de millions de dollars en échange », a affirmé l’ex-Premier ministre sans citer ses sources sur ces détails des dispositions du pacte.

« L’accord ne permet même pas de reculer pour mieux sauter. Il retarde légèrement le saut, c’est tout. C’est tout ce que fait cet accord », a-t-il insisté.

Netanyahu a mis en garde les responsables juifs américains présents qu’un Iran nucléaire pourrait rapidement entraîner une région nucléaire, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis étant susceptibles de développer alors rapidement une bombe en emboîtant le pas à l’Iran.

« Cet accord auquel on est en train de revenir signifie que le Moyen-Orient deviendra nucléaire », a dit Netanyahu. « Au moins trois autres pays se nucléariseront. Nous aurons une poudrière nucléaire ».

« C’est un accord horrible et nous devons nous y opposer de tout notre être », a-t-il ajouté.

Les propos tenus par Netanyahu devant les responsables de la Conférence des présidents ont fait écho aux mises en garde faites par le chef de l’opposition à une délégation du Congrès américain en visite à la Knesset, lundi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...