Plein d’idées culinaires et de cadeaux pour Pessah
Rechercher

Plein d’idées culinaires et de cadeaux pour Pessah

Le Times of Israël vous propose une série d'activités pour passer un Pessah réussi et original

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Des employés préparent la matzah, le pain sans levain mangé pendant la fête juive de huit jours de Pessah, à l’usine Aviv Matzah à Bnei Brak le 14 avril 2019. (Crédit: Flash 90)
Des employés préparent la matzah, le pain sans levain mangé pendant la fête juive de huit jours de Pessah, à l’usine Aviv Matzah à Bnei Brak le 14 avril 2019. (Crédit: Flash 90)

Alors que le printemps est dans l’air et que les tempêtes de sable sont arrivées avec lui, il est temps de penser à la fête de la liberté.

Pessah démarre ce vendredi et, avec la fête, huit jours de repas, de menus à préparer et d’heures à occuper entre ces repas.

Mais ne vous inquiétez pas, on a tout prévu ! Voici quelques-unes de nos meilleures idées pour ce Pessah – on parlera dans cet article aussi bien de vin que d’activités à faire et qui seront, on l’espère, pas trop bondées.

C’est parti ! Hag Sameah !

‘Echad Mi Yodea’ de ‘The Lovell Haggadah’ Copyright © Matthew Berkowitz, 2019 (Crédit : Kol HaOt)

1) Vous cherchez une activité pour toute la famille ? Rendez-vous à la foire de la Haggadah enluminée Kol HaOt, le 22 avril de 16h à 19h, pour un évènement de chansons dans le style de Koolulam. Le thème sera « Kol Hakolot – les chansons de la Haggadah » et présentera les plus grands tubes de la Haggadah. Tous les âges et les voix sont bienvenus, et les billets pour participer à l’événement sont disponibles sur le site Internet de Fun in Jerusalem.

La foire, qui aura lieu cette année au Coin des artistes Hutzot Hayotzer à Jérusalem, présentera aussi une exposition avec les chansons du Seder « Had Gadya » et « Echad Mi Yodea » par l’artiste avant-gardiste Eliahou Eric Bokobza, issues de sa « Haggadah de Eliahou ». On y retrouvera également une exposition de Lovell Haggadah par l’artiste Matthew Berkowitz, et les Haggadot enluminées par les artistes contemporains David Moss, David Harel, Ben Simon, Avner Moriah et Yaakov Daniel.

2) Envie de boire du vin et de faire quelque chose de positif ? Plantez un pied de vigne avec la Vigne et le vin, une organisation qui permet de planter virtuellement de la vigne chez des exploitants agricoles israéliens. Pour chaque vigne plantée (18 dollars par pied de vigne), vous choisissez une œuvre de charité israélienne qui va recevoir la majorité de votre donation. Vous n’avez qu’à choisir un vignoble, une cause et planter votre propre vigne en Israël. C’est aussi un bon cadeau de Pessah.

L’organisation a aussi mis en place plusieurs dégustations de vin pour la fête, avec des prises en charge dans les hôtels de Jérusalem et de Tel-Aviv.

Rosé de l’exploitation Pet Nat de la vallée Jezreel, fabriqué avec des raisins Grenache. (Crédit : Vallée Jezreel)

Si vous voulez boire un vin israélien vraiment cool, essayez le Pet Nat de l’exploitation Vallée Jezreel, un rosé naturellement pétillant fabriqué à base de raisins de Grenache qui fermentent directement dans la bouteille, sans avoir besoin d’utiliser des fûts et du liège. Jacob Ner-David, le co-fondateur de l’exploitation Vallée Jezreel, a dit que l’on appelle souvent son produit le « vin du buveur de bière », tandis que d’autres l’appellent le « champagne des hipsters ».

Pour l’instant, l’exploitation Vallée Jezreel vend uniquement ses vins Pet Nat en Israël, dans le domaine viticole et dans plusieurs restaurants dont Shila et Oasis à Tel-Aviv, au restaurant Nomi du David Intercontinental et au Sheraton Hotel. Actuellement, sa production de 2 000 bouteilles est trop petite pour pouvoir être exportée.

« Haroset, le goût de l’histoire juive » de Susan Weingarten constitue une bonne lecture sur les sources et de développement pour ce repas de Seder. (Crédit : Toby Press)

3) Vous pouvez impressionner vos convives du Seder avec des informations sur le Haroset, nourriture traditionnelle du Seder qui imite le ciment utilisé par les esclaves israélites pour construire les pyramides. L’archéologue et l’historienne culinaire Susan Weingerten retrace le développement de cet ancien met dans « Haroset, le goût de l’histoire juive », publié chez Toby Press. Son livre très documenté et à la lecture très accessible offre une vision globale des contextes sociaux, religieux et culturels qui ont influencé ce plat simple.

