Netanyahu sur l’Iran, ses procès et Ben Gvir
Rechercher

Netanyahu sur l’Iran, ses procès et Ben Gvir

Le Premier ministre a vanté les "liens merveilleux" avec les Démocrates, qualifié ses procès d' "absurde" et dit avoir parlé à un témoin clé

Le vice-président américain Joseph Biden, (à gauche), et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) discutent avant un dîner à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le mardi 9 mars 2010. (AP Photo/Baz Ratner, Pool)
Le vice-président américain Joseph Biden, (à gauche), et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite) discutent avant un dîner à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le mardi 9 mars 2010. (AP Photo/Baz Ratner, Pool)

Lundi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accordé une rare interview à la Douzième chaîne.

Il a fait part de son opposition à ceux qui dénoncent sa position belliciste à l’égard de l’Iran, en minimisant le fait qu’il n’ait pas reçu d’appel téléphonique de Joe Biden depuis l’entrée en fonctions du nouveau président américain le mois dernier.

Dans une large interview télévisée accordée à l’approche des élections générales du 23 mars, M. Netanyahu a déclaré qu’il avait des « liens merveilleux » avec les Démocrates au Congrès, après avoir tissé des liens étroits avec Donald Trump et s’être disputé avec le prédécesseur démocrate du président républicain Barack Obama sur les termes de l’accord de 2015 limitant le programme nucléaire iranien.

M. Netanyahu a déclaré que les liens avec les députés américains étaient « une question de politique » et non d’affiliation partisane.

« Je suis avec celui qui soutient nos politiques. Et quiconque nous met en danger, par exemple [sur les politiques] concernant un Iran nucléaire, qui est une menace existentielle pour nous, alors je m’oppose à cela, et je me fiche que ce soit des Démocrates ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime devant les caméras de la Douzième chaîne, le 15 février 2021. (Crédit : Douzième chaîne)

Pressé par le fait que Biden n’ait pas téléphoné, Netanyahu a dit que cela ne le dérangeait pas et a affirmé qu’il aurait des nouvelles du nouveau président américain.

« Nous avons des relations amicales depuis près de 40 ans. Nous nous connaissons et il y a beaucoup de choses sur lesquelles nous sommes d’accord. Il y a aussi des désaccords sur la question de l’Iran et des Palestiniens », a déclaré M. Netanyahu.

M. Biden a déclaré que son administration réintégrerait l’accord avec l’Iran, dont M. Trump s’est retiré unilatéralement, si Téhéran se remettait d’abord à respecter le pacte. Netanyahu a été l’un des principaux critiques de l’accord, qui a été conclu lorsque Biden était vice-président, et a mis en garde contre un réengagement avec Téhéran sur l’accord.

La question de l’appel téléphonique a été posée alors que l’on spéculait de plus en plus sur le fait que la nouvelle administration américaine adoptait délibérément une approche glaciale à l’égard de Netanyahu, mais le Premier ministre et des responsables américains ont officiellement rejeté cette idée.

La Maison Blanche a déclaré vendredi que Biden n’avait pas intentionnellement snobé Netanyahu en ne l’appelant pas depuis son investiture le 20 janvier. Biden a appelé d’autres alliés des États-Unis, mais n’a parlé avec aucun dirigeant du Moyen-Orient.

Netanyahu rejette les « affaires montées de toutes pièces » contre lui

Netanyahu a également été interrogé dans l’interview sur son procès pour corruption et s’il chercherait à arrêter les poursuites pénales contre lui si son bloc religieux de droite remportait une majorité aux élections.

« Je n’en aurai pas besoin, car ces affaires surréalistes et fabriquées de toutes pièces sont en train de s’effondrer… Ce procès est en cours, comme vous pouvez le voir. Et plus il avance, plus il est perçu comme surréaliste et monté de toutes pièces », a-t-il déclaré.

Netanyahu, qui a comparu au tribunal la semaine dernière pour plaider non coupable des accusations portées contre lui, a répété les affirmations que lui et ses avocats ont faites au sujet de la prétendue fabrication du dossier contre lui et a prédit que le procès « s’effondrera bien avant » qu’un verdict soit rendu. Il a également déclaré qu’il ne chercherait pas à obtenir une négociation de peine.

« Je ne cherche pas à conclure un accord. Au contraire… Je reste ferme. Parce que je sais qu’il n’y a rien [dans ces affaires] », a-t-il déclaré.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) au tribunal de district de Jérusalem le 8 février 2021. À la gauche de Netanyahu se trouve l’avocat Boaz Ben-Tzur. (Reuven Kastro/Pool)

Le Premier ministre a également affirmé que programmer le début de la phase probatoire du procès avant le 23 mars constituerait une ingérence électorale.

