Netanyahu prendra la parole à Washington devant un grand rassemblement juif
Rechercher

Netanyahu prendra la parole à Washington devant un grand rassemblement juif

Le Premier ministre prononcera un discours devant l'AG des Fédérations juives au lendemain de sa première rencontre avec Obama depuis plus d'un an

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant  aux Juifs américains à propos de l'accord nucléaire avec l'Iran dans une webconférence en direct, le mardi 4 août 2015 (Capture d'écran)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'adressant aux Juifs américains à propos de l'accord nucléaire avec l'Iran dans une webconférence en direct, le mardi 4 août 2015 (Capture d'écran)

Washington – Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prendra la parole devant le plus grand rassemblement annuel de la communauté juive en Amérique du Nord lorsqu’il se rendra à Washington début novembre, ont annoncé les Jewish Federations of North America (JFNA).

« À l’approche de l’Assemblée générale de cette année, nous croyons qu’il n’y a jamais eu de moment plus propice pour se presenter comme une communauté juive unie. Tout comme lors de son allocution aux fédérations à travers le pays cet été, nous avons été honorés lorsque le Premier ministre a accepté notre invitation à prendre la parole en séance plénière », a déclaré la porte-parole de JFNA Rebecca Dinar.

« Nous sommes impatients d’entendre son message sur l’importance du maintien et du renforcement des solides relations entre nos deux pays. »

Netanyahu devrait prendre la parole le 10 novembre devant l’Assemblée générale de JFNA, le lendemain de sa rencontre à la Maison Blanche avec le président Barack Obama, la première rencontre entre les deux dirigeants depuis un an environ.

BREAKING: #Israel PM Benjamin #Netanyahu to speak from the GA plenary stage. Register today to secure your spot!http://www.generalassembly.org

Posted by Jewish Federations of North America on Friday, 18 September 2015

Lors de ses visites aux Etats-Unis, le Premier ministre prononce fréquemment des discours dans les grands forums juifs et pro-israéliens.

En mars, peu avant son discours controversé devant les deux chambres réunies au Congrès, le Premier ministre avait prononcé un discours devant les participants à la conférence politique de l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC) dans lequel il a souligné son opposition à l’accord nucléaire de l’Iran.

Netanyahu accueilli par les membres du Congrès  avant son discours devant les deux chambres  à Washington, le 3 mars 2015 (Crédit photo: Amos Ben Gershom / GPO)
Netanyahu accueilli par les membres du Congrès avant son discours devant les deux chambres à Washington, le 3 mars 2015 (Crédit photo: Amos Ben Gershom / GPO)

Cette visite a représenté un nadir dans les relations entre Jérusalem et Washington; la Maison Blanche ayant refusé d’accueillir Netanyahu lors de son voyage dans la capitale américaine.

Les responsables de l’administration avaient été furieux de ce qu’ils considèrent comme une ingérence de Netanyahu dans les affaires des États-Unis – perçue comme une insulte à l’exécutif – lors de son discours devant le Congrès, dans lequel il s’était exprimé contre l’accord nucléaire avec l’Iran, et qui n’avait pas été coordonnée avec la Maison Blanche.

Depuis que l’accord a été conclu à la mi-juillet, Netanyahu a œuvré pour maintenir des canaux de communication avec la communauté juive américaine.

Dans un effort pour mobiliser l’opposition à l’accord au niveau local, et faire pression sur les membres du Congrès pour rejeter l’accord, le Premier ministre avait organisé début août une vidéoconference en direct à l’intention de la communauté juive en Amérique du Nord, un événement qui a été co-parrainé par les JFNA ainsi que par la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines.

Tout au long du débat sur les négociations nucléaires en Iran, Netanyahu avait cherché à galvaniser le monde – et en particulier la communauté juive des États-Unis – en faveur d’une position sceptique envers les pourparlers et les intentions iraniennes.

L’échec de la résolution de désapprobation de l’accord iranien devant le Sénat a été considéré par beaucoup comme une défaite pour le plaidoyer anti-accord de Netanyahu à Washington, malgré le fait que la majorité des membres du Congrès s’opposent à l’accord.

Les adversaires de l’accord – Netanyahu en premier lieu – sont maintenant engagés à essayer de durcir la position américaine envers l’Iran et ses alliés, même si l’accord entre en vigueur.

Les fonctionnaires des deux administrations ont indiqué que dans les prochains mois, les liens entre les Etats-Unis et Israël seront renforcés par une reprise des pourparlers sur l’aide sécuritaire à Israël.

Poignée de main entre Barack Obama et Benjamin Netanyahu lors d'une rencontre à la Maison Blanche, le 3 mars 2014 (Crédit photo: Saul Loeb / AFP)
Poignée de main entre Barack Obama et Benjamin Netanyahu lors d’une rencontre à la Maison Blanche, le 3 mars 2014 (Crédit photo: Saul Loeb / AFP)

La Maison Blanche a déclaré la semaine dernière que lors de leur rencontre en novembre, Netanyahu et Obama discuteront d’un certain nombre de questions de sécurité régionale, y compris la mise en œuvre du Plan global d’action conjointe et la lutte contre les activités de déstabilisation de Téhéran – ainsi que des relations avec les Palestiniens.

Parlant vendredi dernier dans une conférence téléphonique organisée par l’Israel Policy Forum, le Dr Gary Samore, un ancien fonctionnaire de l’administration Obama a souligné que les Etats-Unis « aimeraient avoir une discussion avec Israël sur notre stratégie commune pour contenir l’influence iranienne dans la région. »

 
Samore, qui a été pendant quatre ans le coordinateur de la Maison Blanche d’Obama pour le contrôle des armes et les armes de destruction massive, a déclaré que les militaires américains et israéliens reprenaient les discussions sur l’aide sécuritaire.

Ce renforcement des liens de sécurité, a-t-il dit, a également été mis en évidence par la réunion prévue en octobre entre le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter et son homologue israélien, le ministre de la Défense Moshe Yaalon.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...