Paradoxe de la paix : Les Palestiniens auraient quand même leur mot à dire ?
Rechercher
Analyse

Paradoxe de la paix : Les Palestiniens auraient quand même leur mot à dire ?

Les percées d'Israël dans le monde arabe sont une nécessité stratégique. Les Palestiniens ne peuvent pas empêcher ce processus de paix, mais ils peuvent en fixer un prix élevé

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Des Palestiniens protestent contre l'accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 15 septembre 2020. (Flash90)
Des Palestiniens protestent contre l'accord de paix entre Israël et les Émirats arabes unis, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 15 septembre 2020. (Flash90)

Dans son discours à l’Assemblée générale des Nations unies la semaine dernière, le roi du Bahreïn Hamad bin Isa al-Khalifa a fait l’éloge de sa propre décision de normaliser les relations avec Israël – et a juré devant les dirigeants du monde pratiquement réunis de ne pas abandonner la cause palestinienne.

La tentative de normalisation d’abord annoncée par les Emirats arabes unis le mois dernier n’est venue « qu’en échange de l’arrêt de l’annexion par Israël des terres palestiniennes », a-t-il expliqué, appelant à « la création d’un Etat palestinien indépendant, avec Jérusalem-Est comme capitale, sur la base des résolutions de la légitimité internationale et de l’Initiative de paix arabe ».

À chaque étape de l’avancement des accords de normalisation avec Israël, les dirigeants des Émirats arabes unis et du Bahreïn ont pris soin de réaffirmer leur soutien à la cause palestinienne, un fait qui a conduit à se demander qui était leur public cible.

Il ne fait aucun doute que la normalisation avec Israël équivaut à un abandon de la cause palestinienne au sens où on l’entend habituellement dans le monde arabe de résistance à l’idée même de l’existence d’Israël.

De gauche à droite : le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le Président américain Donald Trump, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Khalid bin Ahmed Al Khalifa et le ministre des Affaires étrangères des Emirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan posent pour une photo sur le balcon de la Blue Room après avoir signé les Accords d’Abraham lors d’une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 15 septembre 2020. (AP Photo/Alex Brandon)

Mais pourquoi continuer à rappeler ce fait à tout le monde ? Si vous vous éloignez déjà des Palestiniens et que vous vous donnez beaucoup de mal pour mettre en valeur les nouvelles relations chaleureuses et le potentiel commercial lucratif de la relation avec l’État juif, pourquoi continuer à évoquer la question palestinienne ? Il y a suffisamment d’avocats pour les Palestiniens et suffisamment de critiques ouvertes des régimes sunnites conservateurs pour faire valoir le point de vue ; pourquoi le faire vous-même ?

Les monarchies arabes font attention à l’humeur du public, comme tous les dictateurs doivent le faire. Mais si Abou Dhabi et Manama sont vraiment inquiets de la capacité de ralliement de la cause palestinienne parmi leurs opposants nationaux, pourquoi risquer l’accord en premier lieu ? Israël était déjà totalement engagé dans l’alliance avec eux, qui est construite non pas sur un sentiment chaud et flou, mais sur le problème dur et pressant de l’Iran. Que gagnent-ils à faire connaître une alliance qu’Israël lui-même ne peut de toute façon pas se permettre d’abandonner ? Il y a des avantages à la normalisation, bien sûr, mais pas ceux qui sont si stratégiquement importants pour les gouvernements de Bahreïn et des Émirats arabes unis pour qu’il faille risquer des bouleversements intérieurs. Il est difficile d’échapper à la conclusion que les régimes croient qu’ils ne seront pas, en fait, confrontés à une grande colère intérieure à cause de ce changement – et il est donc peu probable que leur propre peuple soit le premier concerné.

Le roi de Bahreïn Hamad bin Isa Al Khalifa, (à droite), reçoit le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, (à gauche), au palais de Sakhir, Bahreïn, le 12 février 2008. (AP Photo/BNA)

Et bien sûr, ce public n’est pas non plus les Palestiniens eux-mêmes, qui resteront peu convaincus que la normalisation est bonne pour eux, peu importe combien de fois le roi de Bahreïn les assure de ses bonnes intentions – et dont les opinions n’intéressent de toute façon que rarement les autres États arabes.

