Rechercher

Refonte judiciaire : la Histadrout menace d’agir si aucun compromis n’est trouvé

Arnon Bar-David apporte son "soutien total" à un accord basé sur les propositions du président Herzog qui n'ont pas encore été dévoilées

Arnon Bar-David, président de l'organisation syndicale de la Histadrout, s'exprimant lors d'une conférence, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Arnon Bar-David, président de l'organisation syndicale de la Histadrout, s'exprimant lors d'une conférence, à Tel Aviv, le 7 décembre 2022. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le chef du puissant syndicat Histadrout a déclaré dimanche que la fédération syndicale apportait son « soutien total » à un accord de compromis qui n’a pas encore été dévoilé, rédigé par le président Isaac Herzog, dans le cadre de l’initiative gouvernementale largement controversée de remaniement du système judiciaire.

Arnon Bar-David a toutefois prévenu que si un tel accord n’était pas conclu, le puissant syndicat ne resterait pas « les bras croisés ».

Bar-David a rencontré Herzog à Jérusalem dimanche, en compagnie de Dovi Amitaï, président du secteur des affaires israéliennes, un groupe qui représente des entreprises dans des secteurs tels que l’agriculture, l’hôtellerie et la construction.

Les deux hommes ont ensuite publié une déclaration exprimant leur « soutien total à l’institution de la présidence et aux grandes lignes présidentielles émergentes » en vue d’un dialogue sur les efforts de la coalition pour remanier le système judiciaire. Le gouvernement cherche à contrôler la nomination de tous les juges, y compris les juges de la Cour suprême, et à éliminer la capacité de la Haute Cour de justice à invalider les lois.

Les deux dirigeants syndicaux ont également exprimé leur « vive inquiétude » quant aux « dommages attendus pour l’économie dans le cadre de la réforme qui se dessine ». Ils ont appelé « tous les membres de la Knesset et tous les partis politiques de droite et de gauche à mettre fin à la folie qui s’empare de la société israélienne et à faire preuve de responsabilité et de leadership pour l’avenir de leur pays ».

Si un compromis basé sur les propositions de Herzog n’est pas trouvé, ils ont déclaré qu’ils « ne resteraient pas les bras croisés », faisant peut-être allusion à des actions syndicales plus larges contre la coalition dirigée par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La Histadrout compte quelque 800 000 membres. Jusqu’à présent, les membres du syndicat national ne se sont pas joints de manière organisée à la vague de protestations croissantes contre les mesures du gouvernement. Historiquement, les grèves de la Histadrout concernant les salaires et les conditions de travail dans le secteur public ont eu un impact profond sur le pays et son économie.

Le mois dernier, la fédération syndicale a refusé de participer à une « journée nationale de lutte« , ce qui a donné lieu à des spéculations selon lesquelles elle ne cherchait pas à se battre avec la nouvelle coalition avant qu’un nouvel accord salarial puisse être finalisé, Bar-David ayant appelé à plusieurs reprises à un compromis. Un nouvel accord salarial a été signé au début du mois.

La remarque de Bar-David dimanche pourrait être considérée comme un éventuel changement de cap pour le syndicat, si aucun accord de compromis n’est conclu, alors que les protestataires ont promis d’intensifier les manifestations.

Plus de 300 000 Israéliens se sont rassemblés samedi soir dans tout le pays pour la dixième semaine consécutive de manifestations contre les propositions du gouvernement.

Des Israéliens protestant contre le projet de réforme du système judiciaire du gouvernement, à Tel Aviv, le 11 mars 2023. (Crédit : Avshalom Saassoni/Flash90)

Plus tôt dans la journée de dimanche, Herzog a rencontré Simcha Rothman, président de la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset, dans le but de faire avancer l’accord de compromis, dont les détails n’ont pas encore été révélés.

Lors de la réunion de trois heures qui s’est tenue dimanche, Herzog a insisté auprès de Rothman sur la nécessité de parvenir à un large accord sur la législation dans l’intérêt du pays, selon le porte-parole du président.

Le mois dernier, le président avait présenté un plan en cinq points pour les négociations, avertissant que le pays était au bord de « l’effondrement sociétal et constitutionnel ».

Herzog a réitéré certains de ces avertissements lors d’un discours télévisé à la nation jeudi, dans lequel il s’est exprimé plus ouvertement contre la coalition au pouvoir, appelant le gouvernement à abandonner ses propositions « oppressives » et à dialoguer avec les partis d’opposition pour parvenir à une mesure consensuelle.

Le président Isaac Herzog prononçant un discours à la nation au sujet de la réforme du système judiciaire du gouvernement, le 9 mars 2023. (Crédit : GPO)

Il a qualifié de « désastre » et de « cauchemar » la crise nationale suscitée par les efforts de la coalition pour affaiblir le système judiciaire, et a insisté sur le fait qu’il était de la responsabilité des « dirigeants de l’État » d’éviter qu’une démarche législative ne fasse sombrer le pays dans un abîme sociétal et constitutionnel.

Dans son discours, le président a annoncé qu’au cours de ses discussions avec des représentants des deux bords politiques, il était parvenu à élaborer un consensus permettant de parvenir à un accord sur la majorité des principaux différends au cœur de la crise, et il a déclaré que cette proposition devrait être transmise à la commission de la Constitution, du Droit et de la Justice de la Knesset pour qu’elle en débatte à la place de la législation actuelle du gouvernement, qui avance à grands pas.

Lors d’une réunion de la commission dimanche, Rothman a déclaré qu’il n’était pas du tout d’accord avec les remarques faites par Herzog jeudi, mais que la porte était ouverte pour des discussions. « Nous ne fermerons pas la porte, quel que soit le nombre de personnes qui agissent et parlent contre nous. Par la négociation, il est possible de parvenir à une solution concertée si les gens décident qu’ils veulent le bien du pays et ne veulent pas l’incendier », a-t-il déclaré.

En janvier, Rothman avait présenté un projet de loi visant à restreindre le droit des syndicalistes à lancer des grèves. Le projet de loi vise spécifiquement le droit de grève des travailleurs essentiels dans les secteurs de l’électricité, de l’eau, des ports, des transports publics et de la santé, ainsi que de la Bourse israélienne et de la Banque centrale d’Israël.

La législation priverait de toute protection un syndicat qui ferait grève par solidarité avec une cause qui n’a pas d’impact direct sur sa ligne de travail. Cela empêcherait donc la fédération syndicale nationale Histadrout de se joindre aux protestations nationales contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.