Rechercher

Prolongation de la détention de 20 suspects arrêtés lors d’émeutes à Jérusalem

Selon la police, les personnes arrêtées ont jeté des pierres sur des bus et agressé des Juifs orthodoxes qui se rendaient au Mur occidental pour y prier

Des Palestiniens jetant des feux d'artifice sur des policiers israéliens dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Mahmoud Illean/AP)
Des Palestiniens jetant des feux d'artifice sur des policiers israéliens dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Mahmoud Illean/AP)

La police a annoncé mardi que la détention de 20 suspects serait prolongée suite à leur arrestation lors des récentes émeutes dans la Vieille Ville de Jérusalem, alors que les tensions autour du Mont du Temple s’intensifient.

Selon la police, les détenus sont soupçonnés d’avoir participé à des émeutes, d’avoir agressé et lancé des pierres et des feux d’artifice en direction de citoyens israéliens et des forces de sécurité.

Parmi les personnes détenues se trouvent des Palestiniens qui, dimanche, ont jeté des pierres sur des bus se dirigeant vers le Mur occidental, à la sortie de la Vieille Ville, blessant légèrement plusieurs passagers. Selon la police, l’un des suspects aurait utilisé sa voiture pour forcer les bus à ralentir, facilitant ainsi les jets de pierres.

Toujours selon la police, certains des autres suspects ont été arrêtés pour avoir jeté des pierres et des pétards sur la police depuis les toits de la Vieille Ville, et pour avoir agressé des Juifs orthodoxes qui se rendaient au Mur occidental pour prier.

« La police israélienne continuera à agir avec fermeté avec ceux qui enfreignent la loi et qui participent aux émeutes », a indiqué un communiqué de la police, ajoutant que les enquêteurs travaillaient à retrouver d’autres suspects.

Le communiqué indique que la prolongation de la détention provisoire des suspects a été approuvée par un tribunal lundi, mais ne précise pas pour combien de temps.

Des Palestiniens lancent des pierres sur un bus israélien à l’extérieur de la Vieille Ville de Jérusalem, le 17 avril 2022. (Crédit : Capture d’écran/Twitter)

Durant la semaine de Pessah, qui a commencé vendredi soir, de nombreux Juifs se rendent au Mur occidental et dans la Vieille Ville. Les non-musulmans ne peuvent visiter le Mont du Temple qu’à certaines heures et n’ont pas le droit de prier sur le site, qui est le plus saint du judaïsme et le troisième plus saint de l’islam.

Cette année, Pessah coïncide avec le Ramadan, mois sacré pour les musulmans, ce qui a tendance à exacerber les tensions dans la Vieille Ville. Dimanche, c’était aussi Pâques, et des pèlerins chrétiens se sont rendus dans la Vieille Ville.

Les violences de dimanche sont survenues après les affrontements de vendredi matin, au cours desquels près de 500 émeutiers ont été arrêtés et plus de 150 personnes ont été blessées dans des incidents sur le Mont du Temple et aux alentours, après que des Palestiniens ont lancé des pierres et se sont heurtés à la police israélienne, qui est entrée dans la mosquée pour les affronter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...