Il est possible d’affirmer que de telles déclarations de fidélité au sort des Palestiniens sont un artefact culturel, un épanouissement rhétorique trop ancré dans le genre du discours politique arabe pour être laissé de côté même par ceux qui travaillent activement à la remise en cause des anciennes hypothèses.

Si vous vous éloignez déjà des Palestiniens et que vous vous donnez beaucoup de mal pour mettre en valeur les nouvelles relations chaleureuses et le potentiel commercial lucratif de la relation avec l’État juif, pourquoi continuer à évoquer la question palestinienne ?

Mais il y a un troisième public qui correspond exactement à la forme et aux contours des nouvelles déclarations, un groupe si peu habitué à être abordé par les dirigeants arabes qu’ils ne le reconnaissent pas facilement quand cela se produit : les Israéliens.

Les nouveaux amis arabes d’Israël ne cessent de soulever l’inconfortable question de la Palestine parce qu’ils essaient d’expliquer aux Israéliens qu’Israël a maintenant un rôle à jouer pour préserver ses alliés du Golfe d’un embarras stratégiquement compromettant. Être ami avec Israël, c’est être vulnérable aux accusations de culpabilité chaque fois que le cycle d’information du monde arabe se remplit de nouvelles images de la souffrance palestinienne. Les accords de normalisation reconnaissent que le conflit palestinien peut prendre du temps à être résolu, mais les dirigeants arabes demandent instamment à Israël de ne pas l’aggraver dans l’intervalle.

C’est un nouveau chapitre étrange dans la relation israélo-arabe, qui pose une ironie surprenante pour les Palestiniens – une ironie que l’on pourrait résumer ainsi : Plus ils sont poussés en marge de la conscience politique arabe, plus leur position de négociation devient précieuse. Pour la première fois depuis longtemps, et seulement en fonction de leur abandon, les Palestiniens ont quelque chose à offrir qu’Israël et ses alliés arabes veulent.

Des Palestiniens protestent contre l’initiative du président américain Donald Trump au Moyen-Orient dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 11 février 2020. (Majdi Mohammed/AP)

Axes et pivots

L’un des paradigmes les plus utiles pour comprendre la politique compliquée du Moyen-Orient est ce que l’on pourrait appeler la théorie des coalitions religieuses.

Il y en a au moins trois : les régimes sunnites conservateurs, dont les monarchies de Jordanie, d’Arabie Saoudite, du Maroc, des EAU et de Bahreïn, ainsi que le gouvernement d’Abdel Fattah al-Sissi en Égypte et, dans une large mesure, la faction Fatah parmi les Palestiniens ; les mouvements et régimes politiques sunnites radicaux étroitement identifiés et affiliés aux Frères musulmans égyptiens, notamment le parti AKP de Recep Tayyip Erdogan qui dirige la Turquie, le régime du Qatar, les Frères musulmans égyptiens eux-mêmes et le Hamas dans le contexte palestinien ; et les Chiites et leurs alliés, qui forment une alliance étroite ancrée à Téhéran et s’étendant aux alaouites du régime Assad de Syrie, aux Houthis du Yémen et aux Libanais chiites qui ont donné naissance au Hezbollah.

Si l’on considère l’Irak moins comme un État-nation cohérent et plus comme une arène dans laquelle ces axes puissants s’affrontent et se font concurrence, de nombreux problèmes de l’Irak deviennent compréhensibles. C’est également le long de ces axes que la Syrie et la Libye ont été déchirées, leurs conflits étant constamment renouvelés et revitalisés par les interventions de ces alliances régionales concurrentes. C’est un conflit vaste, complexe et idéologique qui traverse les anciens foyers de l’islam et qui façonne et exacerbe les petits conflits de la région. Il explique pourquoi les Saoudiens ont financé les insurgés en Syrie, pourquoi la Turquie combat aujourd’hui les forces d’Assad et leurs soutiens russes dans le nord du pays, pourquoi l’armée émiratie a combattu au Yémen et le Hezbollah à Alep, et pourquoi l’armée de l’air émiratie s’entraîne désormais avec celle de Chypre, car toutes deux se méfient des ambitions méditerranéennes de la Turquie.

