Pourquoi Amir Ohana, un fidèle de Benjamin Netanyahu, a été nommé à la Justice ?
Rechercher

Pourquoi Amir Ohana, un fidèle de Benjamin Netanyahu, a été nommé à la Justice ?

Le nouveau ministre de la Justice est le député Likud qui a dirigé la commission ayant rédigé la Loi sur l'Etat-nation et un partisan de la loi sur l'immunité du Premier ministre

Le député du Likud, Amir Ohana (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Le député du Likud, Amir Ohana (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

JTA — Israël dispose de son premier ministre ouvertement homosexuel.

Amir Ohana a été nommé mercredi au poste de ministre de la Justice.

Il succède à Ayelet Shaked, démise de ses fonctions quelques jours auparavant par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et restée en fonction malgré son échec aux élections législatives d’avril. Les ministres du gouvernement ne sont pas obligés d’être élus à la Knesset, mais, après avoir échoué à former une coalition à la suite du scrutin, Benjamin Netanyahu avait indiqué qu’il serait inapproprié pour elle et son co-listier de HaYamin HaHadash, Naftali Bennett, de rester au gouvernement jusqu’aux prochaines élections prévues le 17 septembre.

Pourquoi Ohana ?

Avocat en droit pénal ayant travaillé au bureau du procureur général, Amir Ohana a siégé pour la première fois à la Knesset en 2015, venu remplacer un autre député Likud démissionnaire.

Le communiqué du bureau du Premier ministre ayant annoncé sa nomination soulignait l’expérience d’Ohana dans le système judiciaire, mais les médias israéliens ont, eux, noté qu’il était un fidèle de Netanyahu qui soutient avant tout la loi qui octroierait l’immunité au Premier ministre.

Le ministre de la Justice Amir Ohana, le premier ministre ouvertement homosexuel d’Israël, participe à la Marche des fiertés annuelle de Jérusalem, le 6 juin 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Ohana a également dirigé la commission qui a rédigé la Loi sur l’Etat-nation controversée, qui fait d’Israël « l’Etat-nation du peuple juif uniquement ».

Il représente un choix peut-être plus convenable que Betzalel Smotrich de l’Union des partis de droite, qui réclamait également le portefeuille de la justice. Il avait néanmoins nui à ses chances lundi lorsqu’il a dit qu’il voulait que le pays soit régi par la loi de la Torah et « le faire revenir au temps es Rois David et Salomon ».

« Voilà pour l’Etat halakhique », se serait amusé un porte-parole du Likud après l’annonce de la nomination d’Ohana, utilisant le terme renvoyant à la loi religieuse juive.

La sécurité de l’emploi ?

Netanyahu avait d’abord déclaré qu‘il garderait les portefeuilles de la Justice et de l’Education (perdu par Naftali Bennett) jusqu’aux prochaines élections, mais avait finalement rétropédalé quand certains se sont plaints qu’il serait inapproprié qu’il occupe le ministère de la Justice alors qu’il est menacé d’une mise en examen.

Le mandat d’Ohana sera court, mais certains médias ont rapporté qu’il pourrait rester à son poste dans le prochain gouvernement.

« Il ne sera pas vraiment ministre de la Justice », a écrit l’éditorialiste de Haaretz Yossi Verter. « Il s’agit d’un gouvernement de transition où il n’y a aucune Commission parlementaire ou gouvernementale pour les Lois. Il aura autant d’influence sur le fonctionnement du système que le garde assoupi au siège du ministère de la Justice, rue Salah a-Din à Jérusalem ».

L’éditorialiste a également noté que dans ses fonctions de député, « Ohana n’a pas particulièrement œuvré pour défendre les intérêts de la communauté LGBTQ. Prétexte avancé : son engagement envers la discipline gouvernementale. Avec le temps, celle-ci s’est transformée en discipline personnelle au service du leader, ce dont il a été récompensé mercredi ».

Bonne nouvelle pour la communauté LGBTQ ?

La loyauté d’Ohana pour le parti conservateur du Likud est déconcertante. En novembre, la Knesset avait rejeté un amendement à la loi sur la gestation pour autrui qui aurait permis aux couples de même sexe d’avoir des enfants nés par mère porteuse en Israël, plutôt que de les forcer à aller à l’étranger, ce qui représente des dépenses élevées et des difficultés émotionnelles. Netanyahu et la plupart de la coalition avaient voté contre cet amendement, rédigé par Ohana, le Premier ministre ayant indiqué qu’il craignait de froisser les partis ultra-orthodoxes membres de sa coalition et de faire tomber le gouvernement.

Ohana est marié et a deux jumeaux nés par mère porteuse aux États-Unis. Il avait raconté sa peine de ne pas avoir pu être là pour accueillir ses bébés nés prématurément.

Le député du Likud Amir Ohana (à gauche) et son partenaire à l’aéroport international Ben Gourion, de retour des États-Unis avec leurs bébés nés par mère porteuse, le 26 septembre 2015. (Crédit : Flash90)

Le groupe de travail LGBTQ israélien a qualifié cette nomination de « moment historique » et assuré qu’il pourrait se distinguer même en tant que ministre par intérim, soulignant les choses tombant sous son autorité qui ne nécessitent pas l’accord du gouvernement.

Parmi elles, l’assouplissement des procédures pour le changement de sexe des personnes transgenres, la création de meilleures mesures pour la reconnaissance des parents non biologiques des enfants nés par mère porteuse et la modification du processus permettant aux parents LGBTQ d’adopter des enfants à l’étranger.

Netanyahu devrait attribuer le portefeuille de l’Education à un des dirigeants de l’Union des partis de droite, à savoir Smotrich ou Rafi Peretz.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...