Rechercher

Netanyahu veut améliorer la sécurité des usagers de vélos électriques

Le Premier ministre demande à plusieurs ministères de rédiger des protocoles pour les cyclistes après la mort d'Ari Nesher, âgé de 17 ans

Le réalisateur Avi Nesher (à gauche), avec son fils Ari et sa femme Iris. Ari Nesher, 17 ans, est décédé jeudi 27 septembre, après avoir été grièvement blessé dans un accident de la route suivi d'un délit de fuite, le lundi 24 septembre 2018. (Avec l'aimable autorisation de Rafi Delouya)
Le réalisateur Avi Nesher (à gauche), avec son fils Ari et sa femme Iris. Ari Nesher, 17 ans, est décédé jeudi 27 septembre, après avoir été grièvement blessé dans un accident de la route suivi d'un délit de fuite, le lundi 24 septembre 2018. (Avec l'aimable autorisation de Rafi Delouya)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a appelé lundi à un renforcement des règles de sécurité pour les cyclistes utilisant des vélos électriques, après que le fils d’un célèbre réalisateur a été tué alors qu’il conduisait son vélo électrique à Tel Aviv la semaine dernière.

Selon le communiqué du bureau du Premier ministre, M. Netanyahu a chargé son chef de cabinet, Yoav Horovitz, du ministère de la Sécurité publique ainsi que les ministères de la Justice et des Transports de proposer une série de mesures visant à accroître la sécurité autour des cyclistes électriques.

Lundi dernier, Ari Nesher, âgé de 17 ans, et ses amis conduisaient leurs vélos électriques sur le boulevard Rokach de Tel Aviv, quand ils ont été écrasés par le joueur de football de première division, Itzhak Asefa, qui a ensuite pris la fuite.

Ari, fils du célèbre réalisateur israélien Avi Nesher, a été grièvement blessé à la tête à la suite de cet accident et a succombé à ses blessures jeudi à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv.

Famille et amis portent le cercueil d’Ari Nesher, âgé de 17 ans, lors des funérailles au cimetière Moshav Udim, le dimanche 30 septembre 2018. (Roy Alima / Flash90)

La détention provisoire d’Asefa a été prolongée jusqu’à mardi, suite à un interrogatoire mené par la police. Le footballeur est défendu par un nouvel avocat, nommé par son équipe, le F.C. Ashdod.

Après l’annonce de la mort d’Ari Nesher, le journal Hadashot a annoncé que la police voulait désormais qualifier cet accident de meurtre, passible d’une peine maximale de 20 ans de prison.

La chaîne de télévision a rapporté dimanche qu’Asefa n’avait pas avoué avoir percuté Nesher, citant des sources policières.

Hadashot TV a également rapporté qu’Asefa buvait avec ses amis quand il a écrasé le jeune homme, et qu’il avait de l’alcool dans le sang quand il a été arrêté par la police après l’accident. Mais il n’est pas avéré qu’il ait bu avant de prendre le volant. La police a déclaré qu’il était possible que l’alcool présent dans ses analyses soit celui qu’il a consommé après avoir fui les lieux.

Après la mort d’Ari, sa famille a annoncé qu’elle ferait don des organes de l’adolescent pour rendre hommage à son travail de bénévole auprès des services de secours du Magen David Adom.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 17 septembre 2018. (Hadas Parush / Flash90)

« Convaincu qu’il n’y avait rien de plus important que de sauver des vies, la famille Nesher, d’une noblesse exceptionnelle en cette période des plus difficiles, a décidé de faire don des organes d’Ari dans l’espoir de sauver d’autres personnes », a déclaré le centre de transplantation.

Son cœur a été donné à un homme de 60 ans dont l’état de santé s’était détérioré rapidement ces derniers jours. Ses poumons sont allés à un homme de 50 ans à l’hôpital Beilinson à Petah Tikvah, et son foie a été transplanté chez un homme de 36 ans à Tel Aviv.

Un des deux reins a permis de sauver un adolescent de 17 ans au centre médical Schneider pour enfants, et l’autre a été transplanté chez un garçon de 10 ans à Haïfa. Ses cornées seront transplantées dans les prochains jours, a annoncé le centre.

Dans une déclaration peu après sa mort, la famille de Nesher a affirmé que leur fils avait célébré son 17e anniversaire entouré de ses proches à l’hôpital.

Le footballeur israélien Itzhak Asefa est conduit devant le tribunal de Tel Aviv, soupçonné d’être impliqué dans une collision qui a tué un adolescent de 17 ans à Tel Aviv le 24 septembre 2018. (Crédit : Miriam Alster / Flash90)

«Notre Ari n’était pas qu’un beau garçon. Il était talentueux, curieux, spirituel et heureux », a déclaré sa famille.

Lors de ses funérailles, Avi Nesher a déclaré qu’il « paierait n’importe quel prix pour être enterré à sa place ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...