Elle est également essentielle pour comprendre les dysfonctionnements de la politique palestinienne. Le soutien de ces axes extérieurs a un effet décisif sur la prise de décision du Hamas à Gaza, sur le calendrier de ses tirs de roquettes sur le sud d’Israël, et sur sa marge de manœuvre politique dans sa recherche d’un éventuel accord de cessez-le-feu avec l’État juif. La division Fatah-Hamas tire une grande partie de sa résistance obstinée du fait que chaque partie bénéficie d’un vaste soutien de l’extérieur et craint de perdre ce soutien.

Quand Erdogan accorde la citoyenneté turque aux dirigeants du Hamas, ce n’est pas pour leur bénéfice personnel. C’est une affirmation de patronage, un signal destiné à renforcer l’alliance – pour défier Israël, bien sûr, mais pas moins important pour saper le Fatah et ainsi affaiblir les patrons régionaux de ce dernier. En soutenant le Hamas, Ankara génère des frictions photogéniques avec Israël et réaffirme ainsi la bonne foi révolutionnaire de l’axe sunnite radical, tout en renforçant son propre client dans l’arène palestinienne.

Ismail Haniyeh, le chef du Hamas dans la bande de Gaza, (à gauche), et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan saluent les élus et soutiens du parti islamique de la Justice et du Développement d’Ergodan au parlement à Ankara, en Turquie, le 3 janvier 2012. (Crédit photo : AP)

Cette compétition régionale est au cœur de la nouvelle paix avec Israël, alors que les sunnites du Golfe s’inquiètent d’un Iran toujours plus agressif et d’une Turquie toujours plus affirmée.

Ainsi que l’a expliqué le chef du Mossad, Yossi Cohen, à propos de cette nouvelle relation, « Il faut établir un système de confiance mutuelle entre eux et nous… la confiance, que nous sommes là pour eux et qu’ils sont là pour nous, ensemble contre toutes ces menaces ».

Mais il y a aussi une menace, intégrée dans l’alliance avec Israël. Dans le cadre d’une compétition régionale plus large, être accusé comme responsable des mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens est plus qu’un problème de relations publiques. Cela valide et donne du pouvoir à l’autre partie.

Fixer un prix

Les responsables émiratis ont expliqué à plusieurs reprises que leur offre de normalisation était une aubaine pour la cause palestinienne car elle enterrait l’annexion de la Cisjordanie par Netanyahu.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dans l’implantation de Mevoot Yericho, pendant la fête juive de Tou Bichvat, dans la Vallée du Jourdain, en Cisjordanie, le 10 février 2020. (Crédit : Flash90)

« Nous avons repoussé la possibilité [d’annexion] suffisamment loin pour que les Israéliens puissent voir les énormes bénéfices qu’ils en retireront. Ils vont voir les avantages de ces accords dans la réalité, très, très bientôt. Et je pense que l’annexion sera quelque chose que la plupart des gens n’aborderont pas à l’avenir », a déclaré la semaine dernière l’ambassadeur émirati aux États-Unis, Yousef al-Otaiba, l’un des architectes de l’accord de normalisation, dans l’une des versions les plus explicites du même message constamment répété par les dirigeants du Golfe dans l’espoir que les Israéliens le comprennent.

« Je suis convaincu que l’annexion est exclue pour une période de temps significative », a-t-il poursuivi. « Je suis très optimiste et très confiant que ce sera une relation gagnant-gagnant et mutuellement bénéfique pour très, très longtemps », a-t-il ajouté, juste au cas où un auditeur serait encore passé à côté de l’essentiel.

Traduction du langage diplomatique : Les Israéliens bénéficieront de tous les avantages de la paix et de la normalisation exactement aussi longtemps que l’annexion ne sera pas envisagée, et ces avantages seront suffisamment importants pour que les Israéliens ne veuillent de toute façon pas d’une annexion.

