Rechercher

Procès Netanyahu : La Cour entend des enregistrements

Nir Hefetz, l'ex-confident de l'ex-Premier ministre a enregistré maintes conversations qui viennent étayer la thèse de son implication dans la gestion du site d'information Walla

Nir Hefetz arrivant pour une audience au tribunal de district de Jérusalem le 23 novembre 2021/ (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nir Hefetz arrivant pour une audience au tribunal de district de Jérusalem le 23 novembre 2021/ (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le tribunal de district de Jérusalem a entendu mercredi les premiers enregistrements de Benjamin Netanyahu dans le cadre du procès en cours de l’ancien Premier ministre. Des enregistrements de la famille Netanyahu réalisés par son ancien proche collaborateur devenu témoin de l’État ont été diffusés dans la salle d’audience.

Deux enregistrements de conversations entre Nir Hefetz et Yair Netanyahu, dans lesquels on pouvait entendre l’ex-Premier ministre en arrière-plan, ont été diffusés par l’accusation pour étayer l’affirmation selon laquelle les Netanyahu étaient directement impliqués dans l’orientation de la couverture médiatique.

Le témoignage de Hefetz mercredi, son troisième jour consécutif à la barre, concernait l’affaire 4000, dans laquelle Netanyahu est accusé d’avoir travaillé pour bénéficier de manière illicite et lucrative des intérêts commerciaux de l’actionnaire majoritaire de Bezeq, Shaul Elovitch, en échange d’une couverture positive sur Walla, un site d’information appartenant à Elovitch.

Dans un enregistrement diffusé devant la cour, on peut entendre Benjamin et Yair Netanyahu ordonner à Hefetz d’interférer dans la couverture des Netanyahu sur le site d’information Walla.

« Va directement voir Shaul. Ne t’embête pas avec le PDG [de Walla] », dit Yair Netanyahu. « Je devrais l’appeler moi-même et lui dire ? »

Dans un autre enregistrement, on peut entendre l’ancien Premier ministre dire à Hefetz « d’impliquer Shaul, maintenant ! ».

Netanyahu – qui est un accusé avec Elovitch et sa femme, Iris – est accusé d’avoir abusé de ses pouvoirs lorsqu’il était à la fois Premier ministre et ministre de la Communication de 2014 à 2017, et est accusé de corruption, de fraude et d’abus de confiance dans cette affaire. Il est également accusé de fraude et d’abus de confiance dans deux autres affaires, mais affirme que les allégations à son encontre ont été fabriquées par la police et l’accusation, et nie tout acte répréhensible.

L’ancien Premier ministre n’était pas présent dans la salle d’audience mercredi. Lundi, il a comparu devant le tribunal avec un certain nombre d’alliés politiques, tandis qu’un petit groupe de partisans se rassemblait à l’extérieur.

Benjamin Netanyahu, au centre, entouré de journalistes et d’avocats dans la salle d’audience avant le témoignage de Nir Hefetz, son ancien conseiller, dans son procès pour corruption à la cour de district de Jérusalem, le 22 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Maya Alleruzzo, Pool)

Hefetz a fourni aux procureurs des informations clés en tant qu’interlocuteur entre Netanyahu et Elovitch de Bezeq. Il a quitté une longue carrière dans le journalisme en 2009 pour travailler comme porte-parole du gouvernement de Netanyahu et, en 2014, il est devenu le porte-parole et conseiller de la famille Netanyahu.

En 2018, après avoir été arrêté dans le cadre d’une des affaires de corruption de Netanyahu, Hefetz a signé un accord pour devenir témoin de l’État et a fourni aux enquêteurs des enregistrements de conversations avec Netanyahu et sa famille.

Hefetz a dit avoir fait des milliers d’enregistrements de conversations pendant ses années de travail avec les Netanyahu. Mais lorsque le premier de ces enregistrements a été diffusé devant la cour mercredi, Hefetz a clairement indiqué qu’il n’avait jamais eu l’intention d’enregistrer le Premier ministre.

« Je n’ai pas consciemment enregistré une conversation avec le Premier ministre », a déclaré Hefetz, affirmant qu’une application sur son téléphone enregistrait automatiquement toutes les conversations.

« Quand il y a des enregistrements de ce genre, par accident, je ne les ai jamais écoutés. J’ai probablement enregistré autre chose et [l’application] est restée active, mais je ne me suis jamais assis avec Netanyahu et je n’ai jamais appuyé consciemment sur le dispositif d’enregistrement », a-t-il affirmé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...