Netanyahu rétropédale et renonce au ministère de la Justice à cause des enquêtes
Rechercher

Netanyahu rétropédale et renonce au ministère de la Justice à cause des enquêtes

Des responsables du système judiciaires auraient mis en garde le Premier ministre qu'être à la Justice, même pendant une semaine, serait un conflit d'intérêt au vu de ses déboires

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie organisée pour peaks during a Yom Yeroushalayim à la Mercaz HaRav Yeshiva de Jérusalem, le 2 juin 2019 (Crédit :  Aharon Krohn/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d'une cérémonie organisée pour peaks during a Yom Yeroushalayim à la Mercaz HaRav Yeshiva de Jérusalem, le 2 juin 2019 (Crédit : Aharon Krohn/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu devrait nommer un nouveau ministre de la Justice par intérim mardi, après que des officiels du ministère de la Justice l’auraient informé qu’il ne peut pas servir en tant que ministre de la Justice en fonction d’un ministère qui doit l’inculper, avant une audience.

Après avoir limogé la ministre de la Justice Ayelet Shaked et le ministre de l’Education Naftali Bennett dimanche, Netanyahu a dit qu’il nommerait leurs remplaçants immédiatement. Lundi matin pourtant, son porte-parole a déclaré à des journalistes que le Premier ministre attendrait jusqu’à la semaine prochaine pour faire des nominations afin de consulter ses collègues du Likud et d’autres partis de droite.

L’annonce a suscité un tollé parmi les officiels des forces de l’ordre, qui ont fait valour que Netanyahu serait en conflit d’intérêt s’il servait en tant que ministre de la Justice.

Netanyahu est visé dans trois affaires pour fraude et abus de confiance, et dans une affaire pour corruption. Il doit encore être entendu par la justice, pour tenter une dernière fois de convaincre le procureur général de ne pas lancer des poursuites à son encontre. L’audience était initialement prévue pour juillet, mais elle a été décalée aux 2 et 3 octobre, avec la possibilité d’avoir une journée supplémentaire d’audience la semaine suivante. Netanyahu nie toute malversation.

Après des consultations lundi après-midi avec des responsables du ministère de la Justice, qui ont dit au Premier ministre qu’il ne pouvait pas occuper le poste même un seul jour à cause des accusations de corruption, Netanyahu devrait donc revenir sur sa décision de décaler la nomination et, au lieu de cela, confier le portefeuille à un collègue mardi, a annoncé la Treizième chaîne.

Le procureur-général Avichai Mandelblit, à gauche, et la ministre de la Justice Ayelet Shaked lors d’une cérémonie à Jérusalem, le 13 juin 2017 (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

La Treizième chaîne n’a pas précisé s’il nommerait aussi un nouveau ministre de l’Education.

Les députés Rafi Peretz et Bezalel Smotrich de l’Union des partis de droite ont demandé à Netanyahu de les nommer respectivement à l’Education et à la Justice, à la place de Bennett et Shaked. L’Union des partis de droite était l’un de partis qui cherchaient à former une coalition avec Netanyahu après que son parti du Likud a rassemblé le plus de votes aux élections d’avril.

Lundi, Smotrich a suscité un tollé après avoir déclaré que le système judiciaire israélien devrait être régi la loi religieuse juive. Netanyahu a pris ses distances des remarques de Smotrich en tweetant: « L’Etat d’Israël ne sera pas un Etat halakhique [la loi religieuse juive]« .

Le ministre du Likud Yariv Levin est pressenti au poste de ministre de la Justice.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...