Les Palestiniens ont longtemps servi de cri de ralliement dans le monde arabe, un vocabulaire pour déclarer sa fidélité à l’honneur arabe et à la piété musulmane. Alors même qu’il assassinait sur son chemin à travers l’Irak et l’Iran, Saddam Hussein a pris soin de déclarer son attachement à la dignité arabe et musulmane en se faisant le champion de la cause de la Palestine.

Il y a une menace intégrée dans l’alliance avec Israël. Dans le cadre d’une compétition régionale plus large, être accusé de la responsabilité des mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens est plus qu’un problème de relations publiques

Les Palestiniens ont longtemps souffert pour avoir joué ce rôle, pour le fossé béant entre les déclarations de fidélité et la dure réalité de l’avarice et de l’apathie arabes au fil des ans.

Aujourd’hui, le Fatah est lui aussi pris dans un étau entre des puissances régionales peu compatissantes. Sa propre coalition régionale sunnite est celle qui cherche à se normaliser avec Israël, tandis que les alliés du Hamas, rival du Fatah, continuent à affirmer pieusement la détestabilité d’Israël.

Le Fatah est seul dans la région, une solitude mise à mal par une crise budgétaire catastrophique. Les États arabes ont donné à l’Autorité palestinienne 267 millions de dollars au cours des sept premiers mois de 2019, mais seulement 38 millions de dollars au cours de la même période cette année, soit une baisse de 86 %, selon les chiffres de l’Autorité palestinienne cités la semaine dernière par l’organisation Al-Araby Al-Jadeeda, basée à Londres. Elle est abandonnée par son propre camp.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas (droite) et le Secrétaire général de l’Organisation de Libération de la Palestine Saeb Erekat (centre) observent le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit (gauche) lire un communiqué lors d’une réunion d’urgence la Ligue arabe pour discuter du plan de paix pour le Moyen Orient dévoilé par l’administration Trump, au quartier général de la ligue dans la capitale égyptienne du Caire, le 1 février 2020. (Khaled DESOUKI / AFP)

Dans un sens, le Fatah est seul, même parmi les Palestiniens. Mahmoud Abbas ne peut pas convoquer d’élections pour légitimer son règne de 14 ans, malgré ses promesses répétées, car il perdrait.

Le Fatah se trouve à un carrefour. La semaine dernière, il a abandonné l’initiative égyptienne de longue date pour l’unification palestinienne et s’est tourné vers la Turquie pour mener le processus. Il s’agissait d’un geste spectaculaire, à la fois une menace pour ses anciens alliés et une reconnaissance de sa propre position désespérée. Il a désormais entamé des pourparlers d’unité avec le Hamas sous les auspices du plus puissant bienfaiteur régional du Hamas. Les pourparlers devraient se poursuivre la semaine prochaine – au Qatar, le second patron du Hamas. En d’autres termes, le Fatah semble envisager d’abandonner son alliance régionale au profit de celle de son rival.

Mais le Fatah a une autre option devant lui, qui n’existait pas il y a un an.

Les Emiratis et les Bahreïnis n’ont cessé de rappeler aux Israéliens que la question palestinienne reste sensible et que, si la colère des Palestiniens ne peut faire obstacle à la normalisation, une escalade dramatique sur le front palestinien pourrait faire l’affaire. Cette crainte est en partie la raison pour laquelle les Saoudiens n’ont pas encore embarqué, même si tout le monde dans la région comprend que les accords de paix actuels n’auraient pas pu être conclus sans leur approbation et leur bénédiction.

Des Palestiniens participent à un grand rassemblement pour protester contre le projet d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël, à Jéricho, le 22 juin 2020. (ABBAS MOMANI / AFP)

Un sage dirigeant palestinien pourrait se poser la question : Que nous apporterait l’axe sunnite conservateur pour que la question palestinienne et le danger politique et stratégique qu’elle représente dans la compétition inter-axe soient enfin et complètement écartés de l’équation ? Notre cause ne peut plus faire obstacle à la normalisation, mais nous pouvons toujours rendre l’inévitable normalisation beaucoup plus douloureuse qu’elle ne doit l’être. Que paieraient les Saoudiens et les Émiratis pour s’assurer que notre cause ne les menace pas à l’avenir ?

