Pour Lapid, la police devrait utiliser les canons à eaux dans les manifs haredim
Rechercher

Pour Lapid, la police devrait utiliser les canons à eaux dans les manifs haredim

Le chef de Yesh Atid a fustigé la gestion médiocre des violations faites aux règles de confinement de la part des ultra-orthodoxes

Le député Yair Lapid lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem, le 24 août 2020. (Crédit : Oren Ben Hakoon/POOL)
Le député Yair Lapid lors d'une session plénière de la Knesset à Jérusalem, le 24 août 2020. (Crédit : Oren Ben Hakoon/POOL)

Le chef de l’opposition Yair Lapid, à la tête du parti Yesh Atid, a déclaré vendredi que la police devrait utiliser des canons à eau pour disperser les rassemblements ultra-orthodoxes organisés en violation des directives sanitaires adoptées dans la lutte contre le coronavirus.

S’exprimant sur la Douzième chaîne, Lapid – connu depuis longtemps pour son positionnement laïc et pour ses critiques de la population haredi – a critiqué l’absence de sanctions policières contre les membres de la communauté ultra-orthodoxe qui contreviennent aux règles et qui se rassemblent en grand nombre à l’occasion d’événements qui ont compris des mariages, des funérailles et des célébrations religieuses.

« Tout le monde dit : ‘Mais il y a les manifestants à Balfour’, » a dit Lapid, faisant référence au mouvement de protestation en cours réclamant le départ du Premier ministre Benjamin Netanyahu de son poste, et qui organise des rassemblements dans la rue où est installée la résidence officielle du chef de gouvernement – des rassemblements qui ont été cités par la droite comme autant d’exemples justifiant l’interdiction des manifestations.

« Et je le dis honnêtement : Pas de problème. Il y a des canons à eau à Balfour ? Envoyez donc ces canons à eau à ces funérailles et dispersez les gens », a-t-il ajouté.

La police a été lourdement critiquée pour son usage à plusieurs occasions des canons à eau lors des rassemblements anti-Netanyahu, notamment après avoir apparemment utilisé ces jets puissants à plus courte distance que cela n’est autorisé par les régulations. Samedi soir dernier, les forces de l’ordre ont utilisé un canon à eau contre des manifestants anti-Netanyahu lors d’un regroupement qui avait été autorisé, rue Balfour. Le lendemain, elles n’étaient pas intervenues contre des milliers d’ultra-orthodoxes qui s’étaient rassemblés lors de deux cérémonies distinctes de funérailles pour des rabbins décédés des suites de la COVID-19.

« La police ne peut pas dire qu’elle ne va pas faire appliquer la loi. Si la police et le gouvernement étaient résolus à faire diminuer le nombre des violations commises par les haredim, ils n’auraient pas, en premier lieu, laissé organiser ces funérailles », a conclu Lapid.

Mais beaucoup en Israël font la différence entre manifestations et funérailles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...