Peres lance un site en ligne pour lutter contre la campagne BDS
Rechercher

Peres lance un site en ligne pour lutter contre la campagne BDS

L’ancien président s’est exprimé au sujet des relations avec Washington et de l’accord sur le nucléaire iranien à la conférence d’Herzylia

Shimon Peres à la conférence d'Herzliya, le 8 juin 2015 (Crédit : Autorisation)
Shimon Peres à la conférence d'Herzliya, le 8 juin 2015 (Crédit : Autorisation)

Le neuvième président d’Israël, Shimon Peres, a lancé un site web pour combattre le mouvement BDS lors d’une Conférence à Herzliya et a révélé les questions politiques à l’ordre du jour de la conférence.

A cette occasion, il a affirmé que « tous les litiges entre Israël et les Etats-Unis peuvent être réglés à l’amiable et en privé » et a ajouté qu’ « il n’y a pas de problème de sécurité auquel Israël a été confronté et auquel Obama n’a pas répondu [présent]».

L’ancien président d’Israël a prononcé un discours ce matin à la Conférence d’Herzliya et a abordé les questions pressantes qui étaient à l’ordre du jour. Dans son introduction, Peres a lancé un site web spécialement dédié à la lutte pour contrer le mouvement BDS qui opère via les médias sociaux.

L’ancien président a été invité par le journaliste Ben Caspit à répondre à une question sur les boycotts financiers menés à l’encontre d’Israël.

« Les organisations BDS créent l’ignorance et la haine. Il est important de comprendre que l’embargo empêche les négociations – les organisations du mouvement BDS veulent tuer les négociations de paix à travers des boycotts et ils n’obtiendront que la haine. Le PDG d’Orange a fait une erreur et il est bien qu’il doit s’excuser. Nous avons des pays amis, mais nous devons comprendre que les boycotts influencent les sociétés  – nous devons travailler sur notre plaidoyer auprès des entreprises mondiales pour leur montrer que nous nous tournons véritablement vers la paix », a déclaré Peres.

Peres a souligné qu’il était important que le gouvernement israélien parle d’une seule voix claire dans le monde – pour répondre à cette question : est-il en faveur de deux Etats ou non ?

En ce qui concerne les relations américano-israéliennes, Peres a déclaré : « Tous les litiges entre Israël et les Etats-Unis peuvent être réglés à l’amiable et en privé. Obama devrait être jugé par ses actes et il est important de reconnaître la vérité – Il n’y a aucun problème de sécurité auquel Israël a été confronté auquel Obama n’a pas répondu présent. Il a soutenu Israël sur la question des implantations à l’Organisation des Nations unies, même si son opinion différait parce qu’il se soucie d’Israël. Nous avons toujours reçu une approbation à chaque demande faite à Obama, même si son opinion différait. »

En ce qui concerne l’accord avec l’Iran, Peres a déclaré : « Obama a réussi à réunir une coalition de pays déterminés, menés par la Chine et la Russie, pour agir contre l’Iran et cela doit être apprécié. Il ne devrait jamais y avoir d’armes nucléaires entre les mains de l’Iran, mais la première étape est d’essayer de résoudre le différend par des moyens non militaires. Un bon accord avec l’Iran ne se mesure pas seulement par le nombre de centrifugeuses, mais plutôt par le nombre de pays partenaires qui s’unissent ensemble pour veiller à ce que l’Iran respecte ses engagements. Nous ne pourrons juger l’accord avec l’Iran que lorsque nous connaîtrons tous les détails ; l’option militaire est toujours sur la table. »

Le professeur Uriel Reichman, président et fondateur de l’IDC Herzliya, a commencé son discours en disant : « C’est un grand honneur pour nous d’accueillir le 9e président, M. Shimon Peres, et je le remercie pour son long partenariat avec l’IDC Herzliya. A cette occasion mémorable, je tiens à préciser que l’IDC s’est récemment mobilisé pour aborder la question des relations publiques israéliennes. Nous avons atteint un point où le mouvement contre Israël doute de son droit à l’existence, lorsque les partisans contre Israël sont des organismes bénévoles, y compris les institutions universitaires et les étudiants. Nous avons donc décidé d’ouvrir un programme spécial à l’IDC pour étudier la diplomatie publique en mettant l’accent sur le traitement de ces luttes. Dans [ce programme], les étudiants vont régulièrement participer à des ateliers pratiques et travailler contre ce grave phénomène dont nous sommes les témoins à travers le monde. Les activités étudiantes vont exporter l’idée que l’Etat d’Israël a le droit d’exister en vertu du droit international. Certains de nos étudiants ont uni leurs forces depuis un certain temps pour promouvoir le plaidoyer israélien, longtemps avant que ce programme n’ait commencé. »

Le lien vers le site web de lutte contre le boycott : www.notobds.com

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...