Rechercher

Rassemblement contre l’antisémitisme pour Hanoukka à Times Square

Des centaines de personnes, notamment des personnalités médiatiques et des politiciens, se sont réunies à New York City pour dénoncer la haine anti-juive en Amérique du nord

Des centaines de personnes réunies contre l'antisémitisme à Times Square lors de l'événement 'Shine a Light on Antisemitism', pendant la deuxième nuit de Hanoukka, le 29 novembre 2021. (Crédit :  Michael Priest Photography via JTA)
Des centaines de personnes réunies contre l'antisémitisme à Times Square lors de l'événement 'Shine a Light on Antisemitism', pendant la deuxième nuit de Hanoukka, le 29 novembre 2021. (Crédit : Michael Priest Photography via JTA)

New York Jewish Week via JTA — Ce sont des centaines de personnes qui se sont rassemblées à Times Square, lundi, pour célébrer la deuxième nuit de Hanoukka – avec des performances musicales, des discours et, bien sûr, l’allumage public d’une ménorah.

La soirée, malgré son caractère festif, a été néanmoins empreinte de gravité : elle avait été organisée dans le cadre de la campagne « Shine a Light on Antisemitism » qui vise à sensibiliser à l’antisémitisme pour encourager les individus et leurs communautés à combattre le fléau de la haine anti-juive.

Cette campagne, qui est parrainée par plus de 60 organisations et corporations nord-américaines, juives ou non-juives, a été imaginée par des groupes juifs majeurs et notamment par l’ADL (Anti-Defamation League,) l’AJC (American Jewish Committee), l’UJA-Federation of New York, les JFNA (Jewish Federations of North America) et le conseil juif des relations communautaires de New York.

Animé par la star de « Real Housewives of New York », Eboni K. Williams, l’événement a été l’occasion de performances musicales et de discours prononcés par d’importants politiciens de l’État – avec parmi eux Kathy Hochul, gouverneure de New York, Bill De Blasio, le maire de New York City et la procureure-générale Letitia James. Les Maccabeats, chœur masculin juif qui chante a capella, a ouvert la soirée en interprétant deux de ses plus grands tubes, « Latke Recipe » et « Candlelight », ainsi que « Maoz Tzur » après l’allumage de la ménorah.

L’auteur-compositeur-interprète israélien David Broza a chanté « Yehieh Tov » et l’artiste juif Matisyahu a mis le point final à l’événement en montant sur scène pour interpréter plusieurs de ses plus gros succès, notamment « One Day » et « Jérusalem ».

Williams, avocate afro-américaine, a évoqué ses relations personnelles avec la communauté juive, se rappelant d’un dîner de « Shabbat noir » qu’elle avait accueilli avec Archie Gottesman, cofondateur du site JewBelong.com, qui avait été diffusé lors d’un épisode de « Real Housewives » au début de l’année. Elle a aussi mentionné l’impact qu’une visite de Yad Vashem, le musée israélien de la Shoah, avait eu sur elle.

« Je suis profondément émue par la résilience, la beauté, le patrimoine et l’histoire du peuple juif qui sont pour moi autant de sources d’inspiration », a-t-elle commenté.

Matisyahu à la fin d’un événement de la campagne « Shine a Light on Antisemitism » à Times Square, le 29 novembre 2021. (Autorisation: JCRC-NY via JTA)

La campagne « Shine a Light » a commencé dans tout le pays au cours de la première nuit de Hanoukka. Parmi les événements prévus pendant toute la fête, une cérémonie d’allumage de ménorah nationale à Washington ; une conversation virtuelle avec Deborah E. Lipstadt – historienne spécialiste de la Shoah qui a aussi été choisie par l’administration Biden pour le poste d’envoyée sur la question de l’antisémitisme – une discussion organisée par le groupe Jewish Education Project de New York, ainsi que des célébrations interconfessionnelles dans plusieurs villes.