« L’accusation essaie maintenant de passer au stade des preuves avant les élections – une ingérence grossière dans les élections… J’espère vivement que les juges ne céderont pas à cette pression… Mais je gagnerai les élections dans tous les cas », a-t-il déclaré.

Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait avoir droit à un procès équitable, M. Netanyahu a répondu : « Je ne peux que l’espérer », tout en rejetant les accusations des critiques selon lesquelles il ne pourrait pas diriger le pays pendant son procès.

Il a déclaré qu’il ne pensait pas que l’ensemble du système d’application de la loi était pourri, disant que ses critiques visaient le ministère public. Il a affirmé que même le procureur général Avichai Mandelblit, qu’il a souvent critiqué pour l’avoir inculpé, « a dit qu’ils fabriquaient des affaires ».

Arnon Milchan pose pour les photographes à son arrivée à la première du film « Widows », présenté lors du gala d’ouverture du BFI London Film Festival à Londres, le 10 octobre 2018. (Vianney Le Caer/ Invision/ AP)

Netanyahu a reconnu avoir parlé une ou deux fois depuis son inculpation avec le producteur israélien d’Hollywood Arnon Milchan, un témoin dans les affaires qui, selon les procureurs, aurait offert au Premier ministre et à sa femme de coûteux cadeaux en échange de faveurs financières.

« Je lui ai dit bonnes vacances, je ne sais plus quoi. Une ou deux fois [nous avons parlé], je ne m’en souviens plus », a-t-il dit.

Un rapport publié au début du mois indique que les procureurs envisagent de présenter le témoignage de Milchan après avoir découvert que l’équipe juridique de Netanyahu était en contact avec lui et pourrait exercer des pressions illégales sur lui. Le contact a été découvert lorsque Milchan a apparemment appelé par erreur un officier de police supérieur, pensant qu’il était l’avocat de Netanyahu, Boaz Ben Tzur, qui représentait Milchan, selon les informations des médias israéliens.

Pas de poste ministériel pour l’extrémiste Ben Gvir

En ce qui concerne les élections, Netanyahu a déclaré qu’il voulait qu’Itamar Ben Gvir, le chef du parti d’extrême droite Otzma Yehudit, fasse partie de sa coalition après les élections du 23 mars, mais a insisté sur le fait que Ben Gvir « n’est pas apte » à être membre de son cabinet ou à diriger une commission de la Knesset.

Netanyahu a concocté un accord entre Ben Gvir et Bezalel Smotrich, du Parti sioniste religieux, pour une campagne commune qui, selon les derniers sondages, permettra à leur liste d’extrême-droite de franchir le seuil électoral de la Knesset. Netanyahu espère ainsi éviter une perte de votes de droite et renforcer ses chances de former un gouvernement après les élections.

Lorsqu’on lui a demandé à plusieurs reprises pourquoi Ben Gvir ne pourrait pas être membre du cabinet s’il pouvait faire partie de sa coalition, Netanyahu a refusé de répondre. Lorsqu’on lui a demandé s’il pensait que Ben Gvir, un disciple du rabbin extrémiste défunt Meir Kahane qui a appelé à l’expulsion des Arabes israéliens « déloyaux », était raciste, M. Netanyahu a répondu : « Ses positions ne sont pas les miennes. »

Itamar Ben Gvir (à droite), membre du parti Otzma Yehudit, et Betzalel Smotrich, chef de la faction Union nationale, lors d’un évènement de campagne à Bat Yam, le 6 avril 2019. (Flash90)

Netanyahu a cependant revendiqué son rôle d’intermédiaire dans l’alliance entre Ben Gvir et Smotrich, en disant : « Je veux attirer les votes », tout en réitérant qu’il ne partage pas les vues du leader d’Otzma Yehudit sur les Arabes israéliens.

Ben Gvir avait accroché une photo de Baruch Goldstein, médecin de formation et auteur du massacre au tombeau des Patriarches en 1994.

Le Premier ministre a également exclu une répétition de la rotation du poste de Premier ministre qu’il avait convenu avec le ministre de la Défense Benny Gantz, mais qu’il n’a pas permis de se réaliser, dans la coalition sortante.

« Les citoyens d’Israël en ont assez de la rotation. Nous avons une occasion historique de former un gouvernement de droite, dirigé par moi, un vrai gouvernement de droite », a-t-il déclaré. « Je pense que nous allons gagner avec bien plus que 61 sièges, bien plus. Je perçois le changement ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...