Rechercher

OSM : la coopération avec le Centre Liba contre les Femmes du Mur était une erreur

L'Organisation sioniste mondiale a réitéré son engagement pour le "pluralisme et le respect mutuel"

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des femmes célèbrent une prière au mur Occidental alors que des manifestants protestent contre leur présence, le 2 mai 2022. (Crédit : Les Femmes du mur)
Des femmes célèbrent une prière au mur Occidental alors que des manifestants protestent contre leur présence, le 2 mai 2022. (Crédit : Les Femmes du mur)

L’Organisation sioniste mondiale (OSM) a condamné sa propre coopération avec un groupe ultra-orthodoxe qui a violemment protesté contre les Femmes du Mur au début du mois et a juré de ne plus s’associer à des organisations similaires à l’avenir.

Le 2 mai, des centaines de membres du Centre Liba, fortement opposé aux lectures de la Torah dirigées par des femmes et à toute autre forme de prières égalitaire au mur Occidental, sont arrivés sur le lieu saint dans le cadre d’un événement conjoint avec l’OSM.

L’événement conjoint devait être un office de prière pour marquer l’anniversaire du premier congrès sioniste et servir de protestation contre un autre événement parrainé par L’OSM qui s’était tenu la veille au mur Occidental, au cours duquel la Déclaration d’indépendance israélienne avait été lue avec les cantillations d’une lecture biblique, ce que le Centre Liba considérait comme un manque de respect pour le lieu saint.

Dans la pratique, cependant, l’événement du Centre Liba a consisté presque uniquement en une violente protestation contre un office de prière organisé par les Femmes du Mur, qui militent pour l’autorisation des prières dirigées par des femmes au mur Occidental.

Les activistes du Centre Liba protestent régulièrement, et souvent violemment, contre le service de prière mensuel des Femmes du Mur au Mur occidental, et le chef de l’OSM, Yaakov Hagoel, avait été averti que cela risquait de se produire, mais Hagoel a néanmoins approuvé le partenariat avec l’organisation pour l’événement, autorisant l’utilisation de la bannière de l’Organisation et d’autres symboles pendant la violente manifestation, au cours de laquelle les membres du Centre Liba ont bousculé et crié sur les activistes des Femmes du Mur.

L’implication de l’OSM dans cette manifestation violente contre les Femmes du Mur – organisation considérée comme clivante et provocatrice en Israël mais qui bénéficie d’un soutien bien plus important de la part des Juifs américains généralement plus progressistes – a suscité de vives réactions contre l’Organisation sioniste mondiale et son président, M. Hagoel, qui est également président par intérim de l’Agence juive, une organisation quasi-gouvernementale. L’Agence juive a même publié une déclaration condamnant les violentes protestations du Centre Liba, ce qui a été largement compris comme étant également une censure de Hagoel.

Après un examen interne du processus décisionnel qui a conduit à l’approbation par Hagoel du partenariat avec le Centre Liba, le conseil exécutif de l’Organisation sioniste a voté lundi une résolution concernant les événements du 2 mai.

Des femmes prient au mur Occidental alors que des manifestants protestent contre leur présence, le 2 mai 2022. (Crédit : Les Femmes du mur)

« L’Organisation sioniste mondiale condamne fermement le comportement qui a été observé au Kotel [Mur occidental] lundi, Rosh Hodesh Iyyar, dans le cadre de la coopération avec Liba Yehudit, qui comprenait l’utilisation des symboles de l’OSM. Ce comportement n’est pas conforme aux valeurs fondatrices de l’Organisation sioniste mondiale et est totalement opposé à la philosophie et à l’éthique de l’OSM, qui est engagée dans le pluralisme et le respect mutuel entre tous les courants du judaïsme », indique la résolution.

Elle note que le Programme de Jérusalem de l’Organisation sioniste mondiale, sa plate-forme officielle et contraignante, « implique définitivement le ‘respect mutuel pour le peuple juif aux multiples facettes' » et que l’utilisation des « symboles de l’Organisation sioniste mondiale a grossièrement violé les principes de cérémonie et de protocole mentionnés ci-dessus ».

La résolution comprend la promesse que l’OSM ne s’associera plus à des organisations qui « incluent dans leurs valeurs, objectifs et/ou activités déclarés des expressions de mépris, de harcèlement, de violence et/ou de violation de la légitimité des membres et/ou des organes du Mouvement sioniste mondial ».

Cela inclut le Centre Liba, qui fait régulièrement référence de manière péjorative aux courants non orthodoxes du judaïsme, qui sont membres du Mouvement sioniste.

La seule façon pour l’OSM de coopérer avec de telles organisations à l’avenir, y compris le Centre Liba, serait qu’un membre du conseil d’administration soumette la proposition au conseil pour examen, selon la résolution.

L’incident a mis en évidence la tension importante liée à la position de M. Hagoel, à la fois président de l’Organisation sioniste mondiale, chef du mouvement de droite, le Likud mondial, et président par intérim de l’Agence juive. La présidence de Hagoel à l’OSM est effectivement un rôle politique, qui repose sur sa coalition avec deux mouvements ultra-orthodoxes, le Shas mondial et Eretz Hakodesh, qui s’opposent tous deux aux Femmes du Mur et à tout changement potentiel du statu quo au Mur occidental, tandis que son rôle à l’Agence juive n’est pas censé être partisan, d’autant plus qu’il n’a pas été élu au poste de président, mais sert uniquement à titre intérimaire.

Ceci est d’autant plus significatif que l’Agence juive a été activement impliquée dans la négociation d’un accord concernant le Mur occidental, en particulier un accord qui pourrait apporter des changements au statu quo et donner un plus grand contrôle aux courants plus progressistes du judaïsme.

Le nouveau président de l’Organisation sioniste mondiale, Yaakov Hagoel. (Crédit : ZOA)

La résolution de l’OSM a été saluée par les Femmes du Mur, qui avaient exigé des excuses et la promesse de s’abstenir de tels partenariats à la suite de l’incident.

« Nous nous félicitons de l’importante décision de l’Organisation sioniste mondiale. Les Femmes du Mur ont travaillé longuement avec le président de l’OSM et le président [par intérim] de l’Agence juive, ainsi qu’avec d’autres représentants de l’OSM, afin de parvenir à une décision qui saperait les tactiques violentes du Centre Liba contre les Femmes du Mur », a déclaré l’organisation dans un communiqué.

« Nous espérons que ce sera le début de la fin pour le Centre Liba, une organisation qui encourage l’incitation à la haine, la violence et la division au sein du peuple juif », a-t-elle ajouté.

Le Centre Liba n’a pas fait de commentaire immédiat sur cette affaire.

Le vice-président de l’OSM, Yizhar Hess – ancien chef du mouvement conservateur en Israël et adversaire politique de Hagoel – a salué l’adoption de la résolution, ainsi que la coopération de Hagoel à sa rédaction.

« La condamnation sans équivoque parle d’elle-même. Je tiens à remercier vivement Yaakov Hagoel, qui a formulé le libellé de cette importante résolution et l’a présenté lui-même au conseil exécutif. Nous espérons tous deux que cela permettra de calmer les choses », a déclaré M. Hess au Times of Israel.

M. Hess a refusé de discuter davantage du contenu de la réunion du conseil d’administration.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...