Et, d’ailleurs, que paierait Israël, maintenant que les États du Golfe ont montré qu’une intégration complète et profonde dans la région est à prévoir dès que la Palestine ne sera plus un sujet de préoccupation ? Comme Al-Otaiba l’a fait remarquer dans ses commentaires la semaine dernière, les Israéliens préfèrent la normalisation avec le monde arabe à de nouveaux gains de terres en Cisjordanie par une marge de cinq contre un, soit 77 % à 16 %.

Ce n’est pas une menace, mais un troc. L’ancienne stratégie d’isolement israélienne n’a plus de poids dans les calculs arabes plus larges. Le Fatah peut soit rejoindre le camp radical sunnite aux côtés du Hamas – ou jouer sa seule carte puissante pour ce qu’elle vaut, avant qu’elle n’expire. L’impuissance peut être une source d’influence efficace dans les mains d’un dirigeant qui sait la manier. Les Palestiniens ont maintenant une puissante aubaine à offrir à la table des négociations : la libération finale du monde arabe des entraves de leur cause.

Il est à peine possible d’imaginer à quoi ressemblerait une offre de normalisation palestinienne. Aucun dirigeant palestinien ne s’est jamais montré capable de concevoir ou de mettre en œuvre un tel stratagème. Il ne s’agit pas ici de plaider pour ou contre, mais seulement de constater l’étrange nouvelle voie ouverte par l’abandon par certains Etats du Golfe de la compréhension traditionnelle de ce que la cause palestinienne exigeait d’eux.

Des membres palestiniens des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du mouvement Hamas, lors d’une patrouille à Rafah, dans la bande de Gaza, le 27 avril 2020. (Abed Rahim Khatib/Flash90)

Il ne s’agit pas non plus d’un argument selon lequel une telle démarche serait nécessairement couronnée de succès. Qu’un tel geste soit perçu comme une capitulation devant Israël ou comme l’arrachage d’une victoire stratégique aux mâchoires de la défaite dépend en grande partie de ce que les Palestiniens exigent réellement, des contours de la carte finale et des concessions arrachées à Israël alors qu’une paix régionale réelle et crédible est brandie comme une carotte sur la procédure. Même s’il y avait une direction palestinienne capable d’imposer un tel choix à Israël, la politique israélienne serait-elle capable d’offrir suffisamment pour assurer une « victoire » palestinienne à la table des négociations ? Il va sans dire que l’axe dirigé par Ankara, avec le Hamas à l’avant-garde, ferait tout ce qui est en son pouvoir pour gâcher la fête.

En fin de compte, la Turquie ne libérera pas la Palestine. Elle utilisera la Palestine dans sa lutte acharnée contre Ryad et Téhéran. Les Palestiniens seront des pions dans ce combat, et un Fatah frustré et aigri les aura rendus ainsi, tout comme le Hamas a transformé Gaza en une plateforme pour les théâtres politiques sanglants d’autres puissances régionales.

La cause palestinienne était autrefois un symbole. Pour l’axe sunnite conservateur, elle s’est réduite à un problème politique. Les symboles résonnent, mais les problèmes politiques sont plus urgents – et plus solubles.

Voici l’une des ironies les plus étranges de l’Histoire. Le soutien même que les Palestiniens n’ont pas pu obtenir du monde arabe à travers leurs souffrances pourra peut-être être obtenu par leur marginalisation. Pour la première fois depuis longtemps, les Palestiniens ont quelque chose de tangible, de souhaitable et de concret à apporter à la table des négociations.

Le fait que les émissaires d’Abbas fassent maintenant la navette entre Ankara et Doha, cependant, suggère que l’actuel leader palestinien préfère changer de camp dans le grand concours intra-musulman plutôt que de reconnaître l’opportunité. Si c’est le cas, les Palestiniens, comme toujours, en pâtiront.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...