Rechercher

Nucléaire : l’ex-représentant adjoint des USA en Iran explique sa démission

Richard Nephew a déclaré avoir démissionné de son poste « en raison d’une profonde divergence d’opinion concernant la politique »

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

L'ancien coordinateur adjoint principal du département d'État pour la politique des sanctions, Richard Nephew, témoigne devant la commission bancaire du Sénat au Capitole à Washington, DC, le mardi 4 juin 2019, lors d'une audience sur "la confrontation des menaces de la Chine. (AP/Susan Walsh)
L'ancien coordinateur adjoint principal du département d'État pour la politique des sanctions, Richard Nephew, témoigne devant la commission bancaire du Sénat au Capitole à Washington, DC, le mardi 4 juin 2019, lors d'une audience sur "la confrontation des menaces de la Chine. (AP/Susan Walsh)

L’ancien envoyé spécial adjoint de l’administration Biden pour l’Iran, Richard Nephew, a déclaré mardi avoir démissionné de son poste « en raison d’une profonde divergence d’opinion concernant la politique ».

Nephew avait quitté son poste le 6 décembre dernier, le Wall Street Journal rapportant par la suite une possible brouille avec l’envoyé de Biden pour l’Iran, Rob Malley, perçu comme plus conciliant à Vienne – où les dirigeants mondiaux cherchent à négocier un retour conjoint des États-Unis et de l’Iran au respect de l’accord nucléaire iranien.

Nephew avait ensuite pris un autre poste au département d’État, poste qu’il a déclaré dans un tweet avoir également quitté.

« Bien que mes opinions et mon bilan aient été – et continuent- d’être mal interprétés par un certain nombre de personnes, je n’ai pas l’intention de donner plus de détails pour le moment ou en public, compte tenu de la nature des discussions en cours à Vienne », a-t-il tweeté.

« Ce fut un privilège de servir à nouveau dans le gouvernement américain et pour l’administration Biden en particulier », écrit-il.

« Je serais honoré d’être à nouveau sollicité pour un poste au gouvernement, mais j’ai bien l’intention de retrouver le milieu universitaire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...