La campagne « Shine a Light on Antisemitism » a été organisée en réponse à l’antisémitisme croissant en Amérique du nord au cours des dernières années. Elle se décline dans cinq secteurs – la culture d’entreprise, la politique gouvernementale, l’éducation, les partenariats et des médias. La NBA, la NFL, la NASCAR, American Eagle Outfitters Inc., Chelsea Football Club, iHeartMedia, YouTube et d’autres ont d’ores et déjà établi des partenariats avec les organisateurs pour dénoncer l’antisémitisme.

La campagne a deux ambitions politiques spécifiques : Pousser les corporations à inclure la sensibilisation à l’antisémitisme dans leurs initiatives DEI (diversité, équité et inclusion) et obtenir des autorités locales et gouvernementales qu’elles adoptent officiellement la définition de travail de l’antisémitisme qui a été mise au point par l’IHRA (Holocaust Remembrance Alliance). Plus de 28 pays – en particulier en Europe – ont adopté cette définition, même si certains la trouvent controversée dans la mesure où elle estime que certaines critiques particulières d’Israël relèvent du champ de l’antisémitisme.

« Ici, il n’est pas question de victimisation », déclare Anna Maisel, directrice-générale de la Kirsch Foundation, une donatrice majeure, dont le siège est en Californie. « Ce sont les Juifs américains qui nous disent : ‘Nous avons un problème’ et c’est une manière pour nous de nous engager à travers toute la société en donnant un sens à cet engagement. »

A New York, une campagne médiatique liée qui a été lancée par JewBelong.com, consistera en des affichages sur des panneaux publicitaires, aux arrêts de bus et sur les taxis. Lundi soir, un panneau publicitaire numérique de Times Square transmettait le message : « Sois un mensch. Fais ce qui est juste. Mets en lumière notre situation difficile », parmi d’autres messages évoquant la haine antijuive.

« Ce n’est pas une problématique juive, c’est une problématique américaine, c’est une problématique de New York », a affirmé Williams lors de l’événement de Times Square.

Dans un discours, Hochul, qui cherche à se faire réélire après être devenue gouverneure suite à la démission d’Andrew Cuomo, a déclaré que « l’oppression, la haine et l’antisémitisme sont devenus endémiques depuis bien trop longtemps. Je suis là pour dire qu’en tant que gouverneure de ce grand état qu’est l’état de New York, il n’y a pas de place pour la haine ».

De gauche à droite : La présidente du district de Manhattan Gail Brewer, le directeur-général de l’UJA-Federation of New York Eric Goldstein, la gouverneure Kathy Hochul, deux victimes de l’antisémitisme, Joey Borgen et le rabbin Joe Potasnik, le vice-président du groupe New York Board of Rabbis, sur la scène lors de l’événement « Shine a Light on Antisemitism » à Times Square, le 29 novembre 2021. (Autorisation : JCRC-NY via JTA)

Joey Borgen, un jeune Juif de 29 ans qui s’était fait agresser au début de l’année à Times Square alors qu’il se rendait à un rassemblement pro-israélien, a aussi pris la parole lors de la soirée. « L’agression commise à mon encontre n’a pas été malheureusement un cas isolé », a dit Borgen. « L’antisémitisme atteint un niveau record dans tous les États-Unis ».

Les crimes de haine anti-juifs ont chuté en passant de 953 en 2019 à 676 en 2020, ce qui représente une baisse de 29 %, a fait savoir le FBI – même si les crimes antisémites constituent encore une fois la majorité des crimes de haine commis sur la base de la religion dans le rapport annuel du Bureau. L’ADL a fait savoir, au mois d’avril, que le nombre d’agressions antisémites avait nettement diminué en 2020 en comparaison avec 2019 même si les chiffres des incidents anti-juifs signalés a à peine baissé aux États-Unis en 2020 par rapport à l’année précédente, et ce malgré les confinements.

« Nous sommes là aujourd’hui, aux côtés de dizaines de milliers de personnes dans tout le pays, pour mettre en lumière l’antisémitisme – la lumière, ce miracle de Hanoukka », a continué Borgen qui se tenait à côté de deux survivants de la Shoah venus du Queens, Jehuda et Lea Evron. « Cette lumière dit que les Juifs ne resteront pas silencieux et qui ne resteront pas à ne rien faire face à l’antisémitisme. Cette lumière proclame que les Juifs resteront fiers, forts et unis ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...