Netanyahu n’a jamais été interrogé sur de nombreuses accusations de corruption
Rechercher

Netanyahu n’a jamais été interrogé sur de nombreuses accusations de corruption

En réponse à l'acte d'accusation, les avocats accusent les procureurs de ne rien connaître au journalisme, et essaient "d'évincer” le Premier ministre de droite

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), parle avec son avocat Micha Fettman, (à gauche), dans la salle du tribunal lors de l'ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), parle avec son avocat Micha Fettman, (à gauche), dans la salle du tribunal lors de l'ouverture de son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Crédit : Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)

Les avocats de Benjamin Netanyahu ont déposé lundi une longue réponse officielle à l’acte d’accusation adressé au Premier ministre, se plaignant que l’acte d’accusation de corruption comprenne des accusations « inventées » et fait référence à des actions sur lesquelles il n’a jamais été interrogé.

Dans un document de 81 pages et 667 paragraphes déposé au tribunal de district de Jérusalem, l’équipe de neuf avocats de la défense a fait valoir que Netanyahu n’a été interrogé que sur 10 % des plus de 100 cas où il aurait cherché à influencer sa couverture sur le site d’information Walla dans le cadre d’un prétendu accord de corruption dans l’affaire 4000.

Cela, disent-ils, « porte un préjudice fondamental au droit du Premier ministre à un processus équitable ». Comment pouvez-vous accuser le Premier ministre d’événements sur lesquels il n’a même pas été interrogé ? »

Ils ont également affirmé que l’enquête ou des éléments de celle-ci ont été effectués sans l’autorisation appropriée du procureur général, comme l’exige la loi, affirmation que le procureur général a rejetée. Ils ont déclaré que la police a fait usage d’autorisations spécifiques pour mener des enquêtes de grande envergure en utilisant des mesures illégales telles que l’écoute d’informations privées trouvées sur des téléphones et des comptes de messagerie électronique.

L’équipe de la défense a rejeté toutes les accusations d’inconvenance du Premier ministre dans ses actions dans les trois affaires à son encontre, qui impliquent prétendument la réception de cadeaux illicites de la part de bienfaiteurs milliardaires, ainsi que les accusations selon lesquelles il se serait livré à des contreparties avec des magnats des médias pour leur fournir des avantages en échange d’une couverture positive.

Le document comprenait des déclarations qui semblaient s’adresser davantage au grand public qu’aux juges, comme une remarque selon laquelle « c’est à cela que ressemble une tentative d’évincer un Premier ministre de droite puissant ».

Les élections à la Knesset sont prévues pour le 23 mars.

A gauche : L’éditeur et propriétaire du journal « Yedioth Ahronoth » Arnon ‘Noni’ Moses arrive pour un interrogatoire à l’unité d’enquête Lahav 433 à Lod, le 15 janvier 2017. (Koko/Flash90) Droite : Shaul Elovitch arrive au tribunal d’instance de Tel Aviv pour une audience de renvoi dans l’affaire 4000, le 26 février 2018. (Flash90)

Netanyahu est accusé de corruption, d’escroquerie et d’abus de confiance dans le cadre de l’affaire 4000, qui concerne des soupçons selon lesquels il aurait accordé des faveurs réglementaires à Shaul Elovitch, l’actionnaire majoritaire du géant des télécommunications Bezeq, en échange d’une couverture plus positive du Premier ministre et de sa famille sur le site d’information Walla, propriété de Bezeq. Elovitch et sa femme, Iris, sont également accusés de corruption dans cette affaire.

Les avocats ont fait valoir que les nombreux appels des collaborateurs et de la famille du Premier ministre à Walla « étaient pour la plupart du travail de routine et de communication normale, comme des communiqués de presse envoyés à de nombreux médias et des demandes habituelles et acceptées de commentaires.

« Les procureurs de l’État ne savent apparemment pas comment fonctionne le journalisme », ont fait valoir les avocats.

Dans l’affaire 1000, Netanyahu est accusé de fraude et d’abus de confiance pour avoir illégalement accepté quelque 200 000 dollars de cadeaux tels que des cigares et du champagne de deux milliardaires – le magnat du cinéma israélien Arnon Milchan, basé à Hollywood, et le magnat australien James Packer.

