Netanyahu salue le projet de bureau commercial du Brésil à Jérusalem
Rechercher

Netanyahu salue le projet de bureau commercial du Brésil à Jérusalem

Furieuse, l'AP annonce rappeler son envoyé à Brasilia en raison d'une "violation flagrante de la légitimité internationale;" le président Bolsonaro se rend lundi au mur Occidental

Le président brésilien Jair Bolsonaro, à gauche, et le Premier ministre israélien  Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 31 mars 2019 (Crédit : DEBBIE HILL/POOL/AFP)
Le président brésilien Jair Bolsonaro, à gauche, et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pendant une conférence de presse à la résidence du Premier ministre de Jérusalem, le 31 mars 2019 (Crédit : DEBBIE HILL/POOL/AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré dimanche au président brésilien Jair Bolsonaro, actuellement en déplacement en Israël, qu’il espérait que la décision prise par le Brésil d’ouvrir une mission commerciale à Jérusalem serait la première étape d’une relocalisation de son ambassade au sein de la capitale israélienne.

L’ouverture de ce bureau – annoncée dimanche dans la journée – a été vivement condamnée par l’Autorité palestinienne (AP) qui a indiqué qu’elle rappellerait son principal envoyé au Brésil en signe de condamnation.

Dimanche, le ministère brésilien des Affaires étrangères a également annoncé que cette nouvelle mission à Jérusalem « fera la promotion du commerce, des investissements, des technologies et de l’innovation dans le cadre de son ambassade en Israël. »

Bolsonaro s’était, dans le passé, engagé à transférer l’ambassade de son pays à Jérusalem, mais cette relocalisation semble avoir été mise en suspens. Il n’y a pas fait allusion depuis son arrivée au sein de l’Etat juif.

« Je vous félicite pour votre décision d’ouvrir un bureau commercial de développement technologique, un bureau officiel du gouvernement brésilien, à Jérusalem, » a indiqué Netanyahu lors d’une conférence de presse organisée dimanche soir après avoir rencontré Bolsonaro à la résidence du Premier ministre dans la ville sainte.

« J’espère que ce ne sera que la première étape vers l’ouverture, au moment voulu, d’une ambassade du Brésil à Jérusalem, » a continué Netanyahu.

Au cours de rencontres entre les deux dirigeants et de hauts responsables, les deux pays ont signé six accords bilatéraux, dont un portant sur la coopération dans le secteur de la Défense, la sécurité publique et la technologie.

Netanyahu a expliqué que « nous avons signé de nombreux accords mais le plus important d’entre tous est l’accord du cœur. Nous ressentons un partenariat dans nos valeurs et dans nos perspectives dans tous les domaines. »

« Le Brésil a amorcé un tournant, » a fait savoir le président brésilien. « Les problèmes idéologiques ne sont plus pertinents aujourd’hui. Nous voulons renforcer nos échanges commerciaux avec tous. »

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue le président brésilien Jair Bolsonaro après son arrivée en Israël, le 31 mars 2019 (Crédit : Haim Tzach/GPO)

Le ministère des Affaires étrangères de l’AP a répondu à cette annonce en  soulignant son intention de rappeler son principal représentant à Brasilia pour manifester son mécontentement.

« Nous entrerons en contact avec notre ambassadeur au Brésil pour le rappeler en vue de consultations et prendre les décisions appropriées dans cette situation, » a fait savoir un communiqué du ministère.

La mission commerciale prévue est une « violation flagrante de la légitimité et des résolutions internationales, une agression directe contre notre peuple et ses droits et une réponse affirmative aux pressions israélo-américaines visant à renforcer l’occupation, la construction des implantations et la judaïsation de Jérusalem sous occupation, » a continué le communiqué.

La responsable palestinienne Hanan Ashrawi a écrit sur Twitter que ceux qui suivaient le président américain Donald Trump dans sa reconnaissance de Jérusalem en tant que capitale d’Israël violaient le droit international.

« Bolsonaro, du Brésil, ouvre un ‘bureau commercial’ à Jérusalem en suivant la Hongrie, la République tchèque et le Honduras qui ont également avec mauvaise foi tenté de contourner le problème de l’annexion illégale de Jérusalem par Israël, » a-t-elle écrit. « Trump et ses pairs contreviennent au droit humanitaire international et perpétuent le conflit ».

Vue de l’ambassade des États-Unis dans le quartier Arnona de Jérusalem, Israël, 13 mai 2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Jusqu’à présent, les Etats-Unis et le Guatemala sont les seuls pays à avoir transféré leurs ambassades à Jérusalem. Le Paraguay avait relocalisé sa mission dans la ville sainte l’année dernière mais l’a depuis réinstallée à Tel Aviv.

Ces dernières semaines, plusieurs pays ont ouvert – ou ont annoncé leur intention d’ouvrir – des centres culturels ou commerciaux dans la capitale, notamment la République tchèque, la Hongrie et la Slovaquie.

Bolsonaro se trouve sur une corde raide diplomatique au cours de cette visite de trois jours, alors qu’il cherche à renforcer les liens avec Netanyahu en évitant d’entrer en conflit avec ses partenaires commerciaux arabes, déterminants pour le Brésil.

Quelques mois après avoir promis de transférer son ambassade à Jérusalem, le chef de l’Etat brésilien n’a pas encore annoncé de calendrier. Si cette relocalisation serait applaudie par sa base de soutien – les chrétiens évangéliques – elle risquerait toutefois d’entraîner des représailles commerciales de la part des pays arabes, dont certains figurent parmi les premiers importateurs de viande en provenance de ce pays d’Amérique latine.

Visite au mur Occidental

Bolsonaro doit se rendre au mur Occidental de Jérusalem aux côtés de Netanyahu lundi – une initiative controversée pour certains.

Au début du mois, le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo était devenu le premier responsable américain de haut rang à visiter le mur Occidental accompagné d’un Premier ministre israélien. Trump est le premier président des Etats-Unis à être allé sur le site pendant son mandat.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, et le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo, à gauche, au mur Occidental, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 21 mars 2019 (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Une telle visite de Bolsonaro peut être considérée comme une approbation tacite de la souveraineté israélienne sur le site, l’un des plus saints du judaïsme, mais qui est directement adjacent au complexe sensible du mont du Temple, le lieu le plus saint du judaïsme et le troisième site le plus sacré de l’islam.

Tandis qu’Israël considère Jérusalem dans son entièreté comme sa capitale, les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme capitale de leur futur Etat. Les responsables palestiniens ont gelé tout contact avec la Maison Blanche après l’annonce du transfert de l’ambassade américaine en décembre 2017.

Adam Rasgon a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...