Ramadan : Israël assouplit les restrictions en Cisjordanie, mais pas à Gaza
Rechercher

Ramadan : Israël assouplit les restrictions en Cisjordanie, mais pas à Gaza

Parmi les mesures approuvées par le ministre de la Défense : visites familiales en Israël, utilisation de l'aéroport Ben Gurion, et prières du vendredi sur le Mont du Temple

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des femmes palestiniennes se dirigent vers le point de contrôle de Qalandiya pour assister aux prières du vendredi sur le Mont du Temple à Jérusalem, vu ici à l'extérieur de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 23 juin 2017. (Hadas Parush/Flash90)
Des femmes palestiniennes se dirigent vers le point de contrôle de Qalandiya pour assister aux prières du vendredi sur le Mont du Temple à Jérusalem, vu ici à l'extérieur de la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 23 juin 2017. (Hadas Parush/Flash90)

Israël a annoncé lundi qu’il assouplirait les restrictions aux déplacements des Palestiniens en Cisjordanie pendant la prochaine fête musulmane du Ramadan, qui durera un mois, mais pas pour les habitants de la bande de Gaza.

« Sur la recommandation du chef d’état-major, le général Gadi Eizenkot, et dans le cadre de la politique visant à améliorer le quotidien de la population palestinienne en Judée et en Samarie, le ministre de la Défense, M. Avigdor Liberman, a approuvé une série de mesures civiles pour la période des fêtes », a déclaré le général de division Kamil Abu Rokon, officier de liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens, dans une déclaration, en utilisant le nom biblique pour la Cisjordanie.

Ces mesures, semblables à celles des années précédentes, ont été annoncées, alors même qu’Israël a exprimé des craintes d’une recrudescence de la violence au cours des prochaines semaines, en raison du transfert de l’ambassade des États-Unis à Jérusalem le 14 mai et de la célébration du Jour de la Nakba – marquant la création d’Israël et le départ des Palestiniens – le jour suivant.

Le Ramadan devrait commencer la nuit du 15 mai, bien que la date et l’heure exactes dépendent du calendrier lunaire.

Selon l’unité de liaison, officiellement connue sous le nom de coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), les mesures permettront aux Palestiniens de Cisjordanie de rencontrer des membres de leur famille en Israël, de se rendre au Mont du Temple à Jérusalem et de voyager à l’étranger au départ de l’aéroport Ben Gurion.

Celles-ci ne s’appliqueront pas aux Palestiniens qui vivent dans la bande de Gaza. Au cours des années précédentes, les résidents de l’enclave côtière ont bénéficié de certaines dispenses spéciales pour le Ramadan, généralement sous la forme de permis les autorisant à se rendre à Jérusalem.

Cette année, cependant, Israël a décidé de ne pas accorder ces permis à la suite d’une « évaluation de la situation », a déclaré un porte-parole du COGAT.

La bande de Gaza est le théâtre d’affrontements hebdomadaires, parfois quotidiens, le long de la barrière de sécurité avec Israël depuis le 30 mars, dans le cadre de la « Marche du retour » jusqu’au jour de la Nakba.

Parmi ces attaques, il y a eu notamment un certain nombre de tentatives pour endommager et franchir la barrière de sécurité et, de plus en plus, de faire voler des cerfs-volants portant des engins incendiaires en territoire israélien, où ils ont mis le feu à des centaines d’hectacres de champs agricoles et de prairies.

Les Palestiniens de Cisjordanie seront autorisés à rendre visite aux membres de leur famille en Israël du dimanche au jeudi, chaque semaine pendant le mois de la fête, ainsi que pendant la fête de l’Aïd al-Fitr, qui marque la fin du Ramadan.

L’aéroport international Ben Gurion d’Israël situé près de Tel Aviv sera accessible aux Palestiniens de Cisjordanie désireux de voyager à l’étranger.

Les heures d’ouverture aux points de passage entre la Cisjordanie et Israël seront prolongées. En outre, l’accès sera accordé aux prières du vendredi à la mosquée Al-Aqsa sur le Mont du Temple dans la Vieille Ville de Jérusalem, a indiqué le COGAT.

« L’unité [de liaison] s’efforce de préserver la liberté de culte et de religion et de respecter les coutumes du mois saint », a déclaré le COGAT.

M. Abu Rokon a informé les responsables de l’Autorité palestinienne et les représentants concernés de la communauté internationale de ces mesures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...