Netanyahu : Les restrictions pourraient être réimposées si la pandémie reprend
Rechercher

Netanyahu : Les restrictions pourraient être réimposées si la pandémie reprend

Alors que centres commerciaux et lycées rouvrent leurs portes, le Premier ministre affirme que le pays connaîtra une recrudescence de cas si rien n'est fait immédiatement

Des gens font leurs courses au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 27 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)
Des gens font leurs courses au marché Mahane Yehuda à Jérusalem, le 27 novembre 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche à son cabinet qu’Israël pourrait mettre un terme aux mesures visant à assouplir le bouclage national et pourrait même mettre en place davantage de restrictions, alors que le pays continue de voir le nombre de cas de virus augmenter.

Son avertissement est survenu alors qu’Israël continue à lever les règles mises en place il y a deux mois et a rouvert les établissements scolaires, alors même que le nombre de cas quotidiens de COVID-19 a dépassé les 1 000 ces derniers jours.

Netanyahu a déclaré qu’Israël est mieux placé que les autres pays développés qui connaissent actuellement une deuxième vague, mais « je vous le dis franchement, nous sommes en danger si nous n’agissons pas immédiatement ».

« S’il le faut, nous mettrons fin à l’assouplissement et nous renforcerons même les mesures qui ont déjà été prises », a déclaré le Premier ministre, invitant les citoyens à s’en tenir aux règles de distanciation sociale et à porter le masque.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse à Jérusalem, le 19 novembre 2020. (AP Photo/Maya Alleruzzo, Pool)

Les hauts responsables de la santé ont mis en garde contre la hausse de la morbidité, alors même que le gouvernement s’efforce de lever les restrictions du confinement.

Environ 400 000 lycéens israéliens sont retournés en classe dimanche matin après une interruption de près de deux mois. Selon le plan du ministère de la Santé, les étudiants auront au moins deux jours par semaine d’étude en présentiel, les autres jours étant consacrés à l’enseignement à distance.

Les mesures concernant la division des élèves en groupes d’étude distincts signifient que les enseignants seront autorisés à entrer en contact avec un maximum de quatre groupes d’élèves, et les élèves eux-mêmes à se déplacer seulement entre deux groupes. Les directeurs d’écoles secondaires ont averti que les règles signifient que la majorité des cours pour les différentes matières devront donc se poursuivre à distance.

Le retour des lycéens en classe est intervenu alors que le ministère de la Santé a déclaré dimanche matin que 572 nouveaux cas de coronavirus avaient été confirmés la veille. Le nombre de nouveaux cas quotidiens est généralement plus faible le samedi, car les niveaux de dépistage baissent au cours du week-end.

Des membres de l’équipe hospitalière transfèrent des patients dans le nouveau service coronavirus de l’hôpital Shaare Zedek à Jérusalem, le 16 novembre 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Sur les 17 163 tests effectués samedi, 3,3 % sont revenus positifs. Pas plus tard que mercredi, le taux de positivité s’élevait à 1,8 %. Ce chiffre a récemment eu tendance à augmenter pendant les week-ends, puis à diminuer pendant la semaine.

La réduction du nombre de cas est intervenue après trois jours consécutifs au cours desquels les nouvelles infections quotidiennes ont dépassé les 1 000, après être restées en dessous de ce seuil pendant plus d’un mois.

Le nombre d’infections depuis le début de la pandémie s’élève à 335 132, dont 9 951 cas actifs.

Le nombre de morts s’élève à 2 854.

Selon le ministère, il y a 273 personnes dans un état grave, dont 100 sous respirateur. 90 autres personnes sont dans un état modéré et les autres présentent des symptômes légers ou n’en présentent pas du tout.

Samedi, le responsable de la lutte contre le coronavirus, Nachman Ash, a évoqué la réouverture de 15 centres commerciaux dans tout le pays la veille, dans le cadre d’un plan visant à évaluer leur conformité avec les directives en matière de distanciation sociale. Les ouvertures ont attiré une foule de clients qui ont du faire la queue pour entrer dans les magasins.

Des Israéliens au centre commercial Ayalon, à Ramat Gan, le 27 novembre 2020. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

« Ce que nous avons vu hier sur les photos est très grave et pourrait entraîner de nouvelles infections », a déclaré M. Ash. « J’espère que nous n’aurons pas à cesser le programme à cause de ces photos. »

Il a appelé les exploitants de centres commerciaux à « agir de manière responsable » et à éviter la surpopulation.

Ces commentaires ont été émis après que le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a déclaré vendredi qu’il avait demandé à Ash et Chezy Levy, le directeur général du ministère de la Santé, de se rencontrer samedi soir après la « forte affluence dans les centres commerciaux […] et à la lumière des chiffres de morbidité en hausse ».

Les fonctionnaires lui présenteront leurs conclusions au début de la semaine et M. Edelstein formulera ensuite sa position, a ajouté le communiqué.

« Je suis vraiment inquiet que cela puisse augmenter la morbidité », a déclaré M. Levy dans une interview avec Kan News vendredi. « Nous devrons réfléchir à la poursuite du projet pilote et à la manière de le faire. »

Les centres commerciaux ont été fermés – à l’exception de certains magasins essentiels qui s’y trouvent, comme les pharmacies ou les vendeurs de produits alimentaires – depuis la mi-septembre en raison des règles de confinement. Les magasins de rue ont été autorisés à rouvrir au début de ce mois, avec un plafond sur le nombre de clients, qui a été porté de quatre à dix mercredi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...