4) Vous trouverez un petit bocal d’Haroset mais aussi d’autres spécialités dans l’IsraeliBox de ce mois, un nouveau service d’abonnement qui vous livre un carton rose rempli de surprises chaque mois, avec une gamme de cinq ou six produits culinaires et des petits gadgets intelligents conçus par des Israéliens, et au moins un gadget qui comporte une dimension sociale. « Nous mettons toute la magie de l’Israël que nous aimons dans une boîte et nous l’envoyons à tous ceux qui aiment ce pays et à qui il manque », a déclaré le co-fondateur Sharon Avis.

Les articles proposés dans la sélection mensuelle de l’IsraeliBox, un nouveau service d’abonnement qui vous livre cette boîte. (Crédit : IsraeliBox)

5) Vous pensiez cuisiner beaucoup pour le Seder ? Colel Chabad, fondée en 1788 afin d’apporter un soutien financier et pratique à la minuscule communauté juive qui se trouvait alors en Terre sainte, distribuera des repas de Seder pour plus de 22 000 personnes, en préparant 11 000 filets de saumon, 7 000 poulets et 9 800 gâteaux aux amandes avec environ 30 000 œufs et dix tonnes de pommes de terre.

Les visiteurs peuvent découvrir plus en détail l’activité de Colel Chabad au Garde-manger, le centre de distribution de Jérusalem où la visite inclut une nouvelle exposition proposant des objets, des histoires et des détails sur l’organisation. On peut aussi emballer des paquets de nourriture pour des familles dans le besoin. Des projets de bar et de bat mitzvah sont également proposés.

Jordan B. Gorfinkel, alias Gorf, et Erez Zadok avec leur roman en images « Pessah Haggadah ». (Crédit : Erez Zadok)

6) Si vous êtes à la recherche d’un autre type d’Haggadah, choisissez les version hébraïque et anglaise du roman en images Pessah Haggadah par Jordan B. Gorfinkel et Erez Zadok, qui reprend l’histoire de Pessah et propose le texte original à côté dans une version adaptée en BD qui rend l’histoire très vivante. Disponible en ligne et dans les librairies locales.

7) Allez voir un film à la Cinémathèque de Jérusalem, qui propose deux billets pour le prix d’un seul pendant Hol Hamoëd, les journées intermédiaires de Pessah. Parmi les films projetés actuellement, on retrouve « Roma », récent lauréat des Oscars, le documentaire « RBG » et le biopic “Bohemian Rhapsody”.

9) Envie de rire ? Le comédien américain juif orthodoxe Eli Lebowicz joue en Israël pour Pessah, une première pour ce comédien américain qui aime dire qu’il vient en Israël parce que ses beaux-parents ont fait leur alyah l’année dernière et que d’autres babysitters n’étaient pas disponibles. Il jouera son spectacle du 22 au 24 avril à l’ancienne gare de Jérusalem, à Efrat et à Beit Shemesh. Pour les billets, vous pouvez réserver ici.

L’entrée est gratuite dans plusieurs musées et sites à Jérusalem, dont la vallée des Biches. (Crédit : Sivan Farag)

10) Visitez les musées qui vous proposent une entrée gratuite pendant Pessah – grâce à une initiative de la banque Hapoalim. Le musée d’Israël expose notamment une assiette de Pessah du début du 19e siècle qui a récemment été restituée au musée après avoir été retrouvée à l’Institut Yad Ben Zvi situé à proximité, en plus d’autres objets de Pessah.

Pour les enfants et le reste de la famille, seront organisées d’autres activités de Pessah : il est notamment possible d’aller dessiner des graffitis sur les murs du musée, de danser le Debka avec l’Ensemble Machya (deux spectacles par jour à 11h30 du matin et à 13h30 sur la place Aile jeune), de participer à des ateliers artistiques où l’on apprend à enluminer une Haggadah, ainsi qu’un atelier de recyclage qui permet de transformer le plastique en bouquets de fleur (15 shekels par personne).

Juste de l’autre côté de la rue, au musée de la Terre biblique, se trouve l’exposition Pharaons sauvages, avec des spectacles de jonglage, une visite en réalité virtuelle de la chambre funéraire de Pharaon et une activité de déchiffrage de hiéroglyphes.

La banque Hapoalim a listé les 30 musées qu’elle sponsorise pour Pessah.

Une photographie aérienne du mont du Temple, dans le cadre de l’exposition « Le Mont » au musée de la Tour de David. (Crédit : Gali Tibbon)

Le musée de la Tour de David de Jérusalem propose lui des visites familiales pour Pessah, notamment sur les murs de la Vieille ville, en suivant les histoires des anciens temps. Une visite en réalité virtuelle présente également la ville en 3D – une expérience haute en couleur qui montre à quoi la ville ressemblait il y a des milliers d’années. Pour les adultes et les fans d’archéologie, essayez la nouvelle exposition du musée, « le Mont », qui raconte l’histoire du mont du Temple à travers les temps modernes mais aussi celle de la tour de Kishle, qui appartenait à l’ancien palais d’Hérode et que les Britanniques utilisaient comme prison.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...