Arnon Milchan pose pour les photographes à son arrivée à la première du film « Widows », présenté lors du gala d’ouverture du BFI London Film Festival à Londres, le 10 octobre 2018. (Vianney Le Caer/ Invision/ AP)

Les avocats ont fait valoir que les cadeaux étaient simplement une indication de l’amitié étroite entre Netanyahu et Milchan, en citant une décision antérieure du procureur général selon laquelle les politiciens sont autorisés à échanger des cadeaux avec leurs amis.

Dans l’affaire 2000, qui porte également sur des accusations de fraude et d’abus de confiance, Netanyahu est accusé d’avoir tenté d’obtenir une contrepartie auprès de l’éditeur du quotidien Yedioth Ahronoth, Arnon Moses, pour une couverture médiatique positive en échange d’une législation affaiblissant le journal concurrent Israel Hayom, qui est résolument pro-Netanyahu.

L’équipe de la Défense a déclaré qu’il y avait « un accord unanime sur le fait que le Premier ministre n’a rien reçu, et l’argument contre lui est qu’il n’a pas refusé l’offre de Moses assez vite. Le droit israélien ne prévoit pas une telle infraction. C’est une accusation absurde, inventée de toutes pièces et sans précédent ».

Les avocats des autres accusés, Shaul et Iris Elovitch et Arnon Moses, ont également déposé leurs réponses aux accusations.

L’équipe de défense de Shaul Elovitch a fait valoir qu’en répondant aux demandes de couverture concernant Netanyahu et sa famille, il n’a jamais considéré ce qu’il faisait comme un pot-de-vin.

« Son intervention n’était pas uniquement alignée sur son idéologie et ses opinions – c’était principalement une tentative d’équilibrer quelque peu ce qu’il percevait comme l’agenda politique du site web et la position négative extrême, mesquine et scandaleuse contre le Premier ministre Netanyahu et sa famille », ont écrit les avocats.

Ils ont également fait valoir que les mesures réglementaires de Netanyahu qui auraient été prises en contrepartie des changements de couverture étaient des décisions « triviales et nécessaires » fondées sur des recommandations de professionnels. Ils ont également écrit que l’acte d’accusation n’inclut pas un lieu ou un moment présumé où l’accord de corruption a été convenu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) s’entretient avec les avocats Micha Fettman (à gauche) et Amit Hadad (à droite) dans la salle d’audience lors de l’ouverture de son procès pour corruption au tribunal de district de Jérusalem, le 24 mai 2020. (Ronen Zvulun/ Pool Photo via AP)

Les avocats d’Iris Elovitch ont déclaré que l’accusation portée contre elle est basée uniquement sur sa relation avec son mari et sur des « stéréotypes », puisqu’elle était absente de toutes les décisions figurant dans l’acte d’accusation.

Les avocats de Moses, qui est accusé d’avoir offert un pot-de-vin à Netanyahu, ont soutenu que cela faisait « partie d’un discours légitime dans le but de faire pression sur un législateur et un média intéressé », ce qui est « commun à tous les pays démocratiques ».

Ils ont déclaré que l’accord ne visait pas à satisfaire les besoins personnels de Moses et Netanyahu, mais « un intérêt public légitime » puisque le Premier ministre mettrait alors fin à un boycott de Yedioth qui dure depuis des années en raison d’une histoire de 2010 au sujet de la femme de Netanyahu, Sara.

La prochaine audience du tribunal dans cette affaire est prévue pour le 8 février, après avoir été reprogrammée à partir du 13 janvier, en raison du confinement imposé pour enrayer les infections par coronavirus. M. Netanyahu et les autres accusés doivent assister à l’audience, qui doit se concentrer sur les réponses à l’acte d’accusation.

Le procès de Netanyahu s’est ouvert en mai. Bien que le Premier ministre ait assisté à la première audience, il a été dispensé de comparaître à des étapes ultérieures du procès, essentiellement procédurales. L’audience du 8 février sera sa deuxième comparution devant le tribunal.

Netanyahu, qui est le premier Premier ministre israélien à avoir été inculpé pendant son mandat, nie tout méfait et dénonce les tribunaux, le ministère public et les médias pour ce qu’il appelle une « chasse aux sorcières ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...