Quand le Wall Street Journal rencontre les Juifs qui votent Le Pen
Rechercher

Quand le Wall Street Journal rencontre les Juifs qui votent Le Pen

En amont du 2e tour le Wall Street Journal avait rencontré Kelly, fervente 'mariniste' et qualifiée d'adorable par le numéro 2 du parti

Kelly et Marine Le Pen les yeux dans les yeux lors d'un  meeting (Crédit: capture d'écran Facebook/Kelly Betesh)
Kelly et Marine Le Pen les yeux dans les yeux lors d'un meeting (Crédit: capture d'écran Facebook/Kelly Betesh)

« Je suis patriote, » explique une jeune femme au journaliste du Wall Street Journal (WSJ). Autour du cou, une étoile de David. Sur le revers de la veste, une rose bleue est épinglée, le symbole de la campagne de Marine Le Pen, qui a pris l’habitude de classer les gens selon s’ils sont patriotes.

« J’aime mon pays, je suis attachée à la démocratie, et je pense que Le Pen va défendre tout ça, » avait expliqué Kelly Bettesh, jeune femme auto-proclamée « 100 % mariniste, » étudiante en prépa-médecine.

Très active sur les réseaux sociaux, elle est très appréciée du numéro 2 du FN, Florian Philippot qui prend la défense de « notre adorable Kelly » quand elle a maille à partir avec un journaliste de 20 Minutes.

Elle a voté « Marine » pour faire rempart au terrorisme, Kelly s’est engagée au FN car la France manque de « démocratie » et de « république », selon elle.

« Le père de Marine Le Pen était-il antisémite ? » lui demande le journaliste américain. « Je ne sais pas, et cela ne m’intéresse pas. Ce n’est pas ma génération, » élude-t-elle sans se soucier d’une quelconque filiation entre Marine Le Pen et son père, pourtant difficile à mettre de côté au vu de l’état actuel du parti qu’il a fondé.

Qu’il s’agisse de la déclaration de Marine Le Pen sur la Rafle du Vel d’Hiv’, ou des proches de la présidente du parti au passé néo-nazi, Kelly n’y voit aucun mal : « je ne crois pas qu’il y ait de l’antisémitisme au Front national ».

A LIRE : Le FN : le père, l’héritière Marine et – surtout – leur cercle antisémite

Ce fichier photo pris le 30 mars 2012 montre Marine Le Pen (d) embrassée par son père, président honoraire FN, Jean-Marie Le Pen (g) à la fin d'une réunion de campagne à Nice, dans le sud-est de la France. (Crédit : AFP PHOTO / BORIS HORVAT)
Ce fichier photo pris le 30 mars 2012 montre Marine Le Pen (d) embrassée par son père, président honoraire FN, Jean-Marie Le Pen (g) à la fin d’une réunion de campagne à Nice, dans le sud-est de la France. (Crédit : AFP PHOTO / BORIS HORVAT)

Florian Philippot, vice-président du Front national contesté en interne pour son intransigeance sur la sortie de l’euro, a lancé cette semaine une « association au sein du FN » nommée « Les Patriotes », avec pour but de « défendre et porter le message de Marine Le Pen au soir du second tour de l’élection présidentielle ».

S’il sera possible d’adhérer à l’association « Les Patriotes » sans être membre du FN, M. Philippot a assuré à l’AFP qu’il n’y avait « aucune raison » de voir dans cette association une concurrence pour le FN. « C’est juste une association dans le FN et pour la victoire de Marine Le Pen », a dit cet eurodéputé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...