Rechercher

Omicron : le Québec ferme ses synagogues et autres lieux de culte

La province canadienne est actuellement la seule région d'Amérique du Nord où la communauté juive ne dispose pas d'offices de prière en présentiel dans un avenir à court-terme

L'entrée principale de la synagogue Shearith Israel à Montreal. (Crédit : autorisation)
L'entrée principale de la synagogue Shearith Israel à Montreal. (Crédit : autorisation)

MONTRÉAL (JTA) – Le variant Omicron du coronavirus a fait du Québec la seule communauté juive d’Amérique du Nord à ne pas avoir d’offices de prière dans un avenir prévisible.

Le Premier ministre du Québec, François Legault, a ordonné à tous les lieux de culte, y compris les synagogues, de fermer la veille du Nouvel An afin de ralentir la propagation d’Omicron.

Le rabbin Reuben Poupko, chef spirituel de la communauté orthodoxe Beth Israel Beth Aaron, juge la décision « excessive » et « injustifiable du point de vue épidémiologique », dans une interview accordée au Canadian Jewish News.

« Nulle part en Amérique du Nord… des lieux de culte n’ont été fermés. Cette anomalie doit être justifiée, mais elle ne peut pas l’être car il n’y a aucune explication logique », a ajouté Poupko. « Nous ne sommes pas en mars 2020. On en sait beaucoup plus sur le COVID et nous savons tous comment nous comporter pour prendre soin de nous. »

Les synagogues du Québec ont fermé leurs portes une première fois pendant les trois premiers mois de la pandémie en 2020, puis une seconde fois au début du premier couvre-feu en janvier 2021.

Le Québec, qui compte environ 100 000 Juifs, est également la seule juridiction nord-américaine connue où un couvre-feu est actuellement en vigueur.

A LIRE – France : retour des restrictions sanitaires dans les synagogues

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...